L’Europe s’inquiète du projet américain sur les actifs russes pour financer l’Ukraine

Martin Goujon

L’Europe s’inquiète du projet américain sur les actifs russes pour financer l’Ukraine

STRESA, Italie ― Les pays européens n’accepteront qu’à contrecœur une pression américaine visant à utiliser les bénéfices des avoirs russes gelés pour accorder un prêt important à l’Ukraine.

Alors que les ministres des Finances du groupe des économies avancées du G7 poursuivent leur réunion en Italie samedi, les capitales les plus puissantes de l’UE exigent des États-Unis des garanties que l’Europe ne finira pas par supporter les coûts de ce qu’elles considèrent comme le projet favori de Washington.

Depuis des mois, les États-Unis poussent leurs alliés européens à rechercher d’autres moyens de lever des fonds pour Kiev, craignant que les fonds disponibles pour ce pays déchiré par la guerre ne s’épuisent dès l’année prochaine.

Alors que les signaux sont désormais forts selon lesquels l’Europe acceptera la proposition américaine visant à exploiter les futurs bénéfices de ses actifs pour accorder un prêt de 50 milliards d’euros à l’Ukraine, des pays comme la France et l’Allemagne craignent que leurs contribuables n’en paient les frais si Kiev Je ne pourrai pas rembourser le prêt une fois la guerre terminée.

« Nous devons encore comprendre les différentes options », a déclaré le ministre allemand des Finances Christian Lindner. « Nous devons évaluer les conséquences économiques et juridiques, il est donc beaucoup trop tôt pour être concret sur certains éléments d’un tel instrument. »

Les avoirs de l’État russe ont été gelés en Europe immédiatement après l’invasion de l’Ukraine par le président Vladimir Poutine en février 2022. Ils ont depuis été investis et rapportent des intérêts. Après des mois de désaccord, les États-Unis ont revu à la baisse leur projet initial de saisir la totalité des actifs et d’utiliser les intérêts comme levier pour obtenir un prêt.

L’UE a plus de poids dans le jeu car elle détient la majeure partie des avoirs gelés de la Russie, tandis que les banques américaines ne conservent qu’une quantité négligeable de fonds.

Après des mois de désaccord, les ministres des Finances réunis en Italie tentent de montrer un front uni, mais des fissures ont rapidement commencé à apparaître alors que les pays de l’UE n’ont montré qu’un soutien tiède au plan américain.

Les diplomates doivent lutter pour aplanir ces divergences avant la réunion des dirigeants du G7 en Italie à la mi-juin.

« Le G7 des dirigeants dans les Pouilles est le lieu idéal pour une conclusion politique », a déclaré le commissaire européen à l’Economie Paolo Gentiloni aux journalistes à Stresa.

L’Europe craint qu’accepter la proposition américaine ne donne à Washington une victoire en matière de relations publiques, alors qu’en fin de compte, ce sont eux qui paieront la facture.

Selon ce plan, les intérêts annuels sur les actifs seraient utilisés pour rembourser le prêt, mais les responsables européens souhaitent élaborer un plan de secours au cas où les actifs seraient restitués à la Russie une fois la guerre terminée.

On craint également que les contribuables européens soient obligés de débourser de l’argent si le remboursement de la dette ukrainienne est retardé par ses créanciers dans le cadre d’un accord de paix.

Les membres de l’UE du G7 – l’Allemagne, la France et l’Italie – ont souligné que les États-Unis devraient payer leur part si les paiements d’intérêts changent à mi-parcours du prêt ou si l’Ukraine ne peut pas assurer le service de sa dette dans les années à venir.

Les enjeux sont élevés pour l’UE dans son ensemble. Cette semaine, les 27 capitales du bloc ont approuvé un plan visant à utiliser 90 % des bénéfices générés par le gel des avoirs russes en Europe, soit environ 3 milliards d’euros, pour acheter des armes à l’Ukraine à partir de juillet de cette année.

Certaines capitales européennes, comme Paris, hésitent à modifier radicalement cet accord durement gagné pour reprendre des éléments de la proposition américaine.

Un autre élément de tension réside dans la volonté de Washington de remettre le prêt potentiel directement à l’Ukraine. Les responsables de l’UE ont suggéré à la place d’émettre l’argent via son fonds dédié à Kiev, car la plupart des actifs sont détenus en Europe.

Deux responsables européens ont exprimé leurs craintes que les pays de l’UE favorables à la Russie, comme la Hongrie, puissent s’opposer à tout ce qui se rapproche du plan américain. Un seul gouvernement peut bloquer le renouvellement des sanctions contre la Russie tous les six mois, ajoutant ainsi une couche d’incertitude supplémentaire à cette voie de financement.

Plus tôt cette semaine, la Hongrie a signalé son opposition aux achats d’armes pour l’Ukraine dans le cadre du plan plus limité de l’UE sur le gel des avoirs. C’est un signe de ce qui pourrait arriver si la proposition américaine était adoptée.

« Nous avons besoin d’un consensus européen entre 27 (pays) sur le fait que nous utilisons les recettes d’autres entités », a déclaré le ministre italien des Finances Giancarlo Giorgetti aux journalistes à Stresa.

Laisser un commentaire

douze − dix =