Ocean Calls. Season 3. Episode 2.

Milos Schmidt

L’IA peut-elle percer les secrets des profondeurs marines et nous aider à prendre de meilleures décisions ?

Dans cet épisode, nous aborderons le jumeau numérique de l’océan. Nous explorons les objectifs de cette initiative européenne et examinons comment elle peut contribuer à lutter contre la pollution plastique, à sauver des espèces menacées comme les tortues marines et à protéger nos ports des météootsunamis.

Imaginez si les décideurs politiques, les entreprises et la société avaient accès à une copie virtuelle de nos océans à explorer ? Cet outil d’IA pourrait simuler des scénarios réalistes basés sur des connaissances scientifiques.

Cela contribuerait-il à protéger et à restaurer nos océans en permettant une meilleure prise de décision ? Alors que l’UE s’apprête à lancer le Digital Twin of the Ocean (DTO), la communauté scientifique européenne pense que ce projet pourrait changer la donne.

« Considérez l’intelligence artificielle comme un outil qui nous aide à prédire et à comprendre ce qui se passe dans l’océan », explique Joanna Staneva, physicienne au centre de recherche Helmholtz-Zentrum Hereon en Allemagne, dans ce nouvel épisode du podcast d’L’Observatoire de l’Europe Ocean Calls.

Prévu pour faire ses débuts plus tard en 2024, le DTO vise à révolutionner notre compréhension des mers grâce à l’IA et aux outils de visualisation.

Depuis 2021, l’UE investit 10 millions d’euros par an dans le cœur du projet qui a vocation à être un service public. Il intégrera des données provenant d’organismes scientifiques européens comme Copernicus ou Mercator Ocean International, mais aussi d’universités et de centres de recherche.

En théorie, tout ce que nous savons sur l’océan sera intégré et mis à disposition en ligne pour que tout le monde puisse jouer avec.

Pour Staneva, le DTO est un « outil fantastique » : « Nous pouvons montrer les différents scénarios liés au changement climatique afin d’atténuer les problèmes, de comprendre les impacts, mais surtout de trouver les différentes solutions face au changement climatique. ».

L’objectif principal du DTO est de doter les décideurs politiques, les entreprises et la société d’outils de prise de décision fondés sur la science.

« Incertitudes de la solution »

De la conservation des espèces à la gestion efficace des zones marines protégées, l’ODD de l’UE pourrait avoir de nombreuses applications pratiques.

« Ce sont des connaissances qui ne doivent pas rester uniquement entre les mains des scientifiques. Ce sont des connaissances qu’il faut exploiter pour développer des activités dans l’océan », estime Simon Van Gennip, océanographe chez Mercator-Océan International, qui souligne le potentiel du DTO dans la lutte contre la pollution plastique.

En tirant parti de l’IA et des modèles de circulation océanique, le chercheur travaille sur un modèle capable de prédire le mouvement des débris plastiques sur une période donnée, et même de remonter dans le temps pour voir d’où ils viennent.

Lorsque le modèle sera prêt et téléchargé sur le DTO, ces informations pourraient être inestimables pour les activistes et les gouvernements locaux, mais aussi, par exemple, pour les entreprises qui souhaitent devenir plus durables.

« Si nous savons d’où vient le plus potentiellement ce plastique, nous pouvons réellement travailler ensemble pour essayer de cibler notre plan d’action pour atténuer ce plastique », explique van Gennip.

Il souligne cependant les défis liés aux soi-disant « incertitudes de la solution ».

« Il y a des petites erreurs, quand on reproduit les courants chaque jour. Donc, si nous déplaçons notre plastique, nous accumulons en quelque sorte un peu d’erreurs. Ainsi, après une longue période, disons après deux ans, nous ne pouvons pas garantir qu’un morceau de plastique laissé à un endroit se trouve réellement là où nous l’avons diagnostiqué », dit-il.

La solution selon cela pourrait consister à ajouter davantage de données de qualité au Jumeau numérique de l’océan et à développer d’autres modèles. « Si nous n’utilisons qu’un seul modèle, nous n’avons qu’une seule solution. L’idée est que si nous pouvons utiliser plusieurs modèles, nous aurons un nuage de solutions », explique-t-il.

Écoutez l’épisode complet d’Ocean Calls pour découvrir comment il peut aider à sauver des espèces menacées comme les tortues marines et à protéger nos ports des météotsunamis.

À la fin de l’épisode, la star de Sex Education et Karen Pirie, Chris Jenks, nous raconte ses aventures en grandissant sur une île en Écosse.

Laisser un commentaire

neuf + neuf =