People gather against anti semitism, one carrying a placard reading

Jean Delaunay

L’extrême droite et l’extrême gauche françaises et italiennes sont-elles exemptes d’antisémitisme ?

En France et en Italie, les partis d’extrême droite luttent contre les erreurs de leurs propres extrémistes tout en se montrant ouvertement pro-israéliens. Pendant ce temps, le discours pro-palestinien d’extrême gauche dérape souvent vers une rhétorique anti-israélienne féroce.

Le manque de clarté concernant leur passé respectif a empêché les partis d’extrême droite français et italien d’être pleinement perçus par l’opinion publique comme des forces politiques ordinaires et dominantes.

Malgré leur succès électoral relatif, des problèmes non résolus liés à leur histoire semblent jeter une ombre sur leur version contemporaine.

Des vestiges antisémites sont toujours présents parmi leurs partisans les plus extrêmes, ce qui rend difficile l’intégration complète de leurs dirigeants dans l’establishment national et européen.

Le Rassemblement national est-il vraiment pro-israélien ?

Le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen devrait remporter une majorité relative au Parlement français, mais il pourrait difficilement former un gouvernement car, malgré leurs profondes divisions, ses partis antagonistes se sont réunis lors d’une élection partielle. cordon sanitaireconnue sous le nom de coalition du Front républicain.

L’appel au rassemblement antifasciste « No pasarán »* constitue-t-il toujours un motif constitutionnel et politique objectif pour exclure l’extrême droite de l’exécutif et justifier de larges alliances de plateformes tout en étant très flexible sur le plan idéologique ?

Selon Jean-Pierre Darnis, professeur de relations internationales et de relations franco-italiennes à l’université de Nice et à l’université LUISS de Rome : « Il faut constater que le RN a évolué, on peut constater que Marine Le Pen a pris ses distances avec son père (Jean-Marie Le Pen). De nouvelles convergences sont apparues au sein du RN, et désormais, le parti a une sociologie variée. »

Serge Klarsfeld pose dans son bureau, mardi 2 juillet 2024 à Paris. Le célèbre chasseur de nazis français Serge Klarsfeld a conseillé les électeurs confrontés à un duel entre un candidat de Ma
Serge Klarsfeld pose dans son bureau, mardi 2 juillet 2024 à Paris. Le célèbre chasseur de nazis français Serge Klarsfeld a conseillé les électeurs confrontés à un duel entre un candidat de Ma

« Bien que la vieille composante antisémite n’ait pas complètement disparu des racines du parti, depuis le conflit à Gaza, le parti a adopté une position anti-islamique. »

« Il s’est éloigné de l’antisémitisme pour s’orienter vers une approche anti-islam, car en France, le RN s’oppose à la gauche et à l’extrême gauche qui comptent certains militants pro-Palestiniens et pro-Gaza », a déclaré M. Darnis à L’Observatoire de l’Europe.

Cette position pro-israélienne suffit-elle à convaincre l’opinion publique en France et en Europe ?

« La tactique (électorale) du RN est de tenter de rassurer et peut-être rassurera une partie conservatrice et réactionnaire de la communauté juive en France », conclut M. Darnis.

Dans une interview accordée jeudi à la radio française Sud Radio, Marine Le Pen a déclaré que « ceux qui soutiennent le Hamas en France ne font que promouvoir les intérêts du Hamas ».

« Le Hamas est la pire solution pour les Palestiniens car il mène des attaques terroristes et utilise les civils comme boucliers humains », a-t-elle ajouté.

Serge Klarsfeld, historien juif français et chasseur de nazis, s’est exprimé en sa faveur.

« Marine Le Pen est à la tête d’un parti qui soutient Israël et soutient les Juifs contre l’Islam et contre les massacres de Juifs depuis 10 ou 20 ans. Et je soutiens les votes pour Marine Le Pen parce que je crois qu’elle dit la vérité quand elle soutient Israël et les Juifs. C’est très simple. »

Marine Le Pen a pris la relève de son père en 2011, et le parti d’extrême droite a changé de nom en 2018.

