FILE - Ukrainian Defense Ministry Press Service, Ukrainian soldiers use a launcher with US Javelin missiles during military exercises in Donetsk region, Ukraine, 23/12/21.

Jean Delaunay

L’Occident devrait repenser les restrictions sur les armes à l’Ukraine, selon le chef de l’OTAN

« En imposant trop de restrictions, nous lions une main aux forces armées ukrainiennes », a déclaré le secrétaire général de l’OTAN.

Jens Stoltenberg a exhorté les États de l’OTAN à reconsidérer les limites imposées à l’envoi de certaines armes en Ukraine.

« Il appartient aux alliés de décider des restrictions sur les armes qu’ils livrent à l’Ukraine. Ce n’est pas une décision de l’OTAN, c’est une décision prise par les alliés individuels », a déclaré lundi le secrétaire général de l’OTAN en Bulgarie.

« Mon message est que je pense que le moment est venu d’envisager certaines de ces restrictions. »

La question de l’envoi de certaines formes de soutien militaire à l’Ukraine alors qu’elle lutte contre l’invasion russe est controversée.

Certains États sont réticents à fournir à Kiev des armes à plus longue portée et plus puissantes, susceptibles de frapper des cibles situées au plus profond de la Russie, car ils craignent que cela puisse aggraver les tensions et risquer d’entraîner l’Europe dans une guerre plus large.

D’autres affirment que l’Ukraine a besoin de toute la puissance de feu dont elle dispose pour repousser un adversaire plus grand, mieux armé et mieux doté en ressources. Ils soulignent souvent que Moscou ne montre apparemment aucune limite lorsqu’elle attaque l’Ukraine, frappant des cibles civiles et non militaires à travers le pays.

Le 22 septembre 2020, selon le service de presse du ministère russe de la Défense, une fusée est lancée depuis un système de missiles depuis la base militaire d'Ashuluk, dans le sud de la Russie.
Le 22 septembre 2020, selon le service de presse du ministère russe de la Défense, une fusée est lancée depuis un système de missiles depuis la base militaire d’Ashuluk, dans le sud de la Russie.

S’exprimant lundi, le chef de l’OTAN, Stoltenberg, a déclaré que certains États membres de l’alliance militaire américaine avaient levé les restrictions sur la fourniture d’armes spécifiques à l’Ukraine, alors que d’autres ne l’avaient pas fait.

Il a appelé ceux qui continuent de limiter leurs approvisionnements en armes à reconsidérer leur position, citant la « nature des combats qui ont lieu à Kharkiv ».

« En imposant trop de restrictions, nous lions une main aux forces armées ukrainiennes, car elles réduisent leur capacité à se défendre. »

« Mais encore une fois, ce sont des décisions nationales et non des décisions de l’OTAN », a-t-il ajouté.

La situation à Kharkiv accroît la pression sur les alliés de Kiev

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a averti ce week-end que les troupes russes se préparaient à intensifier leur offensive à Kharkiv.

L’armée de Moscou s’est emparée de plusieurs villages et colonies dans la région du nord de l’Ukraine depuis mai, lors de l’une des attaques terrestres les plus importantes depuis son invasion à grande échelle de l’Ukraine en 2022.

Les avancées russes ont exercé une pression renouvelée sur les partisans occidentaux de l’Ukraine pour qu’ils augmentent leur soutien, alors que l’on craint que le vent ne se retourne contre Kiev.

Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont fourni à l’Ukraine des missiles à longue portée, bien que le chancelier allemand Olaf Scholz ait exclu d’envoyer des missiles Tauras à son pays, malgré les demandes répétées de Kiev.

Scholz avait précédemment affirmé que le missile, capable de localiser et de détruire indépendamment une cible après avoir été tiré, devrait être utilisé par des équipes allemandes sur le terrain en Ukraine – ce qu’il considère comme une ligne rouge.

Laisser un commentaire

dix-sept − 13 =