L’IA pourrait être le grand égalisateur dont les régions les moins riches d’Europe ont besoin

Jean Delaunay

L’IA pourrait être le grand égalisateur dont les régions les moins riches d’Europe ont besoin

La promesse d’une vie meilleure pour ceux qui ont été historiquement en marge signifie que les investissements dans l’IA doivent être davantage soutenus, et non étouffés, écrit Cristian Gherasim.

Il ne se passe presque pas un jour sans entendre parler d’une nouvelle avancée époustouflante en matière d’intelligence artificielle. La beauté de l’IA est que nous y avons tous accès, plus qu’à toute autre découverte technologique des époques passées.

Même s’ils sont encore très en avance, les pays riches ne détiennent plus le monopole de cette nouvelle invention et les développements de l’IA se produisent partout dans le monde, davantage dû à la capacité d’innovation d’une nation qu’à sa richesse globale.

L’Europe de l’Est ne fait pas exception et, bien qu’elle reste la région la plus pauvre d’Europe, la recherche et le développement en IA semblent s’être accélérés dans divers secteurs.

Si elle est exploitée judicieusement, l’IA pourrait stimuler la croissance dans une région aux prises avec des décennies de pénuries de l’ère communiste et d’inégalités et de privations économiques post-communistes.

Le premier conseiller gouvernemental au monde doté de l’IA est roumain

Bien qu’ils soient encore en retard par rapport au monde occidental, certains pays d’Europe centrale et orientale ont réalisé des avancées significatives dans le secteur de l’IA.

Depuis quelques années, la Pologne est le fer de lance de la lutte contre les discours de haine sur Internet.

En 2019, Samurai Labs a développé un logiciel basé sur l’IA qui détecte les discours de haine, la violence et les fausses nouvelles sur les plateformes médiatiques en ligne. L’outil s’est avéré particulièrement utile dans les années qui ont suivi le vote sur le Brexit, la police britannique ayant fini par embaucher l’entreprise pour enquêter sur les contenus anti-polonais en ligne.

Outre les fausses nouvelles et les discours de haine, cet outil basé sur l’IA a également été utilisé pour lutter contre la pédophilie en ligne et d’autres crimes.

Matt Dunham/AP
Un homme passe devant un magasin de spécialités polonaises à Londres, en avril 2016.

En Roumanie, la start-up Humans.ai a livré le premier conseiller gouvernemental au monde basé sur l’IA, ION, pour aider le Premier ministre roumain à comprendre les besoins des électeurs.

Le projet réalisé en collaboration avec des chercheurs et des professeurs en IA de Roumanie vise à mieux connaître l’opinion publique et la façon dont le public réagit à certains événements, questions clés et politiques.

L’entreprise se diversifie et s’associe à des centres de recherche au Moyen-Orient, comme dans la ville émiratie de Ras Al-Khaimah (RAK), où elle vise à remodeler le paysage technologique et à créer la première zone franche et hub au monde dédié exclusivement à l’innovation et au développement de l’IA.

De plus, Humans.ai fournira la technologie blockchain à l’écosystème d’IA et aux startups de la région.

La lutte antiparasitaire en Moldavie et la guerre de haute technologie en Ukraine

La Moldavie, voisine de la Roumanie, utilise également l’IA à bon escient, en la formant à la détection des parasites et à la gestion des mauvaises herbes pour les cultures locales.

Le programme, développé par l’entreprise locale DRON Assistance et financé par les Nations Unies, est testé sur un champ de 73 hectares dans le village d’Onitcani.

Les drones et les robots ont déjà révolutionné non seulement la guerre en Ukraine mais aussi la guerre en général.

AP Photo/Evgueni Maloletka
Un militaire ukrainien, alias Zakhar, pilote un drone lors de combats sur la ligne de front près de Bakhmut, mars 2023.

En Ukraine, l’intelligence artificielle est déjà à l’avant-garde de la stratégie de défense du pays contre l’agression russe.

L’IA aide à identifier les soldats russes, à suivre les mouvements des troupes, à établir de nouvelles cibles et à intercepter les communications ennemies, tout en aidant à repousser la désinformation russe.

