Members of the Sub-committee on Public Health in the Parliament.

Jean Delaunay

L’idée d’une nouvelle commission de la santé au Parlement rencontre une certaine résistance

Malgré la volonté du PPE de créer une commission spécifique à la santé au sein du nouveau Parlement européen, cette proposition se heurte à la résistance d’autres groupes politiques et parties prenantes.

Alors qu’une nouvelle planification institutionnelle européenne est en préparation, le plus grand groupe politique du Parlement a proposé de créer une commission dédiée à la santé, distincte de l’entité existante – ENVI – qui s’occupe de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire.

Le Parti populaire européen souhaite que la nouvelle commission se concentre sur les questions de santé, qui, selon lui, passent inaperçues au sein d’une commission plus large, mais l’idée est critiquée par d’autres qui craignent que la séparation des sujets ne mette en péril la nature intersectorielle de la santé publique.

Au cours du dernier mandat, les discussions sur la santé se déroulaient généralement au sein de la commission ENVI, avec des sous-comités créés pour des sujets spécifiques.

De tels sous-comités ont été créés pour traiter du cancer et des leçons tirées de la pandémie, par exemple.

La chose la plus proche d’un comité de santé autonome a été un sous-comité de santé dédié de l’ENVI.

Le député européen sortant Tomislav Sokol (Croatie/PPE) a été un ardent défenseur de la nouvelle commission, affirmant que « l’intégration de l’environnement et de la santé au sein de la commission ENVI semble mal alignée, étant donné la nature distincte et critique de chaque domaine. »

« Ce comité contribuerait à répondre plus efficacement aux complexités de la santé publique et à améliorer le bien-être de tous les citoyens européens », a déclaré M. Sokol à L’Observatoire de l’Europe.

Alors que la structure des commissions est encore en négociation entre les différents groupes politiques, l’eurodéputé allemand Peter Liese, coordinateur du PPE pour la commission de l’environnement, semble certain que la scission aura lieu.

« Ce n’est pas réglé à 100% (…) Mais il semble y avoir un consensus croissant parmi les dirigeants des différents groupes », a déclaré Liese aux journalistes.

D’autres groupes politiques et acteurs résistent toutefois à cette idée.

« Je pense qu’il y a de nombreuses raisons pour avoir un (comité de la santé), mais probablement plus, et plus importantes, pour ne pas en avoir un », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe l’eurodéputé Nils Torvalds, coordinateur ENVI à Renew Europe.

Il a déclaré que le nouveau comité de santé entraînerait une augmentation du nombre de rapports et détacherait la liaison entre les questions de santé et celles liées à l’environnement, au social, à l’économique et au budgétaire.

Il faut maintenir l’approche « Une seule santé »

Cette inquiétude est partagée par d’autres groupes politiques, qui voient l’approche dite « One Health » – le principe selon lequel la santé humaine, animale et environnementale sont inextricablement liées – menacée par cette scission.

L’eurodéputée Tilly Metz (Luxembourg/Verts) a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que laisser les questions de santé à une commission dédiée risquait de favoriser une « mentalité de silo ».

« Nous devons éviter de penser de manière cloisonnée, car la santé englobe bien plus que les soins de santé et les médicaments. La santé publique inclut les préoccupations climatiques et environnementales, l’alimentation saine, la prévention, les politiques sociales, la recherche et la sécurité, qui sont toutes cruciales », a-t-elle ajouté.

Le groupe socialiste a déclaré qu’il a toujours été un fervent défenseur du principe « Une seule santé », qui est mieux servi par la commission ENVI, dont la sous-commission de la santé reste en place.

Ces dernières années, l’Organisation mondiale de la santé, la Commission européenne et diverses agences de santé ont fortement prôné cette approche et l’intégration de la santé dans toutes les politiques pour se préparer aux menaces telles que le changement climatique et les maladies zoonotiques.

Anne Stauffer, directrice adjointe de l’Alliance pour la santé et l’environnement (HEAL), a déclaré dans un communiqué de presse que la séparation des comités « serait un mauvais service rendu aux citoyens, car ils subissent de plus en plus les effets du changement climatique, de la pollution et de la perte de biodiversité sur leur santé ».

Santé et sécurité au travail

« Je vois de gros problèmes avec la création d’un comité permanent de santé si, par exemple, cela porte atteinte à la capacité de traiter la santé et la sécurité au travail parallèlement aux autres droits des travailleurs », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Per Clausen, député européen récemment élu de La Gauche.

La Confédération européenne des syndicats (CES) a envoyé un courriel aux députés européens le 1er juillet leur demandant de défendre les prérogatives de la commission de l’emploi du Parlement et de veiller à ce que la santé et la sécurité au travail restent de son ressort.

La lettre avertissait que le fait de séparer ces questions pourrait porter atteinte aux obligations des employeurs et pourrait « diluer la responsabilité des employeurs en matière de prévention des risques sur le lieu de travail, affaiblissant ainsi le cadre solide qui tient actuellement les employeurs responsables ».

Le syndicat a ajouté qu’il est important de rappeler que les compétences en matière de santé dans l’UE sont toujours nationales et administrées par les États membres, ce qui pourrait rendre difficile l’application de la législation sur la santé et la sécurité au travail.

Laisser un commentaire

un × 4 =