Josephine Baker poses in her dressing room at the Strand Theater in New York City, USA in 1961

Jean Delaunay

L’exposition Joséphine Baker à Berlin rend hommage à la danseuse pionnière

Une nouvelle exposition en Allemagne célèbre le centenaire des performances pionnières de Joséphine Baker à la Revue Nègre.

Joséphine Baker est née dans le Missouri, aux États-Unis, en 1906. Après avoir déménagé à New York à l’adolescence, sa carrière de danseuse prometteuse lui a donné l’opportunité de s’installer à Paris. Au Théâtre des Champs-Élysées, Baker a eu sa grande chance.

Le 2 octobre 1925, alors que Baker n’a que 19 ans, elle se produit dans La Revue Nègre. C’était une performance révolutionnaire et Baker est rapidement devenu célèbre comme l’un des seuls danseurs noirs à attirer l’attention nationale.

À partir de la Revue Nègre, l’étoile de Baker s’envole. Elle est devenue l’artiste américaine la plus titrée en France et la première femme noire à jouer dans un film majeur, le film muet de 1927. Sirène des Tropiques.

Baker s’est produite à Berlin dans le cadre de la Revue Nègre lorsqu’elle est venue au Théâtre Nelson du Kurfürstendamm Berlin à la fin de 1925 et à nouveau en 1926. Elle a continué à jouer dans des spectacles de danse extrêmement populaires à Paris, ainsi que dans de plus en plus de films et a sorti de nombreuses chansons. , dont le populaire « J’ai deux amours » en 1931.

Joséphine Baker prend la pose lors de sa performance des Ziegfeld Follies
Joséphine Baker prend la pose lors de sa représentation de « The Conga » dans les Ziegfeld Follies sur la scène du Winter Garden Theatre à New York, le 11 février 1936.

Symbole de l’ère du jazz, la Neue Nationalgalerie de Berlin célèbre l’influence de Baker sur les années 1920 et la façon dont sa carrière a tracé le cap pour le reste du siècle.

« Joséphine Baker : Icon in Motion » s’ouvre aujourd’hui (26 janvier) et se poursuivra jusqu’au 28 avril de cette année. L’exposition se concentre sur « le talent artistique de Baker dans la danse, la musique, le cinéma, entre autres disciplines, et son rôle inspirant non seulement en tant qu’artiste mais aussi en tant que combattante de la résistance, militante des droits civiques et figure culturelle transformatrice ».

Organisé par le Dr Mona Horncastle, qui était auparavant commissaire de « Josephine Baker ». Liberté – Égalité – Humanité » à la Bundeskunsthalle de Bonn et la spécialiste du cinéma Dr. Terri Francis, auteur de « Josephine Baker’s Cinematic Prism », l’exposition rassemble des photos, des vidéos et des documents d’archives de la carrière de Baker.

Emmanuel Macron rend hommage au cénotaphe de Joséphine Baker, recouvert du drapeau français, au Panthéon de Paris, France, le mardi 30 novembre 2021
Emmanuel Macron rend hommage au cénotaphe de Joséphine Baker, recouvert du drapeau français, au Panthéon de Paris, France, le mardi 30 novembre 2021

En tant que l’un des premiers artistes noirs à prendre pied dans le monde des arts traditionnels, l’influence de Baker sur le cinéma, la danse, la musique et les droits civiques sera au premier plan de cette exposition de courte durée mais fascinante.

L’exposition comprend des artistes historiques tels que Le Corbusier, George Hoyningen-Huene et Henri Matisse. Des artistes contemporains, dont Jean-Ulrick Désert, Simone Yvette Leigh, Faith Ringgold, Ines Weizman, Carrie Mae Weems et Kandis Williams, ont également contribué.

Laisser un commentaire

15 + 3 =