Les drones et les robots ont déjà révolutionné non seulement la guerre en Ukraine mais aussi la guerre en général. L’Ukraine est en effet un terrain d’essai, un laboratoire vivant pour la guerre par l’IA.

Cela conduit également au développement d’un secteur civil technologique solide dans lequel, grâce à des partenariats, les start-ups ukrainiennes se développent.

Quels sont les avantages pour l’Europe de l’Est ?

Selon une étude de Goldman Sachs, l’IA pourrait entraîner une augmentation annuelle de près de 7 000 milliards de dollars (6 470 milliards d’euros) du PIB mondial sur une période de dix ans.

Le potentiel de croissance économique est illimité et l’Europe de l’Est peut l’exploiter.

Certains secteurs connaissent déjà des changements induits par l’IA. Outre son utilisation militaire que nous observons en Ukraine, la technologie peut jouer un rôle crucial dans le façonnement de la région dans les années à venir.

Les drones alimentés par l’IA présentent une option bien plus écologique pour les agriculteurs qui n’ont ainsi pas besoin de tracteurs et évitent de brûler des combustibles fossiles qui polluent les cultures.

JOHN MCCONNICO/AP2011
Un ouvrier agricole moldave transporte le tronc d’un arbre tombé à travers les champs de maïs devant le monastère de Capriana, à Capriana, octobre 2011.

Les drones agricoles pilotés par un logiciel d’IA saupoudrent en moyenne jusqu’à 40 % de substance active en moins, ce qui permet une pulvérisation plus précise et des cultures plus sûres.

Ces drones alimentés par l’IA présentent une option bien plus écologique pour les agriculteurs qui n’ont ainsi pas besoin de tracteurs et évitent de brûler des combustibles fossiles qui polluent les cultures.

L’IA pourrait également aider la région à développer une meilleure gestion des déchets grâce à des poubelles et des installations de recyclage intelligentes permettant de trier et de collecter les déchets plus efficacement.

La santé est un autre problème épineux, la région étant connue pour son manque de médecins, la Roumanie étant classée comme ayant le pire système de santé d’Europe.

Outre le manque de financement et la corruption systémique, les hôpitaux de la région sont confrontés à une grave pénurie de médecins.

L’IA peut aider à compléter un nombre décroissant de médecins afin que davantage de personnes puissent accéder à une supervision médicale, des études montrant que la technologie est capable d’accomplir des tâches aussi bien, voire mieux, que les humains.

L’IA pourrait s’avérer être le « grand égalisateur »

L’IA peut sans aucun doute être une force positive en Europe de l’Est comme partout ailleurs, mais lorsque tant de choses se produisent si rapidement, la conversation a tendance à devenir trop large et parfois si abstraite que ceux qui tentent de lui donner un sens finissent par être exposés. aux marges, aimant ou détestant la technologie.

Cependant, comme pour tout nouvel outil, un optimisme prudent devrait guider l’approche ainsi qu’une meilleure compréhension de ce que ce nouvel outil peut faire pour vous, votre pays d’origine et votre région.

AP Photo/Stéphanie Lecocq
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, examine l’invention « Parlez-vous robot ? » au AI Xperience Center de la VUB à Bruxelles, février 2020

L’Union européenne a également un rôle à jouer en favorisant le développement de l’IA et en faisant de l’Europe un concurrent de premier plan aux côtés des poids lourds de la technologie comme les États-Unis et la Chine, tout en gardant un œil sur les risques potentiels grâce à des contrôles et contrepoids approfondis.

Dans le même temps, la promesse d’une vie meilleure pour ceux qui ont été historiquement marginalisés signifie que les investissements dans l’IA doivent être davantage soutenus, et non étouffés.

Si nous le faisons avec précaution et en gardant à l’esprit nos progrès communs, nous pourrions voir l’exploitation de l’IA se révéler le grand égalisateur dont les régions les moins aisées de l’Europe ont besoin – et dont tout notre continent bénéficierait.

Laisser un commentaire

cinq × quatre =