L’ombre inquiétante de Javier Milei plane sur la démocratie argentine

Jean Delaunay

L’ombre inquiétante de Javier Milei plane sur la démocratie argentine

À l’approche du deuxième tour de l’élection présidentielle dimanche, la perspective de la présidence de Milei soulève tous les signaux d’alarme, ce qui constitue une grave menace pour les institutions démocratiques argentines, écrit le Dr Matías Bianchi.

Alors que l’Argentine célèbre 40 ans de démocratie continue – la plus longue période de son histoire – une ombre inquiétante plane sur son paysage politique.

L’émergence de Javier Milei, un économiste libertaire devenu candidat à la présidentielle avec une rhétorique imprégnée d’autoritarisme, présente un défi de taille pour le tissu démocratique du pays.

L’ambivalence de Milei à l’égard des normes démocratiques est évidente. Dans une interview télévisée, il a remis en question l’efficacité de la démocratie, citant le théorème d’Arrow pour argumenter contre la prise de décision démocratique.

Plus troublantes sont ses propositions qui contredisent directement la Constitution argentine, comme la suggestion d’interdire les manifestations publiques – une violation flagrante des libertés civiles.

« Nous approchons de la fin du modèle de caste, basé sur cette idée atroce selon laquelle, là où il y a un besoin, un droit (de l’homme) naît, mais ils oublient que quelqu’un doit payer pour tout cela. (Et l’aberration ultime (de cette idée) est la justice sociale », une déclaration qui fait ouvertement référence puis contredit l’article 14bis de la Constitution et ses protections sociales.

Dans un climat de mécontentement, le message de Milei, qui défie ostensiblement l’establishment, a trouvé un écho. Mais le changement qu’il préconise pourrait potentiellement anéantir les acquis démocratiques laborieusement obtenus au cours de quatre décennies.

Javier Milei, candidat à la présidentielle de la coalition Liberty Advances, tient une image en carton d'un billet de 100 dollars américains orné d'une image de son visage à Cordoue, novembre 2023
Javier Milei, candidat à la présidentielle de la coalition Liberty Advances, tient une image en carton d’un billet de 100 dollars américains orné d’une image de son visage à Cordoue, novembre 2023

De même, lui et d’autres comme lui proposent de promouvoir une loi inconstitutionnelle qui « interdirait les manifestations publiques ».

L’Argentine est depuis longtemps aux prises avec une mauvaise gestion économique, une pauvreté croissante et un désenchantement croissant à l’égard de sa classe politique.

Dans un climat de mécontentement, le message de Milei, qui défie ostensiblement l’establishment, a trouvé un écho. Mais le changement qu’il préconise pourrait potentiellement anéantir les acquis démocratiques laborieusement obtenus au cours de quatre décennies.

Les tendances autoritaires de Milei, une perspective inquiétante

Alors que le second tour des élections présidentielles approche dimanche, la perspective de la présidence de Milei soulève tous les signaux d’alarme, posant une grave menace aux institutions démocratiques argentines.

Même s’il n’est pas élu, ses idées et son style autoritaires, comme le rassemblement en brandissant une tronçonneuse, pourraient persister dans le discours politique du pays, mettant les forces démocratiques au défi de forger un contrat social renouvelé qui favorise et élargit la démocratie.

Notre groupe de réflexion, Asuntos del Sur Global, a récemment mené une étude mesurant les menaces autoritaires qui pèsent sur la démocratie argentine en systématisant les déclarations publiques des candidats à la présidentielle.

L’étude a adopté le travail fondateur des universitaires de Harvard Steven Levitsky et celui de Daniel Ziblatt, « How Democracies Die ». Les résultats sont alarmants : le discours et les propositions de Milei montrent des signes évidents d’autoritarisme, une perspective inquiétante pour l’avenir démocratique de l’Argentine.

Le plus alarmant est peut-être la volonté de Milei de restreindre les libertés des opposants et de la presse. Les menaces de poursuites judiciaires contre les journalistes et les adversaires politiques révèlent une tendance à étouffer la dissidence et la critique – une caractéristique des régimes autoritaires.

Javier Milei, candidat à la présidentielle de la coalition Liberty Advances, brandit une tronçonneuse lors d'un événement de campagne à La Plata, septembre 2023
Javier Milei, candidat à la présidentielle de la coalition Liberty Advances, brandit une tronçonneuse lors d’un événement de campagne à La Plata, septembre 2023

L’une des menaces identifiées par l’étude est le déni de légitimité des opposants politiques, signe d’un comportement autoritaire.

