L’exploitation minière en haute mer peut générer de nombreuses richesses.  L’UE est contre mais ses voisins sont enthousiastes

Jean Delaunay

L’exploitation minière en haute mer peut générer de nombreuses richesses. L’UE est contre mais ses voisins sont enthousiastes

Dans des parties de l’océan si profondes que la lumière ne peut pas pénétrer, des milliards de roches de la taille d’un poing, appelées nodules polymétalliques, contenant du cuivre, du nickel, du fer, du manganèse, du cobalt et des terres rares, parsèment les fonds marins.

Ces matières premières sont essentielles pour l’économie de l’UE, car elles sont utilisées pour fabriquer des batteries pour véhicules électriques, des panneaux solaires et des semi-conducteurs.

Le bloc s’efforce désormais d’éviter les pénuries en ouvrant de nouvelles chaînes d’approvisionnement, mais de nombreux pays de l’UE refusent d’exploiter les fonds marins.

Les scientifiques savent très peu de choses sur les écosystèmes uniques qui dépendent de ces bandes de nodules pour survivre – l’humanité a davantage investi dans l’exploration des profondeurs de l’espace que dans les profondeurs de l’océan.

Aujourd’hui, une course géopolitique visant à exploiter les fonds marins à l’aide de technologies non éprouvées inquiète les défenseurs de l’environnement – ​​qui mettent en garde contre des dommages irréversibles aux écosystèmes marins – et divise les dirigeants mondiaux.

Appelle à une pause de précaution

La Commission européenne et le Parlement européen sont à la tête des appels en faveur d’un moratoire international sur l’exploitation minière en haute mer jusqu’à ce que les lacunes scientifiques soient comblées.

« Nos préoccupations concernent la protection et la restauration de l’environnement marin, la biodiversité des grands fonds et l’atténuation du changement climatique », a déclaré un porte-parole de la Commission européenne à L’Observatoire de l’Europe.

L’impact de la pollution et de la perte de biodiversité sur la pêche et l’approvisionnement en produits de la mer est également préoccupant.

L’UE a investi plus de 80 millions d’euros dans des projets de recherche liés à l’exploitation minière en haute mer, dont les résultats mettent en évidence des lacunes considérables dans les connaissances.

« Des études à long terme sont nécessaires pour évaluer l’ensemble des impacts de l’exploitation minière sur la biodiversité benthique et profonde des océans et sur les services écosystémiques ainsi que leur potentiel de rétablissement », a déclaré le porte-parole.

AP/AP
Selon certaines estimations, 90 % des espèces trouvées au fond des océans sont nouvelles pour les scientifiques.

De grands noms de l’industrie ont également appelé à un moratoire, BMW, Volvo, Google et Samsung s’engageant à ne pas acheter de métaux provenant des fonds marins.

Mais seuls sept États membres de l’UE – l’Espagne, la France, l’Allemagne, la Suède, l’Irlande, la Finlande et le Portugal – ont jusqu’à présent ouvertement appelé à une pause minière.

Une position européenne fragmentée

Certains États membres s’écartent de la position de l’UE. La Belgique prépare une législation visant à définir les conditions dans lesquelles le gouvernement pourrait « parrainer l’exploitation d’une entreprise à un moment donné dans le futur », selon son ministère des Affaires étrangères.

Des représentants des sociétés d’exploitation belges ont accompagné le gouvernement du pays lors des négociations de l’Autorité internationale des fonds marins (ISA), un organisme intergouvernemental peu connu chargé de réglementer l’exploitation minière des grands fonds dans les eaux internationales.

Ce manque d’unanimité au sein de l’UE sape les efforts en faveur d’un moratoire.

« Lors des réunions de l’ISA, aucun porte-parole de l’UE ne prend la parole au nom de tous les États membres de l’UE. Au lieu de cela, les États membres expriment leurs propres positions », selon Klaudija Cremers, chercheuse sur la gouvernance internationale des océans à l’Iddri.

