ar-right National Rally party president Jordan Bardella delivers a speech after the second round of the legislative election, July 7, 2024.

Jean Delaunay

L’extrême droite perd les élections anticipées en France mais vise la présidentielle de 2027

La coalition de gauche du Nouveau Front populaire a remporté à la surprise générale les élections législatives anticipées de dimanche en France, la coalition centriste de Macron arrivant en deuxième position.

Le Rassemblement national (RN), parti d’extrême droite français, a échoué dimanche dans sa tentative d’obtenir le plus grand nombre de sièges aux élections législatives anticipées du pays, mais son leader et ses militants déçus souhaitent présenter cette défaite comme une victoire qui les prépare bien pour l’élection présidentielle de 2027.

« Le Rassemblement national a réalisé aujourd’hui la percée la plus importante de toute son histoire », a déclaré le chef du RN, Jordan Bardella, dans un discours de cinq minutes prononcé une demi-heure après la publication du sondage de sortie montrant que son parti devrait arriver en troisième position derrière les coalitions de gauche et du centre.

Les résultats du scrutin, déclenché après la défaite cuisante du RN face à la coalition centriste du président Emmanuel Macron aux élections européennes de juin, « sont les éléments constitutifs de la victoire de demain », a-t-il soutenu.

Le parti était arrivé en tête au premier tour la semaine dernière avec environ 33% des voix à l’échelle nationale et était pressenti pour remporter jusqu’à 240 sièges. Il est resté en tête pendant la période intra-tour, malgré le soi-disant « front républicain » orchestré par les coalitions centristes et de gauche pour bloquer les victoires du RN dans les circonscriptions où trois candidats s’étaient qualifiés.

Mais le sondage de sortie publié à 20 heures, heure locale, le place en troisième position avec 138 à 145 sièges prévus, derrière le NFP – composé des Verts, des socialistes, des communistes et du parti d’extrême gauche La France insoumise – qui obtiendrait entre 177 et 192 sièges.

La coalition Ensemble de Macron arrive à la surprise générale en deuxième position et devrait conserver entre 152 et 158 ​​sièges.

Aucun parti ni aucune coalition n’a obtenu les 289 sièges nécessaires à une majorité absolue et ne peut donc former seul un gouvernement.

« Nous avons de beaux jours devant nous »

« Le Rassemblement national est toujours confronté à son plafond de verre. Sa défaite est due au désistement de nombreux candidats dans des situations triangulaires », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Adam Hsakou, coordinateur de programme au German Marshall Fund of the United States.

« Le RN paie sans doute le tollé provoqué par la question des binationaux, qui a animé la campagne électorale. Jordan Bardella n’a pas su calmer le jeu. C’est une leçon pour celui qui incarne parfaitement la normalisation du parti : jeune, issu de l’immigration, il ne porte pas le nom de Le Pen, est éloquent, efficace sur les réseaux sociaux », a-t-il ajouté.

Bardella a également imputé la défaite de son parti au « front républicain », le qualifiant dans son discours d’« alliances politiques contre nature, destinées à empêcher par tous les moyens les Français de choisir librement une politique différente ».

Cette « alliance du déshonneur et des arrangements électoraux dangereux », a déclaré M. Bardella, signifie qu’« en pleine crise du pouvoir d’achat, alors que l’insécurité et le désordre frappent durement le pays, la France se retrouve privée d’une majorité gouvernementale résiliente et donc d’une trajectoire claire pour redresser la France ».

Mais le leader et les militants ont tous deux cherché à souligner que la soirée représentait néanmoins une victoire puisque leur nombre de sièges avait considérablement augmenté par rapport aux 89 qu’ils possédaient avant que Macron ne dissolve l’Assemblée nationale.

Béatrice Roullaud, qui a conservé son siège dans la 6e circonscription de Seine-et-Marne, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que même si « au final on n’a pas eu les résultats escomptés, on a quand même eu presque le double de députés, donc ce n’est pas mal non plus ».

« Ce n’était pas prévu pour cette fois, mais ce sera le cas la prochaine fois, car c’est ce que les Français attendent », a-t-elle déclaré à L’Observatoire de l’Europe. « Nous avons donc bien sûr de beaux jours devant nous ».

Quentin Hoarau, candidat du Rassemblement national dans la cinquième circonscription du Val d’Oise, a également tenu à souligner que « cela reste un score historique, qui montre que le Rassemblement national prend vraiment racine partout ».

Pour Romain, un militant de 50 ans, ces résultats impliquent « qu’il y aura plusieurs dizaines de personnes qui seront encore mieux préparées à leur mandat. Donc on sera de plus en plus crédibles d’ici 2027 ».

« Ce soir, tout commence »

Ne pas obtenir la majorité absolue et donc être contraint à une « cohabitation » avec Macron pourrait, en effet, jouer en faveur du RN.

« Ils ne seront pas obligés d’essayer de gouverner pendant les trois prochaines années et éviteront ainsi toute responsabilité dans ce qui se passera en France au cours des prochaines années », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Douglas Webber, professeur émérite de science politique à l’INSEAD.

« Comme on ne pourra pas leur imputer la responsabilité de ce qui se passera dans les prochaines années, ils (Marine Le Pen sans doute) auront de bonnes chances de gagner les prochaines élections présidentielles, d’autant plus que ce résultat électoral va créer une grande incertitude politique en France. On ne sait absolument pas quel genre de gouvernement pourra être formé à partir de ce résultat électoral », a-t-il ajouté.

Bien que Macron et son Premier ministre, Gabriel Attal, aient signalé leur volonté de former un gouvernement de coalition arc-en-ciel qui impliquerait plusieurs partis, ils ont rejeté toute perspective d’alliance avec LFI, qu’ils jugent aussi extrême que le RN.

LFI aurait en revanche obtenu jusqu’à 80 sièges, soit le plus grand nombre de sièges au sein de la coalition du NFP. Les socialistes et les Verts auraient respectivement obtenu 64 et 36 sièges.

Contrairement à d’autres pays d’Europe, comme l’Allemagne et les Pays-Bas, la France n’a pas d’historique de constitution de coalition et les négociations et le partage du pouvoir pourraient donc s’avérer difficiles au cours des trois années restantes du mandat de Macron.

« Si le nouveau gouvernement progressiste ne parvient pas à tenir ses promesses, 2027 pourrait bien être l’année de Marine Le Pen. Tous les ingrédients sont réunis pour qu’elle poursuive sa progression au cours des trois prochaines années et réalise son rêve : la présidence de la République », a déclaré M. Hsakou.

Ces résultats montrent que le RN est le plus grand parti politique français, ses deux blocs rivaux étant des coalitions impliquant plusieurs partis. Le RN s’apprête également à envoyer la plus grande délégation du pays au Parlement européen après les élections européennes de juin.

« Le Rassemblement national va intensifier son action à l’Assemblée nationale, d’abord en s’engageant derrière Marine Le Pen ; dans le pays, ensuite en continuant à œuvrer pour l’unité nationale, le rassemblement de tous les Français et, bien sûr, la nécessaire alternance démocratique ; enfin, au Parlement européen, (où) dès demain nos députés prendront toute leur place au sein d’un grand groupe », a déclaré M. Bardella.

« Ce soir, tout commence. Un vieux monde est tombé et rien ne peut arrêter un peuple qui a recommencé à espérer », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

1 × quatre =