L'infrastructure européenne a encore un long chemin à parcourir dans la course aux véhicules électriques sur le continent

Jean Delaunay

L’infrastructure européenne a encore un long chemin à parcourir dans la course aux véhicules électriques sur le continent

L’échéance de 2035 a de nombreuses implications pour les conducteurs européens, mais pour qu’elle soit abordable et durable à long terme, les processus de maintenance et de réparation doivent être accessibles, transparents et efficaces, écrit Derk Roodhuyzen de Vries.

Alors que l’UE poursuit des plans passionnants pour la vente de voitures à zéro émission uniquement d’ici 2035, des milliers de véhicules électriques supplémentaires, ou VE, peupleront les routes européennes chaque mois qui passe.

Les implications de cette transition affecteront tous les moteurs en Europe, et identifier qui est tenu d’entreprendre les changements nécessaires est crucial pour le succès de la transition.

Le manque actuel de disponibilité des points de recharge est un problème bien couvert, et bien qu’il soit certainement crucial, il y a d’autres parties importantes de l’infrastructure des VE qui doivent être prises en compte, dont l’accessibilité doit devenir une priorité jusqu’en 2035.

Avec des centaines de milliers de nouveaux véhicules électriques hautement techniques et extrêmement variés entrant sur le marché chaque année, provenant de dizaines de fabricants différents cherchant tous à s’établir en Europe, le véritable défi est que trop peu de gens parlent de l’infrastructure de maintenance et de réparation nécessaire pour entretenir eux.

L’échéance de 2035 a de nombreuses implications pour les conducteurs européens, mais pour qu’elle soit abordable et durable à long terme, les processus de maintenance et de réparation doivent être accessibles, transparents et efficaces.

Les infrastructures européennes sont encore loin d’avoir atteint leur plein potentiel

L’accessibilité des bornes de recharge est indéniablement importante.

En tant que représentation la plus visible de l’infrastructure des véhicules électriques et clé du fonctionnement quotidien des véhicules électriques, leur accessibilité et leur disponibilité sont des exigences fondamentales pour les routes de 2035.

Des millions d’autres seront nécessaires d’ici la date limite, et les autorités locales seront chargées de s’associer aux meilleurs fournisseurs de bornes de recharge, ainsi que de mettre en place des incitations pour que les consommateurs et les entreprises les construisent et les utilisent, comme Lidl l’a fait au Royaume-Uni.

Tout comme les conducteurs doivent avoir accès à des bornes de recharge, ils doivent également être guidés vers des options de réparation et d’entretien approuvées pour leur véhicule électrique spécifique.

AP Photo/Pavel Golovkine
Une voiture électrique se recharge sur un parking d’un centre commercial à Tallinn, février 2023

Mais tout comme les conducteurs doivent avoir accès à des bornes de recharge, ils doivent également être guidés vers des options de réparation et d’entretien approuvées pour leur véhicule électrique spécifique.

Les ateliers de réparation ont de grandes chances d’assurer leur succès continu s’ils prennent l’initiative de perfectionner leur main-d’œuvre afin qu’ils soient formés et certifiés pour travailler en toute sécurité sur des véhicules électriques de haute technologie, qu’il s’agisse de réparation générale ou de spécialisation dans certains modèles.

Les constructeurs automobiles sont également en jeu

Pour les constructeurs, le succès des ventes en Europe dépend de leur responsabilité de fournir une sélection de modèles de véhicules électriques et des services après-vente appropriés suffisamment attrayants pour les consommateurs.

Sinon, les conducteurs européens n’auront aucune incitation à s’éloigner de leurs véhicules ICE et du réseau de réparation déjà établi et accessible pour eux.

Une fois qu’ils auront assuré aux chauffeurs l’accès à une expérience après-vente satisfaisante, les nouveaux constructeurs pourront s’implanter en Europe et fidéliser leurs clients.

AP Photo/Ben Margot
Les voitures Tesla sont chargées sur des transporteurs à l’usine de voitures électriques Tesla à Freemont, Californie, mai 2020

Pour couronner le tout, les fabricants (OEM) et les ateliers de réparation devront être responsables de la coordination avec des partenaires qui peuvent guider les clients vers les ateliers de réparation les plus appropriés, établir une chaîne d’approvisionnement des pièces EV nécessaires et faciliter le processus de réparation pour assurer la meilleure expérience client possible.

Une fois qu’ils auront assuré aux chauffeurs européens l’accès à une expérience après-vente satisfaisante, les nouveaux constructeurs pourront s’implanter en Europe et instaurer la confiance et la fidélité des clients.

La durabilité et l’abordabilité sont dans l’esprit des acheteurs

Pour la plupart des citoyens de l’UE, l’abordabilité est primordiale. Alors que les véhicules électriques étaient traditionnellement plus chers, les véhicules électriques les moins chers sont désormais très proches des voitures à essence ou diesel en termes de parité de prix.

L’entretien et la maintenance des voitures électriques devraient être plus abordables à long terme. Les réparations sont beaucoup moins fréquentes en raison du nombre réduit de pièces mobiles, mais chaque réparation de VE peut souvent être plus coûteuse.

LOIC VENANCE/AFP ou concédants
Un mécanicien travaille sur une voiture électrique au e-garage Revolte spécialisé dans la réparation de voitures électriques, à Carquefou, dans l’ouest de la France, novembre 2022

Avec des capteurs complexes partout sur les châssis des véhicules électriques, les pièces sont souvent remplacées et non réparées.

Pour que ce processus soit moins cher et plus durable, les carrossiers doivent avoir accès à un marché avec des fournisseurs de pièces et de peinture, ainsi qu’à des formations, des données et des solutions technologiques.

Cela garantira que les ateliers de réparation peuvent améliorer leurs compétences et apprendre à effectuer des réparations sans avoir constamment à remplacer des pièces.

C’est le travail de qui de toute façon ?

L’industrie automobile européenne a encore un long chemin à parcourir avant d’être prête pour 2035, mais c’est certainement très réalisable tant que les acteurs clés comprennent quels changements doivent être apportés et où.

L’infrastructure – des points de recharge au service après-vente – a besoin d’une refonte importante avant d’être prête pour la prochaine génération de véhicules avec des différences techniques incroyables par rapport aux véhicules ICE pour lesquels l’infrastructure actuelle est conçue.

AXEL HEIMKEN/AFP ou concédants de licence
Les visiteurs prennent des photos du nouveau modèle de voiture électrique ID 2, lors de sa présentation au Centre des congrès de Hambourg, mars 2023

Une fois ces améliorations apportées, ce n’est pas seulement le fonctionnement continu des véhicules électriques qui en bénéficiera énormément, mais aussi la capacité des constructeurs à s’implanter avec succès sur le marché européen.

Cela ne manquera pas de se produire une fois que le processus après-vente pourra garantir un niveau de satisfaction client suffisamment élevé en répondant aux besoins des conducteurs de véhicules électriques sans les imposer de coûts supplémentaires.

C’est l’heure de l’action

L’échéance de 2035 est à portée de main si l’industrie automobile choisit d’adopter davantage d’écosystèmes, d’infrastructures et de places de marché numériques.

Cela uniformisera les règles du jeu, permettant aux nouveaux fabricants d’avoir moins de barrières à l’entrée en Europe, car ils n’auront plus besoin de tout mettre en place eux-mêmes.

Cela signifie également que tous les acteurs bénéficieront d’une transparence, d’une efficacité et d’une évolutivité accrues.

Il est temps d’agir et d’apporter les changements nécessaires pour atteindre cette étape ambitieuse.

Laisser un commentaire

dix-huit − onze =