L'extrême droite de Le Pen en passe de remporter une large victoire au premier tour des élections françaises

Martin Goujon

L’extrême droite de Le Pen en passe de remporter une large victoire au premier tour des élections françaises

PARIS — La France est confrontée à ce qui était jusqu’à récemment un cauchemar impensable pour l’Europe : la perspective d’un gouvernement d’extrême droite prenant le pouvoir à Paris pour la première fois.

Dimanche, le Rassemblement national de Marine Le Pen a réalisé d’importants progrès au premier tour d’élections anticipées qui pourraient bouleverser l’orthodoxie politique dans l’Union européenne et au-delà, avec des implications difficiles à prévoir pour les marchés et la sécurité mondiale.

Selon les premières estimations des sondeurs Ipsos, le Rassemblement national est en passe de remporter 34 pour cent des voix dimanche tandis que l’alliance centriste du président français Emmanuel Macron a subi des pertes stupéfiantes, arrivant en troisième position avec 20,3 pour cent des voix. L’alliance de gauche a réalisé une belle performance avec 28,1 pour cent des voix.

« Le peuple français a montré qu’il voulait mettre un terme à sept années de règne méprisant (de Macron) », a déclaré Le Pen lors d’un événement organisé à Hénin-Beaumont, dans l’est de la France. « Nous n’avons pas encore gagné, le second tour sera crucial… il nous faut la majorité absolue pour que Jordan Bardella, dans huit jours, puisse être nommé Premier ministre par Emmanuel Macron », a-t-elle ajouté.

Selon les premières projections basées sur les sondages de sortie, le parti de Le Pen devrait obtenir 230 à 280 sièges à l’Assemblée nationale qui en compte 577, l’alliance de gauche 125 à 165 sièges et la coalition de Macron 70 à 100.

Les projections de sièges sont toutefois conjecturales à ce stade et dépendent des décisions politiques prises dans les prochains jours avant le second tour du 7 juillet. Macron lui-même devrait rester au pouvoir jusqu’à la fin de son mandat en 2027, quel que soit le résultat. de cette élection à l’assemblée.

Source : institut de sondage Ipsos

Pour les dernières mises à jour, lisez le L’Observatoire de l’Europe Blog en direct des élections françaises.

La France participe à des élections anticipées cruciales qui devraient avoir un impact retentissant dans toute l’Europe. L’extrême droite est sceptique quant au rôle de la France au sein de l’OTAN et de l’UE et n’a jamais été aussi proche du pouvoir. Si les premières estimations se confirment dans les résultats ultérieurs, le parti de Le Pen, désormais dirigé par l’habile Jordan Bardella, 28 ans, a de bonnes chances de former un gouvernement de « cohabitation » sous la présidence de Macron.

Dimanche, le président français a appelé les forces « démocratiques et républicaines » à s’unir contre le parti de Le Pen. « Face à (la montée du) Rassemblement national, nous devons favoriser une large unité clairement démocratique et républicaine avant le second tour », a déclaré Macron, selon un communiqué de l’Elysée. « Le taux de participation élevé (…) montre à quel point le vote était important pour nos concitoyens et à quel point ils souhaitent clarifier la situation politique. »

La participation aux législatives a été bien plus élevée que lors des élections précédentes, avec 59,5% à 17h00 heure de Paris, selon le ministère français de l’Intérieur.

Le président français a choqué la nation et les alliés internationaux de la France lorsqu’il a déclenché le vote quelques semaines seulement avant les Jeux Olympiques, après une défaite humiliante aux élections du Parlement européen de juin.

Il s’agit d’une manœuvre audacieuse destinée à stopper l’avancée de l’extrême droite en obligeant les électeurs français à choisir un nouveau Parlement. Au vu des premières projections, ce pari semble voué à l’échec.

Cette histoire en développement est en cours de mise à jour.

Laisser un commentaire

deux + huit =