Far-right leader and chairman of the Vlaams Belang Tom Van Grieken

Jean Delaunay

L’extrême droite belge dépense gros pour Meta avant les élections européennes, selon un expert

Le Vlaams Belang, à l’extrême droite, et le Parti des Travailleurs, à l’extrême gauche, sont ceux qui dépensent le plus en publicité politique dans la campagne sur les réseaux sociaux menée dans ce pays à l’approche des élections européennes.

Le compte du Vlaams Belang, le parti nationaliste flamand belge, a publié le 26 avril une publicité avec une vidéo de jeunes se battant à un arrêt de bus à Geel.

« Vous aussi, vous en avez assez de « l’enrichissement » de la société multiculturelle ? la légende est en néerlandais. « Seul le Vlaams Belang en parle… et rétablira l’ordre public ! »

Pour entre 600 et 800 euros, le Vlaams Belang a obtenu jusqu’à 125 000 impressions sur Facebook et 60 000 sur Instagram grâce à cette publicité, en grande partie auprès de son public cible de 18 à 34 ans dans le nord de la Belgique, selon les données de la Meta Ad Library.

Pour certains, la stratégie de campagne sur les réseaux sociaux du Vlaams Belang et de son chef Tom Van Grieken fonctionne.

Un sondage L’Observatoire de l’Europe/Ipsos du mois de mars place le parti en tête en Flandre avec 23 pour cent de soutien.

Le programme de Van Grieken comprend : le démembrement du pays et l’établissement d’une république flamande dotée de réglementations strictes en matière d’immigration.

La situation en Wallonie et à Bruxelles est tout à fait différente, avec le Parti socialiste belge (PS) et le Mouvement réformiste belge (MR) en tête dans ces domaines respectifs.

Ce message est un exemple de la façon dont le parti d’extrême droite belge a utilisé une large publicité sur les réseaux sociaux pour conquérir les électeurs en ligne, qui sont souvent plus jeunes.

Dépenser des centaines de milliers sur les réseaux sociaux

Xavier Degraux, spécialiste du marketing numérique à Charleroi, en Belgique, a utilisé la plateforme Meta Ad Library pour analyser la publicité sur les réseaux sociaux des principaux partis politiques belges au cours des trois premiers mois de la campagne électorale qui a débuté le 10 février.

Il a constaté que le Vlaams Belang était celui qui dépensait le plus de toutes les fêtes belges, avec un peu moins de 300 000 € en publicités sponsorisées sur Facebook et Instagram.

Cela dépasse le parti arrivé en deuxième position, le Parti des travailleurs de gauche de Belgique (PVDA/PTB), qui a dépensé 176 637 €.

Cela ne concerne que les comptes officiels du parti : le parti a dépensé 77 219 € supplémentaires sur le compte personnel du leader du Vlaams Belang, Van Grieken.

Pour le Parti des Travailleurs, ils ont dépensé 56.849 € pour le leader Raoul Hedebouw.

Dans l’ensemble, Degraux a déclaré avoir constaté que l’extrême droite dépense près de 10 fois plus par publicité que l’extrême gauche, qui se concentre davantage sur le micro-ciblage parmi certaines données démographiques clés.

Une autre analyse d’L’Observatoire de l’Europe a révélé qu’en Europe dans son ensemble, alors que les partis d’extrême droite tels que le Vlaams Belang et le Fidesz en Hongrie sont en tête des publicités sur les réseaux sociaux, d’autres partis dépensent également des sommes importantes en publicités Google avant le scrutin.

Degraux a découvert en Belgique que les dépenses de ces deux partis en publicités sur Facebook et Instagram représentent environ 47 pour cent de toute la publicité politique sur les réseaux sociaux réalisée dans le pays au cours des trois mois précédant les élections.

Seuls les partis politiques au Danemark et en Suède paient plus par utilisateur sur Facebook que ceux en Belgique, à 6,55 euros et 5,79 euros, selon une autre analyse de Degraux.

Les normes publicitaires de Meta indiquent qu’elles ont restreint les publicités dans les pays de l’UE qui découragent les gens de voter aux élections, remettent en question la légitimité d’une élection à venir et revendiquent prématurément une victoire électorale.

