Palestinians stand in the ruins of the Chahine family home, after an overnight Israeli strike in Rafah, southern Gaza Strip, Friday, May 3, 2024.

Jean Delaunay

L’offensive à Rafah serait « une tragédie au-delà des mots », prévient l’agence de l’ONU

De l’embargo commercial imposé par la Turquie à Israël aux avertissements de l’ONU sur les conséquences potentielles d’une nouvelle offensive contre le sud de Gaza, tels sont les derniers développements de la guerre Israël-Hamas ce vendredi.

L’agence d’aide humanitaire des Nations Unies affirme que des centaines de milliers de personnes seraient « en danger imminent de mort » si Israël menait une attaque militaire contre la ville de Rafah, dans le sud de Gaza.

La ville est une bouée de sauvetage essentielle pour l’aide humanitaire et accueille actuellement des milliers de Palestiniens déplacés en provenance d’autres régions de Gaza.

Le secrétaire général adjoint de l’ONU aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d’urgence, Martin Griffiths, a déclaré qu’une invasion de Rafah serait « tout simplement une tragédie au-delà des mots ».

Israël a déjà annoncé qu’il lancerait une invasion terrestre de la ville, insistant sur le fait qu’elle reste un bastion du Hamas.

Les dirigeants du monde entier ont exhorté le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à se montrer prudent quant à toute incursion à Rafah.

Jeudi, le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a déclaré que toute réponse américaine à une telle incursion dépendrait du président Joe Biden, mais qu’actuellement, « les conditions ne sont favorables à aucun type d’opération ».

Erdogan impose une interdiction commerciale à Israël

D’autres dirigeants mondiaux ont également mis en garde Israël contre une invasion terrestre de Rafah. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que son pays avait imposé une interdiction commerciale à Israël, affirmant qu’il ne pouvait plus « rester les bras croisés » sur les violences à Gaza.

La Turquie a annoncé jeudi qu’elle avait suspendu toutes ses importations et exportations vers Israël et que l’interdiction resterait en vigueur jusqu’à ce qu’un accord de cessez-le-feu permanent soit conclu.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan arrive pour s'exprimer devant la presse après la prière du vendredi midi à Istanbul, le 3 mai 2024.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan arrive pour s’exprimer devant la presse après la prière du vendredi midi à Istanbul, le 3 mai 2024.

« Jusqu’à présent, Israël a tué (entre) 40 000 à 45 000 Palestiniens sans pitié. En tant que musulmans, nous ne pouvions pas rester les bras croisés », a déclaré Erdogan aux journalistes après la prière traditionnelle du vendredi à Istanbul.

Le commerce entre la Turquie et Israël a atteint 9,5 milliards de dollars (8,8 milliards d’euros), selon Erdogan.

Le dirigeant turc a fait face à des pressions intérieures pour mettre fin aux relations commerciales avec Israël, perdant des points face à un parti islamiste plus petit lors des élections locales de mars.

Une frappe israélienne sur Rafah fait sept morts

Une frappe israélienne sur la ville de Rafah, à la limite sud de la bande de Gaza, a tué sept personnes, dont des enfants, ont annoncé vendredi des responsables de l’hôpital.

L’attaque nocturne contre la maison familiale Chahine a tué deux adultes et cinq enfants, âgés de 7 à 16 ans, selon une liste de noms publiée par l’hôpital Abu Youssef al-Najjar.

Des Palestiniens se tiennent dans les ruines de la maison de la famille Chahine, après une frappe israélienne nocturne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le vendredi 3 mai 2024.
Des Palestiniens se tiennent dans les ruines de la maison de la famille Chahine, après une frappe israélienne nocturne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le vendredi 3 mai 2024.

Cette frappe intervient un jour après que le Hamas a annoncé qu’il envoyait une délégation en Égypte pour de nouvelles négociations de cessez-le-feu – un nouveau signe de progrès dans les tentatives des médiateurs internationaux pour parvenir à un accord entre Israël et le groupe militant pour mettre fin à la guerre à Gaza.

Le bilan global des morts palestiniens dues à la guerre entre Israël et le Hamas s’élève à au moins 34 622, selon le ministère de la Santé de Gaza, qui ne fait pas de distinction entre les combattants et les civils tués.

Laisser un commentaire

huit − 2 =