L'extrême droite connaît une montée irrésistible dans les bastions conservateurs de France

Martin Goujon

L’extrême droite connaît une montée irrésistible dans les bastions conservateurs de France

SABLÉ-SUR-SARTHE, France — Sylvie Casenave-Péré est en politique depuis exactement 10 jours et elle est déjà au cœur de la course électorale en France contre un adversaire de premier plan.

Le responsable de l’emballage, âgé de 65 ans, brigue un siège au Parlement avec les libéraux du président Emmanuel Macron. Cela l’oppose directement à Marie-Caroline Le Pen, la sœur de la leader d’extrême droite Marine Le Pen, dont le parti d’extrême droite Rassemblement national est en hausse.

Par un calme lundi matin, dans la petite ville de Sablé-sur-Sarthe, à environ 250 kilomètres à l’ouest de Paris, Casenave-Péré distribue des tracts et salue les acheteurs avec enthousiasme : « Envoyez-moi à l’Assemblée nationale, je suis super motivé ! »

Cette nouvelle recrue s’inscrit dans le cadre d’une campagne désespérée de la coalition centriste de Macron pour contenir la vague d’extrême droite dans la Sarthe lors des élections anticipées à deux tours des 30 juin et 7 juillet.

Pendant de nombreuses années, la Sarthe a été considérée comme un bastion inébranlable du conservatisme de centre-droit. Juste au nord de la vallée de la Loire, c’est un pays de collines et d’églises médiévales majestueuses, et fut le fief de François Fillon, premier ministre de 2007 à 2012, dont les aspirations présidentielles ont été torpillées par une condamnation pour corruption.

Le climat politique évolue cependant et le Rassemblement national fait des progrès, en partie grâce aux griefs croissants concernant la fracture entre zones rurales et zones urbaines. De nombreux villages ont connu des jours meilleurs, les magasins ont fermé et les investissements et les entreprises ont disparu.

Et la Sarthe est l’une des nombreuses circonscriptions rurales qui pourraient pour la première fois envoyer des représentants d’extrême droite à l’Assemblée nationale.

Pourtant, Casenave-Péré n’a pas hésité à adopter un nom connu, insistant sur le fait qu’elle – contrairement à Marie-Caroline Le Pen – était la candidate locale dans une région où cela comptait encore.

« Je la plains, elle a été envoyée ici mais elle ne connaît pas la région, c’est un camouflet pour les Sarthois », dit-elle.

Croyant en son attrait local, Casenave-Péré n’a eu aucun scrupule à accepter l’investiture, même s’il s’agissait d’une ruée de dernière minute : l’annonce surprise des élections anticipées de Macron a eu lieu le 9 juin, alors qu’il est devenu clair que son parti était battu par le National. Rassemblement aux élections européennes.

« Ils m’ont appelé à la veille de la date limite de dépôt des candidatures et m’ont demandé si je voulais me présenter (à l’Assemblée nationale), alors j’ai dit oui », a-t-elle déclaré. Même si sa circonscription avait été « traumatisée » par « les désastres de la droite », elle espérait que les électeurs reconnaîtraient ses racines locales.

Mais rien ne peut être tenu pour acquis.

Marie-Caroline Le Pen, la sœur du candidat d’extrême droite, se présente comme candidate dans la Sarthe. | Cléa Caulcutt pour L’Observatoire de l’Europe

«Franchement, je ne la connais pas», a déclaré Nicolas Forget, propriétaire du magasin. « Je ne sais plus rien… Je suis vraiment indécis, il y a eu trop de promesses qui n’ont pas été honorées », a-t-il déclaré.

Alors que les résultats des élections européennes arrivaient, les choses se terminaient.

À Sablé-sur-Sarthe, le candidat tête de liste du Rassemblement national, Jordan Bardella, a remporté 32 pour cent des voix, contre 19 pour cent pour la coalition de Macron.

Et il semble que la même chose pourrait se produire lors des élections nationales.

De récents sondages nationaux suggèrent que le Rassemblement national et ses alliés conservateurs pourraient obtenir 35,5 pour cent des voix, contre 29,5 pour cent pour l’alliance de gauche et 19,5 pour cent pour la coalition de Macron.

Au café Le Globe, Martine et Philippe profitent d’un café matinal et d’une discussion de rattrapage. Tous deux veulent voter pour le Rassemblement national dès le premier tour des élections législatives de dimanche. Martine, assistante maternelle à la retraite, est attirée par la leader d’extrême droite Marine Le Pen, mais a voté pour Macron lors de la dernière élection présidentielle.