La politique comprend également des publicités sur les élections en cours ou futures. Cela s’applique également aux élections dont les résultats ne sont pas encore finalisés et où les responsables n’ont pas encore prêté serment.

L’Observatoire de l’Europe Next a contacté le Vlaams Belang et le Parti des Travailleurs de Belgique mais n’a pas reçu de réponse par publication.

Degraux a déclaré qu’il n’avait pas remarqué de dépenses publicitaires élevées sur TikTok de la part des partis d’extrême droite en Belgique.

« Ils racontent des histoires tout le temps »

En mars, la Cour constitutionnelle belge a statué que les adolescents de 16 et 17 ans devaient voter aux prochaines élections européennes sous peine d’amende.

Cela signifie que des partis comme le Vlaams Belang se lancent dans la campagne numérique pour convaincre la jeune génération, ce qui conduit à une « séparation » dans le paysage politique, selon Degraux.

L’extrême droite « a vraiment parié » sur les réseaux sociaux pour faire la différence dans leurs campagnes, a poursuivi Degraux, contrairement aux partis modérés qui travaillent à la fois avec les technologies traditionnelles et les nouvelles pour atteindre leurs électeurs.

« Ils se montrent, ils font face à la caméra, ils racontent leur vie quotidienne… il est normal que les jeunes soient exposés à ce contenu, donc pour (ce public), cela pourrait être une astuce. »

Xavier Degraux, spécialiste belge du marketing digital

« Ils s’humanisent beaucoup et racontent tout le temps », a déclaré Degraux.

« Ils se montrent, ils font face à la caméra, ils racontent leur vie quotidienne… il est normal que les jeunes soient exposés à ce contenu, donc pour (ce public), cela pourrait être une astuce. »

Leurs campagnes ressemblent à celles de l’ancien président américain Donald Trump, candidat du Parti républicain aux élections américaines de 2024, a poursuivi Degraux.

Le Vlaams Belang expérimente des slogans de campagne courts qui accélèrent la viralité du contenu.

Bien que les deux partis utilisent des techniques de narration similaires, Degraux a déclaré que l’extrême gauche investit beaucoup plus dans les candidats individuels que l’extrême droite, qui se concentre sur l’élévation de la plateforme de son président.

Un accord informel pour ne pas diffuser les voix d’extrême droite

Les partis d’extrême droite belges s’appuient également sur les réseaux sociaux au cours de leur campagne pour contourner ce qu’on appelle le « cordon sanitaire », un accord informel de longue date entre les radiodiffuseurs de langue française, selon lequel les médias traditionnels ne donneront pas de tribune aux membres ou aux partis. avec des opinions racistes ou discriminatoires.

Le cordon sanitaire a été évoqué pour la première fois lorsque les électeurs flamands ont remarqué le soutien au Vlaams Blok (précurseur du Vlaams Belang) lors des élections communales de 1988, selon le Centre de recherche d’informations sociopolitiques (Crisp).

Mais l’accord n’est entré pleinement en vigueur qu’en 1991, lorsque le Vlaams Blok a obtenu 10,3 pour cent des voix en Flandre et a remporté 12 des 212 sièges de la Chambre des représentants du pays lors de ce qu’ils appellent le « dimanche noir ».

Les hommes politiques des cinq principaux partis de l’époque ont signé une autre version de l’accord, dans laquelle ils acceptaient de ne pas conclure d’accords politiques avec les partis d’extrême droite.

Pascal Delwit, professeur de sciences politiques à l’Université de Bruxelles, a déclaré au journal français Nouvel Obs que le cordon sanitaire est toujours efficace car les partis d’extrême droite sont exclus des débats de direction retransmis en direct en français pendant la campagne, ce qui leur donne moins de visibilité. visibilité.

Cela s’est vu lors des élections de 2019, a poursuivi Delwit.

Le Parti populaire populiste belge, bien que très présent sur les réseaux sociaux, n’a eu que très peu d’effet sur ses résultats le jour du scrutin, où il n’a pas dépassé le seuil de 5 % des voix pour les élus des parlements régionaux. Le parti a été dissous peu de temps après.

Degraux a toutefois souligné qu’il n’existe pas de cordon sanitaire pour les réseaux sociaux ou sur les plateformes de recherche établies comme YouTube ou Google.

Laisser un commentaire

dix-sept + 15 =