L’Europe plaide – et prie – pour une réponse mesurée de la part d’Israël

Martin Goujon

L’Europe plaide – et prie – pour une réponse mesurée de la part d’Israël

LONDRES — Le message de l’Europe suite à l’attaque de missiles iraniens contre Israël est on ne peut plus clair : cela ne doit pas s’aggraver davantage.

Mais il reste à voir si Tel Aviv – et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en particulier – écoutent.

L’Iran a attaqué Israël avec une série de frappes de missiles et de drones dans la nuit de samedi, en représailles à l’attaque meurtrière d’Israël contre le consulat iranien de Damas au début du mois. Le barrage de missiles iranien – largement repoussé par Israël, avec le soutien des avions de combat français et britanniques – a marqué une forte escalade dans le conflit par procuration entre les deux puissances du Moyen-Orient.

« Celui qui nous fait du mal, nous lui ferons du mal », a prévenu Netanyahu en réponse.

Mais le Royaume-Uni et la France, les premières puissances militaires européennes, ont présenté lundi un front diplomatique commun alors qu’ils cherchaient à faire pression sur Israël pour qu’il ne riposte pas à l’Iran avec une force démesurée.

« Samedi soir, l’Iran a cherché à plonger le Moyen-Orient dans une nouvelle crise », a déclaré lundi le Premier ministre britannique Rishi Sunak devant une Chambre des communes bondée. « Si cela avait réussi, les conséquences sur la sécurité régionale et les conséquences pour les citoyens israéliens auraient été catastrophiques.

« Mais cela n’a pas réussi. Pour soutenir l’action défensive d’Israël, le Royaume-Uni s’est joint à un effort international dirigé par les États-Unis, aux côtés de la France et de ses partenaires dans la région, qui ont intercepté presque tous les missiles, sauvant ainsi des vies en Israël et chez ses voisins », a ajouté Sunak.

Le Premier ministre a déclaré aux députés qu’il parlerait à Netanyahu dans les prochains jours – et que, même si le Royaume-Uni reste favorable à Israël, il souhaite voir « des esprits plus calmes prévaloir ».

« Je vais… parler au Premier ministre Netanyahu pour exprimer notre solidarité avec Israël face à cette attaque et pour discuter de la manière dont nous pouvons empêcher une nouvelle escalade. Toutes les parties doivent faire preuve de retenue », a déclaré Sunak.

L’homologue de Sunak à Paris, le président Emmanuel Macron, a exprimé plus tôt ses propres inquiétudes quant à l’escalade au Moyen-Orient – ​​et a exhorté Israël à tenter plutôt d’isoler l’Iran plutôt que de riposter.

« Nous sommes tous inquiets d’une éventuelle escalade », a déclaré Macron aux chaînes françaises. « Nous ferons tout notre possible pour éviter que les choses ne s’enveniment, ne dégénèrent. » Le président français devrait également s’entretenir avec Netanyahu en début de semaine.

Il n’est pas encore clair si le soutien militaire fourni samedi dernier donnera à Londres et à Paris un poids accru dans leurs conversations privées avec les dirigeants israéliens. Le porte-parole de Sunak a nié lundi que telle était l’intention derrière l’implication britannique. Macron a insisté sur le fait que l’implication de la France était venue à la demande de la Jordanie voisine.

Un véhicule de l’armée israélienne se dirige vers la bande de Gaza le 15 avril 2024, dans le sud d’Israël. | Amir Lévy/Getty Images

Paris et Londres se préparent certainement à une réponse militaire de Tel Aviv. Le gouvernement britannique espère que cela ne prendra pas la forme d’une attaque directe contre l’Iran, selon des collaborateurs du gouvernement britannique qui ont obtenu l’autorisation de s’exprimer de manière anonyme.

Au lieu de cela, a rapporté Sky News, certains responsables espèrent que toute représailles israélienne prendra la forme d’une frappe contre l’une des forces mandatées par l’Iran. L’armée israélienne a déjà affirmé avoir frappé des sites liés au Hezbollah en réponse aux attaques du week-end.

Une réponse limitée pourrait être moins susceptible de provoquer de nouvelles réactions de la part de l’Iran, qui a exhorté lundi les pays occidentaux à « apprécier la retenue de l’Iran ces derniers mois » à l’égard d’Israël.

« Au lieu de porter des accusations contre l’Iran, les pays (occidentaux) devraient se blâmer et répondre devant l’opinion publique des mesures qu’ils ont prises contre les crimes de guerre commis par Israël » dans sa campagne contre le Hamas à Gaza, a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanaani. .

Selon le Times of Israel, le cabinet de guerre de Netanyahu n’a pas encore pris de décision sur la manière dont il devrait réagir. Les hommes politiques de plusieurs capitales européennes ont pris la parole sur les ondes pour exprimer clairement leur crainte que des attaques du tac au tac ne dégénèrent en une véritable guerre régionale.

Le plus haut diplomate de Sunak, le ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron, a déjà lancé une action diplomatique visant à empêcher une telle issue, s’adressant ce week-end à ses homologues en Iran, en Israël, aux États-Unis, en Allemagne, en Jordanie et en Turquie. Cameron devrait se rendre en personne en Israël cette semaine.

S’adressant lundi à Times Radio, Cameron a appelé Israël à « remporter la victoire et ensuite passer à autre chose » – imitant apparemment le langage utilisé par le président américain Joe Biden.

« Nous sommes très soucieux d’éviter une escalade et de dire à nos amis en Israël que le moment est venu de réfléchir avec la tête aussi bien qu’avec le cœur », a déclaré Cameron. « La chose intelligente à faire, mais aussi la chose difficile à faire maintenant, c’est de ne pas dégénérer. »

Selon plusieurs médias américains, Biden a clairement fait savoir à Netanyahu que les États-Unis ne se joindraient à aucune contre-attaque israélienne contre l’Iran.

Mais il est moins clair si Netanyahu écoute. Le Premier ministre israélien a déjà riposté à son proche allié suite aux avertissements américains concernant le nombre élevé de morts civiles à Gaza.

Netanyahu a également fixé une date pour une offensive militaire dans la ville de Rafah, dans le sud de Gaza, malgré l’opposition virulente des États-Unis et de l’Europe à l’assaut proposé.

Il reste à voir si Tel Aviv adoptera une approche différente dans sa réponse à l’Iran. En attendant, la poussée diplomatique européenne se poursuivra.

Laisser un commentaire

3 × un =