La société belge Global Sea Mineral Resources NV, ainsi que des instituts gouvernementaux en France, en Allemagne et en Pologne, détiennent tous des licences d’exploration ISA, conçues pour en savoir plus sur les ressources.

En juillet, l’ISA n’a pas réussi à donner son feu vert aux permis d’exploitation lors de négociations cruciales. Un délai légal déclenché deux ans plus tôt par le petit État de Nauru, dans le Pacifique, laisse une faille ouverte que les États pourraient utiliser pour poursuivre leurs activités minières.

Les voisins de l’UE nivelent vers le bas

La Norvège pourrait devenir le premier pays au monde à extraire des métaux des fonds marins. Une décision du gouvernement visant à ouvrir 281 000 kilomètres carrés – une superficie presque équivalente à la taille de l’Italie – à l’exploitation minière des fonds marins sera votée au Parlement norvégien cet automne.

Alors que la Norvège affirme que l’extraction sera durable et responsable, les environnementalistes préviennent que, si elle est adoptée par le Parlement, ce sera l’une des pires décisions environnementales jamais prises par le pays.

Le Royaume-Uni a également refusé de soutenir un moratoire sur l’exploitation minière en haute mer. Un groupe de députés de l’opposition a appelé le Premier ministre Rishi Sunak à soutenir un moratoire en juillet.

« Les voix contre l’exploitation minière en haute mer n’ont jamais été aussi fortes, mais une poignée de gouvernements comme la Norvège et le Royaume-Uni s’en tiennent aux intérêts de l’exploitation minière en haute mer », a déclaré Haldis Tjeldflaat Helle, chargée de campagne chez Greenpeace Nordic.

« Déclencher l’exploitation minière en haute mer dans l’Arctique serait criminel. La Norvège parle de devenir un leader mondial, mais elle n’a clairement pas reçu le message concernant l’opposition croissante à cette industrie destructrice », a-t-il ajouté.

Potentiel de litiges juridiques

La zone d’exploitation minière proposée par la Norvège comprend l’archipel du Svalbard dans l’Arctique, une zone sous souveraineté norvégienne mais où d’autres pays, dont l’UE et le Royaume-Uni, ont historiquement bénéficié de droits égaux en matière d’activité commerciale dans ses eaux.

Selon le Traité du Svalbard de 1920, les pays cosignataires devraient avoir un accès égal au Svalbard pour la pêche ainsi que pour les opérations industrielles, minières et commerciales.

Berit Roald/AP
La Norvège veut exploiter une zone de l’océan sur laquelle l’UE possède des droits historiques.

Si les appels de l’UE à une pause dans l’exploitation minière en haute mer ne sont pas entendus, ses voisins pourraient poursuivre l’exploitation dans des zones où elle pourrait revendiquer des droits sur les ressources.

« Il y a un débat actif entre les nations européennes et la Norvège sur les droits sur le plateau continental autour du Svalbard », a déclaré un porte-parole de la Deep Sea Conservation Coalition, une alliance d’organisations internationales. « L’intention de la Norvège d’ouvrir la zone à l’exploitation minière en haute mer va ajouter des différends sur la nécessité de protéger l’environnement marin sensible contre de telles activités destructrices. »

« Il est profondément problématique que le gouvernement norvégien propose d’ouvrir l’Arctique à la dévastation environnementale alors que les pays de l’ISA négocient encore si l’exploitation minière en haute mer doit avoir lieu », selon Helle de Greenpeace.

« Ils jouent fondamentalement avec le droit international et mettent en péril ses relations avec les pays voisins et sa réputation d’État océanique », a-t-il ajouté.

La Commission européenne a déclaré qu’elle s’engageait avec la Norvège dans les forums concernés, « afin d’assurer la protection de l’écosystème contre les activités nuisibles ».

Laisser un commentaire

dix-huit − 7 =