Pourtant, Shannon Seban, candidate juive centriste française d’Ivry-sur-Seine, dans la banlieue sud-est de Paris, ne fait pas confiance à la nouvelle approche bienveillante du Rassemblement national envers la communauté juive.

« Ils ont voulu se présenter comme un parti respectable. Ils ont voulu se présenter comme un bouclier, une protection contre l’antisémitisme pour les juifs français. Mais on ne se laissera pas tromper. Le Rassemblement national restera le Front national de Jean-Marie Le Pen et je ne peux pas oublier qu’ils ont une idéologie raciste, xénophobe. »

Des manifestants pro-palestiniens brandissant des banderoles et scandant des slogans défilent à Paris, samedi 19 juillet 2014, pour protester contre les bombardements de l'armée israélienne dans la bande de Gaza.
Des manifestants pro-palestiniens brandissant des banderoles et scandant des slogans défilent à Paris, samedi 19 juillet 2014, pour protester contre les bombardements de l’armée israélienne dans la bande de Gaza.

Gauche radicale (LFI) : antisémite récurrent ou ponctuel ?

Depuis le début des opérations de Tsahal à Gaza en octobre dernier, la gauche radicale française a adopté une position résolument pro-palestinienne.

La radicalisation de la lutte politique en France a durci la rhétorique sur le conflit israélo-palestinien et franchi périodiquement les frontières entre les critiques politiques légitimes contre l’action israélienne à Gaza et le discours extrémiste antisioniste.

Le discours anti-israélien généralisé a déclenché et accru le nombre d’épisodes antisémites.

Le résultat est que la France insoumise (LFI) de la gauche radicale est devenue l’épouvantail du Nouveau Front populaire et du bloc anti-extrême droite, qui englobe l’ensemble du spectre politique, de l’extrême gauche aux centristes.

La perplexité face aux critiques de LFI à l’encontre d’Israël et à sa rhétorique antisioniste agressive épisodique a été l’un des principaux obstacles à rassembler rapidement le front républicain.

Sebang a également exprimé sa profonde déception face au discours de la gauche radicale :

« Depuis le 7 octobre, les discours de haine fleurissent. Et à cause de mon nom, de mon prénom, de mes origines, il y a un déferlement d’antisémitisme contre moi. Je n’ai jamais voulu avoir de protection, mais je pense qu’il est devenu nécessaire de continuer ma campagne et surtout parce que je ne reculerai pas ».

« Quand on est au marché, on me dit : ‘C’est un territoire d’extrême gauche, c’est le Nouveau Front populaire. Allez-vous-en, vous n’avez rien à faire ici’. Je leur dis : ‘Non, j’ai ma place ici même si j’ai des idées différentes des leurs. Ce pour quoi je me bats, c’est pour la République’. »

« Il y a eu des critiques il y a quelques semaines ou quelques mois dans l’arène politique française, certains membres de LFI ont été accusés d’être antisémites. C’est un fait », a déclaré M. Darnis.

« À la même époque la semaine dernière, la coalition de gauche du NFI a décidé de proposer une plateforme commune, dont le premier point était de reconnaître le fait que l’attaque du 7 octobre contre Israël était une attaque terroriste. »

Comment gérez-vous les incidents embarrassants ?

Alors que le Rassemblement national en France n’a pas encore obtenu la majorité nécessaire pour gouverner le pays, la dirigeante des Frères d’Italie (extrême droite), Giorgia Meloni, est Premier ministre depuis deux ans.

La semaine dernière, Meloni a dû faire face à un moment embarrassant lorsqu’une enquête journalistique menée par le site italien FanPage a récemment dévoilé le comportement antisémite, fasciste et nazi de certains membres des Frères de la jeunesse italienne.

Dans quelle mesure les cas français et italien sont-ils comparables ?

