L'exploitation minière des métaux vitaux pour les véhicules électriques « détruit des vies » en République démocratique du Congo, selon un rapport

Jean Delaunay

L’exploitation minière des métaux vitaux pour les véhicules électriques « détruit des vies » en République démocratique du Congo, selon un rapport

Le rapport d’Amnesty International et de l’Initiative pour la bonne gouvernance et les droits de l’homme, basée en RDC, détaille comment la recherche de minerais a déraciné de force des personnes de leurs maisons et de leurs terres agricoles.

L’exploitation minière de minéraux essentiels aux batteries des véhicules électriques et à d’autres technologies vertes en République démocratique du Congo (RDC) a conduit à des violations des droits humains, notamment des expulsions forcées et des agressions physiques, selon un nouveau rapport d’Amnesty International.

La RDC est de loin le plus grand producteur mondial de cobalt, un minéral utilisé dans la fabrication de batteries lithium-ion pour véhicules électriques et autres produits. C’est également le premier producteur africain de cuivre, utilisé dans les véhicules électriques, les systèmes d’énergie renouvelable et bien plus encore.

Les groupes de défense des droits critiquent depuis longtemps le commerce du cobalt, du cuivre et d’autres minéraux de la RDC en raison du travail abusif et du risque de violence dans un pays d’Afrique centrale où les militants contrôlent des pans de territoire.

La recherche de minéraux a contraint les gens à quitter leur foyer

Le rapport publié mardi 12 septembre par Amnesty International et l’Initiative pour la bonne gouvernance et les droits de l’homme (IBGDH), basée en RDC, détaille comment la recherche de minerais a déraciné de force des personnes de leurs maisons et de leurs terres agricoles.

Ils ont souvent été expulsés sans compensation ni réinstallation adéquate.

Les expulsions forcées qui ont lieu alors que les entreprises cherchent à étendre leurs projets d’exploitation minière de cuivre et de cobalt à l’échelle industrielle détruisent des vies et doivent cesser maintenant.

Agnès Callamard

Secrétaire général d’Amnesty International

Les groupes ont déclaré avoir interrogé 133 personnes touchées par l’exploitation minière du cobalt et du cuivre dans six endroits autour de la ville de Kolwezi, dans la province de Lualaba, lors de visites distinctes en février et septembre 2022.

Ils ont également examiné des documents, des photos, des vidéos, des images satellite et les réponses des entreprises.

« Les expulsions forcées qui ont lieu alors que les entreprises cherchent à étendre leurs projets d’exploitation minière de cuivre et de cobalt à l’échelle industrielle détruisent des vies et doivent cesser maintenant », a déclaré Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International.

Violations des droits de l’homme dues à l’exploitation minière

Le rapport met également en lumière de nombreuses violations des droits de l’homme résultant de l’activité minière.

Dans un cas, des soldats congolais ont incendié la colonie de Mukumbi, dans la province méridionale de Lualaba, en novembre 2016, pour laisser la place à l’exploitation minière du cobalt et du cuivre par Chemaf Resources, basée à Dubaï.

Les habitants qui tentaient d’arrêter les militaires ont été battus, selon les informations d’Amnesty International. L’incendie, qui a laissé des cicatrices qui ont changé la vie d’une fillette de 2 ans, et l’agression faisaient suite aux premiers avertissements adressés aux habitants par les dirigeants de l’entreprise escortés par la police.

« Ernest Miji, le chef local, a déclaré qu’en 2015, après l’acquisition de la concession par Chemaf, trois représentants de l’entreprise, accompagnés de deux policiers, étaient venus lui dire qu’il était temps pour les habitants de Mukumbi de s’éloigner », peut-on lire dans le rapport.

« Il a dit que les représentants lui étaient venus quatre fois de plus. »

Emmet LIVINGSTONE / AFP
La République démocratique du Congo produit plus de 70 pour cent de l’approvisionnement mondial en cobalt.

À la suite des manifestations de 2019, Chemaf a accepté de verser 1,5 million de dollars (1,4 million d’euros) par l’intermédiaire des autorités locales, certains anciens résidents recevant entre 50 et 300 dollars (47 et 280 euros).

Le groupe de défense local Coalition pour la sauvegarde des droits de l’homme a qualifié cela de sous-évaluation des biens des victimes.

Chemaf a nié tout acte répréhensible, responsabilité ou implication dans la destruction de Mukumbi ou avoir ordonné aux forces militaires de le détruire, a déclaré la société à Amnesty International.

Sur son site Internet, Chemaf affirme que le projet de cuivre et de cobalt est au cœur de son ambitieuse croissance et permettrait de consolider sa position de leader dans la production de ces minéraux.

« Expulsés de force, ou menacés ou intimidés pour qu’ils quittent leur domicile »

Le rapport met également en lumière un quartier de Kolwezi, où vivent 39 000 habitants, qui fait l’objet de démolitions continues depuis 2015 pour faire place à une mine de cuivre et de cobalt à ciel ouvert.

Exploitée par la Compagnie Minière de Musonoie Global SAS (COMMUS), il s’agit d’une coentreprise entre la société chinoise Zijin Mining et la société minière publique Gécamines.

Ceux qui ont été expulsés affirment qu’ils n’ont pas été suffisamment consultés, tandis que COMMUS affirme vouloir améliorer ses communications, selon le rapport.

L’entreprise a affirmé qu’elle avait déjà versé des indemnités calculées par le comité de réinstallation du gouvernement provincial pour garantir que la qualité de vie des résidents ne soit pas affectée.

EMMET LIVINGSTONE/AFP ou concédants de licence
Des ouvriers posent devant un dépôt commercial dans la mine artisanale de cuivre-cobalt de Kamilombe, près de la ville de Kolwezi, dans le sud-est de la République démocratique du Congo.

« Les prix de compensation de COMMUS pour le logement et les terrains étaient supérieurs aux prix du marché », selon une lettre envoyée par l’entreprise aux groupes de défense des droits.

Mais les groupes ont nié que cela soit suffisant.

« Malgré les affirmations de l’entreprise selon lesquelles son programme d’indemnisation visait à garantir que le niveau de vie ne soit pas affecté, aucun des anciens résidents de Cité Gécamines interrogés par les chercheurs n’a déclaré qu’il était en mesure de se permettre un logement de substitution offrant les mêmes commodités que les maisons dans lesquelles il vivait. forcé de partir », indique le rapport.

« Les gens sont expulsés de force, ou menacés ou intimidés pour qu’ils quittent leur domicile, ou induits en erreur pour qu’ils consentent à des colonies dérisoires », a déclaré Donat Kambola, président de l’IBGDH dans un communiqué.

« Souvent, il n’y avait pas de mécanisme de réclamation, de responsabilité ou d’accès à la justice. »

La décarbonation ne doit pas conduire à de nouvelles violations des droits humains

Amnesty International affirme que les entreprises n’en font pas assez pour répondre aux préoccupations en matière de droits humains liées à l’extraction de ces métaux.

Nombreux sont ceux qui ignorent les lois et normes internationales en matière de droits de l’homme, ainsi que les législations nationales et les principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme.

Alors que le monde exige davantage de technologies vertes pour réduire les émissions liées au changement climatique, a déclaré le groupe, l’extraction de minéraux pour ces produits cause des dommages sociaux et environnementaux.

« Amnesty International reconnaît le rôle vital des piles rechargeables dans la transition énergétique des combustibles fossiles », a-t-il déclaré.

« Mais la justice climatique exige une transition juste. La décarbonisation de l’économie mondiale ne doit pas conduire à de nouvelles violations des droits humains. »

Laisser un commentaire

4 × 5 =