« Les gens veulent un changement radical. Tout part en fumée », explique Martine, qui n’a pas souhaité donner son nom de famille en raison de la stigmatisation qui pèse encore sur le Rassemblement national (RN), un parti anti-immigré. « Ma principale préoccupation, c’est le pouvoir d’achat. Je ne peux plus acheter de viande, quand je fais les courses, je dépense 100 euros et je n’ai presque rien à gagner », explique-t-elle.

Et les efforts inlassables de Le Pen pour détoxifier son parti, longtemps associé à l’extrémisme et au racisme, ont porté leurs fruits.

« Marine Le Pen apparaît plus calme que les autres, tous les autres candidats sont à couteaux tirés », a déclaré Martine.

Ici, les principales préoccupations sont l’inflation, l’insécurité et, plus généralement, le sentiment que la vie n’est plus aussi belle qu’avant. Martine et Philippe sont conscients que le Rassemblement national ne parviendra probablement pas à tenir ses promesses, mais cela ne les dissuade pas.

« Mais il y a une chose qui est sûre, je ne voterai pas pour Macron », a ajouté Philippe, un évaluateur de clientèle à la retraite, qui a également refusé de donner son nom de famille. « Il est trop prétentieux, trop jeune », dit-il.

Le succès du Rassemblement national constitue un changement sismique dans les traditions politiques de la région.

Le port de plaisance de Sablé-sur-Sarthe, ancien bastion de l’ancien Premier ministre François Fillon. | Cléa Caulcutt pour L’Observatoire de l’Europe

« C’était autrefois un territoire gaulliste, purement conservateur, avec des barons locaux forts comme François Fillon… et un électorat rural assez traditionnel, de droite », a déclaré Serge Danilo, rédacteur en chef du quotidien local. Le Maine Libre.

La fortune de Fillon s’est effondrée dans un scandale de faux emploi – pour lequel il a été condamné à une amende et à une peine de prison avec sursis – après qu’il ait été découvert qu’il avait généreusement payé sa femme pour un rôle fictif d’assistant politique. Signe que les contours étaient en train de bouger, le Rassemblement national a presque conquis la circonscription de Fillon lors des dernières élections législatives de 2022, mais a perdu contre un candidat de gauche par une poignée de voix.

La domination de la droite a également diminué avec le départ de grands employeurs tels que le fabricant de produits blancs Moulinex, ainsi que de petites usines dispersées dans les campagnes.

Au fil des ans, la montée de l’extrême droite a commencé dans les zones les plus éloignées des centres-villes, explique Danilo, lorsque les services publics, tels que les bureaux de poste et les bureaux des impôts, ont été fermés.

Alors que le parti de Macron a réussi à siphonner les électeurs de centre-droit, « de nombreux dirigeants de droite ont tout simplement abandonné », a-t-il déclaré.

La droite conservatrice traditionnelle a été gravement blessée par ses propres luttes intestines. Les Républicainsle parti de présidents tels que Charles de Gaulle et Jacques Chirac, est effectivement divisé sur la question de savoir s’il doit faire équipe avec le Rassemblement national lors des élections de dimanche.

Plus tôt en juin, le chef de Les Républicains Éric Ciotti a conclu un accord avec le Rassemblement national garantissant que ses alliés ne se présenteront pas contre l’extrême droite dans des circonscriptions convenues, ce qui a conduit à une dispute qui a affaibli le camp conservateur.

Marie-Caroline Le Pen — qui a refusé de donner une interview pour ce reportage — se présente dans la Sarthe sur une liste commune avec un ancien Les Républicains membre du parti.

« L’autre Les Républicains les candidats se battront glorieusement jusqu’au bout, contre Macron et contre le Rassemblement National. Ils tiendront la bougie jusqu’à ce qu’elle s’éteigne», a déclaré le député européen du Rassemblement national Philippe Olivier, époux de Marie-Caroline Le Pen, également en campagne dans la région.

L’année dernière, Bardella a lancé sa campagne « Conquête de l’Ouest » dans la Sarthe. Aujourd’hui, lors de ces élections, l’extrême droite espère achever sa prise de contrôle de la campagne conservatrice française.

Le Rassemblement national regarde aussi plus loin pour accumuler des victoires : vers l’ouest, vers la Bretagne et la Loire, où historiquement l’extrême droite a été faible.

Ainsi, lorsque le président français a convoqué des élections anticipées, il a surpris presque tout le monde, à l’exception du Rassemblement national, déjà fortement mobilisé pour tester de nouvelles frontières politiques.

« (Ils) ont commencé leur campagne pour les élections européennes dès octobre, en martelant le message : ‘Nous sommes là, nous sommes prêts à gouverner' », a déclaré Danilo.

« Aucun parti n’était prêt, à l’exception du Rassemblement national. »

Laisser un commentaire

3 + 5 =