The new Dutch government poses with Dutch King Willem-Alexander on the steps of royal palace Huis ten Bosch in The Hague, Netherlands, Tuesday, July 2, 2024.

Milos Schmidt

L’expansion de l’extrême droite dans les gouvernements européens pourrait influencer les décisions de l’Union

L’extrême droite continue d’étendre son influence au sein de l’UE, comme le montrent le nouveau gouvernement néerlandais entré en fonction ce mardi et les résultats du premier tour des élections en France. Cette expansion pourrait avoir un impact sur la manière dont les décisions sont prises dans les institutions de Bruxelles.

Les gouvernements des États membres qui comptent en leur sein des forces politiques d’extrême droite radicale et eurosceptiques pourront choisir entre deux voies pour exercer leur influence sur l’avenir de l’Union européenne, selon Dave Sinardet, politologue à l’Université libre de Bruxelles, interrogé par L’Observatoire de l’Europe.

« D’un côté, ils pourraient vider de leur substance la politique européenne de l’intérieur. De l’autre, ces dirigeants d’extrême droite pourraient commencer à comprendre qu’ils ont aussi besoin de l’Union européenne pour pouvoir tenir une série de promesses faites à leur électorat national, notamment en matière de sécurité et d’immigration », a déclaré le scientifique.

Donner ce mardi à Dick Schoof, ancien chef de l’agence des services secrets, la tête du gouvernement était la solution trouvée pour avoir un nouvel exécutif opérationnel aux Pays-Bas après la victoire du Parti pour la Liberté d’extrême droite, dirigé par Geert Wilders, aux élections il y a sept mois.

L’accord formel créant la nouvelle coalition, intitulé « Espoir, courage et fierté », introduit des mesures strictes pour les demandeurs d’asile, élimine le regroupement familial pour les réfugiés et cherche à réduire le nombre d’étudiants internationaux qui étudient dans le pays.

Une position qui aura un impact sur la manière dont le Pacte européen sur la migration et l’asile sera mis en œuvre dans ce pays et constituera une référence pour les autres États membres critiques à l’égard du pacte récemment approuvé.

« Dans le cas des politiques migratoires, nous avons vu des positions du Parti populaire européen (centre-droit) de plus en plus radicales. Et en ce qui concerne le Green Deal, le bouton pause a été enfoncé il y a quelques mois, avant les élections européennes. Ainsi, le succès de l’extrême droite est déjà quelque chose qui se traduit de différentes manières dans les politiques européennes », explique le politologue.

La France ensuite ?

La Hongrie est le seul État membre à disposer d’un parti d’extrême droite majoritaire au pouvoir. Outre les Pays-Bas, l’extrême droite fait partie de gouvernements de coalition en Italie, en Finlande, en Tchéquie et en Croatie. La France pourrait être la prochaine à rejoindre cette tendance au vu des résultats du 30 juin.

Si le second tour, le 7 juillet, confirme la victoire de l’Union nationale, le président centriste Emmanuel Macron sera plus isolé. Macron aurait le contrôle de moins de politiques internes, comme celles relatives à l’économie et à la justice par exemple, et aurait moins d’influence au sein du Conseil européen, qui réunit les dirigeants des 27 pays de l’UE.

« Ce qui est clair, c’est que le président français Emmanuel Macron est très affaibli par les résultats actuels des élections et cela ne changera probablement pas vraiment dimanche prochain », estime Dave Sinardet.

« Il s’agira en effet d’un président affaibli autour de la table européenne, ce qui pourra également avoir un impact sur l’axe germano-français, qui historiquement et encore aujourd’hui est l’un des principaux moteurs de la politique européenne », a-t-il ajouté.

Un dossier politique ne peut être approuvé lorsque quatre États membres, représentant 35 % de la population de l’UE, s’abstiennent ou votent. Outre la migration et le Green Deal, certains des domaines qui pourraient être les plus touchés sont la gestion de la guerre en Ukraine et le soutien aux pays candidats à l’adhésion à l’UE.

Mais sur ces sujets, le manque de points de vue communs peut rendre difficile le changement de cap : « Les dirigeants des gouvernements d’extrême droite peuvent entraver le fonctionnement de l’UE, mais ces dirigeants ne sont pas forcément alignés sur tous les sujets, notamment en ce qui concerne la politique internationale et, par exemple, la guerre en Ukraine. Il n’est donc pas certain qu’ils puissent toujours trouver un compromis entre eux », estime le professeur.

D’un autre côté, certains dirigeants d’extrême droite ont même la réputation d’être plutôt constructifs au sein de l’UE, comme c’est le cas de la Première ministre italienne, Giorgia Meloni.

L’actuelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, souligne souvent qu’elle est pro-européenne, pro-État de droit et pro-Ukraine, et qu’elle peut jouer un rôle essentiel dans les politiques européennes au cours des cinq prochaines années.

Laisser un commentaire

19 − 16 =