« Il y a certainement encore des restes d’antisémitisme cachés dans la droite. Ils font surface dès qu’on creuse un peu. A gauche, en revanche, il y a des franges qui le revendiquent plus ouvertement, et c’est un problème qui concerne les mouvements les plus radicaux (de gauche) », a déclaré Gaetano Quagliariello, professeur d’histoire contemporaine à l’Université LUISS de Rome.

Dès que Meloni est devenue Premier ministre, son gouvernement a abandonné les sympathies politiques pour Moscou que certains secteurs des Frères d’Italie avaient lorsque le parti était dans l’opposition.

Dans le même temps, Meloni a renforcé la politique étrangère traditionnellement pro-transatlantique de l’Italie, a soutenu l’Ukraine de Volodymyr Zelensky avec un récit complètement nouveau et, en particulier, a offert un soutien politique total à Israël pendant la crise de Gaza, évitant toute critique ouverte des actions du Premier ministre conservateur Benyamin Netanyahu.

Des personnes participent à un rassemblement organisé par la communauté juive de Rome contre l'antisémitisme et le terrorisme, et exigeant la paix en Israël, à Rome, le mardi 5 décembre 2023. (AP Photo/A
Des personnes participent à un rassemblement organisé par la communauté juive de Rome contre l’antisémitisme et le terrorisme, et exigeant la paix en Israël, à Rome, le mardi 5 décembre 2023. (AP Photo/A

« La politique étrangère de Meloni a résolu les ambiguïtés (issues de son passé) au cours de cette période. L’incertitude pour Meloni vient du fait que les positions de ses dirigeants n’ont pas été absorbées par l’ensemble de sa base politique », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Quagliariello, qui a également été ministre italien des réformes constitutionnelles dans le grand gouvernement dirigé par Enrico Letta.

Après que l’enquête journalistique a rendu publiques les actions antisémites de l’aile jeunesse de son parti, Meloni a publié une longue lettre contre ces actes.

« La lettre de Meloni est peut-être trop longue et auto-victimisante, mais c’est aussi un engagement puissant, disant (aux fascistes du parti) que vous n’avez pas simplement tort – vous n’appartenez pas réellement à notre nouvelle voie politique », a déclaré Quagliariello.

S’agit-il d’engagements sincères ou de concessions politiques de type realpolitik faites à l’opinion publique nationale et internationale ?

Le mouvement postfasciste italien MSI est devenu le parti de l’Alliance nationale en 1994, alors que Meloni était sur le point de devenir l’un de ses plus jeunes représentants.

Lorsque l’Alliance nationale a mis de côté son héritage fasciste, l’électorat conservateur italien a convergé vers le nouveau parti, qui était appelé à devenir une force de droite démocratique, constitutionnelle et conservatrice.

Le président français Emmanuel Macron, au centre à droite, assiste aux cérémonies marquant le 79e anniversaire du Jour de la Victoire près de la statue du général de Gaulle, mercredi 8 mai 2024 à
Le président français Emmanuel Macron, au centre à droite, assiste aux cérémonies marquant le 79e anniversaire du Jour de la Victoire près de la statue du général de Gaulle, mercredi 8 mai 2024 à

« Cette fonction en France a été jouée par les gaullistes. Ils étaient historiquement antifascistes et antinazis. Charles de Gaulle était le chef de la résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale. Ses héritiers ont une légitimité politique républicaine (constitutionnelle) claire », a déclaré Quagliariello.

Aujourd’hui, les héritiers de De Gaulle sont dépassés par le RN, perçu comme les descendants politiques du régime de Vichy.

Marine Le Pen a entrepris ces dernières années un processus de purification idéologique en coupant ses relations politiques avec son père, Jean-Marie.

« Je pense, et l’exemple italien le montre aussi, que lorsqu’on arrive au pouvoir, lorsqu’on forme une coalition, il faut modérer ses opinions si l’on est à l’extrême, parce qu’on ne gagne du pouvoir qu’en allant d’une certaine manière au centre. Et aussi parce qu’il faut élargir la majorité », conclut Darnis.

Laisser un commentaire

un × 2 =