Microsoft

Jean Delaunay

« L’IA n’est pas créative, c’est vous qui l’êtes » : comment l’IA va changer notre façon de travailler, selon Microsoft

« Vous pouvez choisir la peur ou vous pouvez vous pencher et apprendre », co-fondateur de Microsoft WorkLab sur l’IA et l’avenir du travail.

L’IA continue de révolutionner la façon dont les individus travaillent, en libérant du temps, en automatisant les tâches banales et en améliorant la productivité. Cependant, elle ne peut remplacer l’originalité et la puissance créatrice de l’esprit humain. C’est le message que Colette Stallbaumer, directrice générale de Copilot de Microsoft et cofondatrice de WorkLab, souhaite faire comprendre aux travailleurs.

Le message de Stallbaumer fait suite aux données récentes d’une enquête sur le travail organisée par Microsoft et LinkedIn qui met en évidence l’utilisation croissante de l’IA parmi les cols blancs. L’enquête a montré que l’IA a déjà un impact significatif sur la manière dont les gens effectuent leur travail.

L’intégration d’outils d’IA tels que ChatGPT et Copilot transforment les lieux de travail – un changement qui devrait être accueilli plutôt que craint, déclare Stallbaumer, car l’IA ne changera pas seulement les pratiques de travail individuelles, mais pourrait transformer l’ADN d’organisations entières.

Augmentation de l’utilisation des outils d’IA au niveau individuel

Selon le rapport annuel Work Trend Index de 2024, qui a interrogé 31 000 personnes dans 31 pays, 75 % d’entre elles utilisent déjà l’IA générative au travail – un chiffre qui a doublé au cours des six derniers mois.

La tendance croissante des individus à intégrer des outils d’IA au niveau local montre déjà des avantages significatifs ; 85 pour cent des personnes interrogées ont signalé une augmentation de leur productivité et 84 pour cent ont noté une amélioration de leur créativité, conduisant à une plus grande satisfaction des employés.

Les outils d’IA générative permettent aux travailleurs de consacrer plus de temps aux activités centrées sur l’humain, telles que l’engagement d’équipe et la pensée créative. Ainsi, les humains seront moins acteurs et plus superviseurs de l’IA et du travail et des résultats générés par l’IA, a expliqué Stallbaumer.

« Un vendeur peut consacrer moins de temps à la saisie des données ou à la navigation dans les systèmes d’enregistrement et plus de temps à entretenir les relations avec les clients. De même, un professionnel de la finance peut réduire le temps consacré à la recherche d’anomalies dans les données et se concentrer davantage sur la croissance stratégique de son entreprise.

S’il est encourageant de constater que les individus tirent de la valeur de ces changements dans leurs rôles, le défi réside dans l’organisation, la mise à l’échelle et l’intégration de ces pratiques dans les organisations à un niveau stratégique.

Faire évoluer l’adoption de l’IA au niveau organisationnel

« Après l’utilisation individuelle commence la partie la plus difficile de savoir où nous en sommes dans ce cycle d’adoption de la technologie. Vient maintenant le vrai travail, où les gens doivent vraiment prendre l’habitude de travailler de cette nouvelle manière avec l’IA », a déclaré Stallbaumer.

Selon l’enquête, 41 % des dirigeants s’attendent à devoir repenser leurs processus commerciaux avec l’IA, même si la manière dont cela se produira est encore en évolution. Par exemple, certaines efficacités seront similaires dans toutes les entreprises, tandis que d’autres solutions et changements d’IA seront conçus en fonction des objectifs de l’organisation.

« Il s’agit d’examiner les opportunités dans leur entreprise, dans ces flux de travail horizontaux, pour appliquer réellement l’IA à ces processus. Chaque rôle est une série de tâches, n’est-ce pas ? Et si vous commencez à décomposer ces tâches, (vous pouvez) voir où l’IA peut vous aider.

Ce sont les entreprises capables de relever les défis et les opportunités de front – même si le « comment » est encore en évolution – qui prospéreront à l’avenir.

Laisser un commentaire

16 − trois =