Les références désobligeantes de Milei aux opposants, allant de la qualification de « diarrhée politique » aux agressions verbales pures et simples telles que « fils de pute collectivistes » ou « Je pourrais vous écraser depuis un fauteuil roulant », correspondent étrangement à ce schéma.

Une telle rhétorique polarise non seulement le discours politique, mais sape également les principes mêmes du débat et de la dissidence démocratiques.

Un autre indicateur de tendances autoritaires est la tolérance ou l’approbation de la violence. La réponse de Milei à la tentative d’assassinat de l’ancienne présidente Cristina Fernández de Kirchner – la traitant comme un simple acte criminel plutôt que le symptôme d’un malaise sociétal plus profond – couplée à son éloge des actes répressifs commis pendant la sombre dictature argentine, signale une tendance dangereuse.

Le plus alarmant est peut-être la volonté de Milei de restreindre les libertés des opposants et de la presse. Les menaces de poursuites judiciaires contre les journalistes et les adversaires politiques révèlent une tendance à étouffer la dissidence et la critique – une caractéristique des régimes autoritaires.

L’érosion de la démocratie argentine n’est pas seulement un problème local

Les enjeux sont élevés. L’Argentine se trouve à un moment critique, confrontée à un choix entre préserver son héritage démocratique ou s’aventurer sur une voie qui pourrait éroder ses fondements démocratiques durement acquis.

Alors que l’Argentine traverse ce carrefour clé de son histoire politique, la responsabilité de sauvegarder sa démocratie ne repose pas uniquement sur les épaules de ses citoyens ; c’est un appel à l’action qui devrait trouver un écho partout dans le monde.

Pour le peuple argentin, l’appel à l’action est clair : participation et vigilance. La participation, non seulement en termes de vote mais aussi en s’engageant activement dans le discours démocratique, est vitale.

La société civile, les médias et les établissements d’enseignement doivent travailler ensemble pour favoriser une culture de valeurs démocratiques et de pensée critique.

Cela implique de remettre en question les discours autoritaires, de promouvoir un dialogue politique transparent et fondé sur des faits, et de nourrir l’engagement de la prochaine génération envers les principes démocratiques.

Au niveau international, une réponse concertée est nécessaire. Les nations démocratiques, les organisations internationales et les groupes de défense des droits de l’homme devraient surveiller de près la situation en Argentine, prêts à contrecarrer toute évolution antidémocratique.

Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, à droite, salue ses partisans lors de son rassemblement de clôture de campagne à Cordoue, novembre 2023
Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, à droite, salue ses partisans lors de son rassemblement de clôture de campagne à Cordoue, novembre 2023

En outre, les Argentins doivent demander des comptes à leurs dirigeants, en veillant à ce que toute tentative visant à saper les normes démocratiques se heurte à une résistance forte et unifiée.

Au niveau international, une réponse concertée est nécessaire. Les nations démocratiques, les organisations internationales et les groupes de défense des droits de l’homme devraient surveiller de près la situation en Argentine, prêts à contrecarrer toute évolution antidémocratique.

L’influence économique et diplomatique peut être utilisée pour soutenir les institutions démocratiques et les libertés civiles.

En outre, les médias internationaux doivent braquer les projecteurs sur les défis démocratiques de l’Argentine, en sensibilisant le monde et en favorisant la solidarité.

Cette attention internationale peut avoir un effet dissuasif contre les tendances autoritaires et apporter un soutien moral à ceux qui luttent pour la démocratie en Argentine.

Le sort d’une nation a un impact sur l’ensemble de la communauté mondiale

Enfin, il est essentiel de reconnaître que la lutte pour la démocratie en Argentine est emblématique d’une tendance mondiale plus large où les valeurs démocratiques sont mises à l’épreuve.

En tant que tel, soutenir la démocratie argentine transcende les frontières nationales ; cela fait partie d’un impératif plus large visant à défendre les idéaux démocratiques dans le monde entier. Dans ce monde interconnecté, le sort de la démocratie dans une nation a un impact sur la stabilité et les valeurs de la communauté mondiale.

Par conséquent, la défense de la démocratie argentine n’est pas seulement une préoccupation de l’Argentine, c’est une responsabilité régionale et mondiale, exigeant une réponse unifiée et résolue.

Laisser un commentaire

onze + 2 =