Firefighters put out a fire after two guided bombs hit a large construction supplies store in Kharkiv, Ukraine

Milos Schmidt

L’Europe peut-elle se mettre sur de bonnes bases pour une économie de guerre ?

Le concept d’« économie de guerre » a refait surface dans le discours politique et économique européen. Le terme, historiquement associé à la mobilisation des ressources d’une nation vers un conflit militaire à grande échelle, trouve désormais sa pertinence dans le contexte des tensions géopolitiques.

Une économie de guerre implique la réorientation des structures économiques nationales pour donner la priorité aux besoins militaires plutôt qu’à la consommation civile. Cela implique souvent un contrôle gouvernemental accru sur les industries, une réaffectation des ressources et une priorisation de la production de défense. Même si l’Europe n’est pas actuellement engagée dans une guerre conventionnelle nécessitant une telle transformation, le paysage géopolitique est de plus en plus instable, notamment avec le conflit en cours en Ukraine, les tensions croissantes avec la Russie et les inquiétudes plus larges concernant la sécurité mondiale.

L’économie de guerre peut également être interprétée en dehors du contexte d’une guerre directe contre un ennemi particulier. Comme l’explique Mart Kuldkepp, professeur à l’University College de Londres, pour L’Observatoire de l’Europe : « Dans une certaine mesure, « l’économie de guerre » est aussi un outil de guerre informationnelle, un ensemble de changements et de politiques économiques destinés à dissuader et décourager l’ennemi en envoyant un message de détermination stratégique dans une guerre en cours.

Quand une guerre n’est-elle pas une guerre ?

L’Europe, ainsi que les États-Unis, se trouvent dans une situation assez différente de celle dans laquelle s’est placée la Russie. L’Europe et les États-Unis ne sont pas en guerre, mais aident l’Ukraine à repousser l’agression russe. La Russie, en revanche, est clairement en guerre et est enracinée dans un système de gouvernement autoritaire, ce qui lui permet de passer plus facilement à une économie de guerre.

L’Europe et les États-Unis sont loin derrière l’augmentation de leur capacité de fabrication de guerre par rapport à la Russie. Branislav Slantchev, professeur à l’Université de Californie à San Diego, le souligne pour L’Observatoire de l’Europe : « Les États-Unis produisent désormais 72 000 obus de 155 mm par mois, après l’ouverture de deux nouvelles installations. Il a fallu deux ans pour les mettre en service, et l’augmentation de moins de 20 000 obus par mois, et l’expansion prévue à 102 000 /mois d’ici la fin de 2025 semblent impressionnantes jusqu’à ce que l’on se rende compte que les États-Unis avaient la capacité de produire 500 000 obus/mois dans les années 1990 et 250 000/mois dans les années 2000. La situation avec l’Europe. l’industrie de la défense est encore plus désastreuse. »

La route de la mer Rouge est de plus en plus bloquée alors que les rebelles Houthis au Yémen attaquent les cargos
La route de la mer Rouge est de plus en plus bloquée alors que les rebelles Houthis au Yémen attaquent les cargos

Même en théorie, gérer la logistique d’une économie de guerre et aligner les différents intérêts politiques de toutes les parties mobiles de l’Union européenne constituerait en soi une tâche ardue. Alexander Clarkson, professeur au King’s College de Londres, résume ce fait pour L’Observatoire de l’Europe : « Parce que l’UE implique 27 entités politiques au sein d’un système fédéral partagé, dont les structures économiques ont convergé vers le marché unique, ce type de changement n’est désormais possible que même si en partie grâce à une coordination centrale de la Commission européenne (essentiellement sous la supervision directe de Breton), puisque toutes les différentes composantes des industries de défense européennes sont désormais réparties dans toute l’Union.

Les aspects négatifs d’une transition potentielle vers une économie de guerre sur le continent européen sont immédiatement compréhensibles. Comme l’écrit Slantchev : « Le public n’appréciera pas la réduction des services publics, la hausse des prix et l’augmentation des impôts. Aller trop vite vers un réinvestissement dans la défense risque d’épuiser le soutien public avant que des changements significatifs ne soient apportés, surtout si la menace contre laquelle le gouvernement est censé faire face réagir ne semble ni imminent ni réaliste.

Les avantages économiques de la préparation à la guerre

Même si, à première vue, une transition théorique de l’Europe vers un état d’économie de guerre semble causer de graves dommages économiques, le processus susmentionné présenterait également des avantages. Dimitar Bechev, professeur à l’Oxford School of Global and Area Studies, ajoute pour L’Observatoire de l’Europe que : « Certaines technologies de défense auraient des applications civiles et pourraient faire augmenter les salaires dans d’autres secteurs manufacturiers à mesure que la demande de main d’œuvre augmente. il n’y aura pas de réaction (publique) majeure. »

Mais pour qu’une telle transition soit possible, il faudrait que l’Europe soit directement attaquée par la Fédération de Russie. Après tout, il s’agit également d’un processus politique. Clarkson déclare : « L’opinion publique en faveur d’un passage à l’économie de guerre, qui dans l’UE ne serait que partielle plutôt que totale, dépendrait de la perception de la menace par le public. Plus diverses parties de l’UE se sentent menacées (principalement la Scandinavie, les PECO et États de première ligne en Méditerranée), plus le public approuverait bon nombre de ces mesures. »

Une transition complète vers un état d’économie de guerre pourrait même ne pas être nécessaire, même si l’Europe et les États-Unis étaient déterminés à contenir l’expansion russe. Comme le déclare pour L’Observatoire de l’Europe Maria Shagina, chercheuse à l’Institut international d’études stratégiques : « L’Occident dispose de tous les leviers pour gagner une guerre économique contre la Russie – puissance économique, prouesses technologiques et goulots d’étranglement financiers. Une approche globale est nécessaire. Toutefois, l’Occident ne considère pas la guerre en Ukraine comme existentielle et n’a donc aucune intention d’adopter des changements radicaux. »

La Russie révèle des attitudes divergentes au sein de l’Europe

Un sous-produit pas si évident d’une transition européenne imaginée vers une économie de guerre conduirait à un redressement de l’Europe en tant qu’acteur de sécurité mondiale, un sujet dont on discute depuis des décennies dans les capitales européennes influentes. Clarkson formule cela de façon intéressante : « l’européanisation et la consolidation du secteur de la défense ».

À mesure que la menace russe progresse et que nous assistons à une multiplication des tentatives de sabotage à travers le continent, les différences dans l’approche de la sécurité européenne entre les États membres de l’UE les plus proches de la Russie et les plus éloignés se manifesteront plus clairement. Slantchev relativise cette question : « Nous en constatons déjà une partie dans la concurrence entre les secteurs de la défense tchèque et allemand (et français). Ils ne veulent pas faire passer leur aide à l’Ukraine par l’intermédiaire de l’UE parce qu’ils souhaitent privilégier leur propre secteur de la défense. »

Les dépenses de défense devraient augmenter

Ainsi, le secteur européen de la défense est voué à se développer quoi qu’il arrive, et une transition complète vers une économie de guerre n’est pas nécessaire pour faciliter cela. Même si cela accroîtra les capacités de défense européennes, celles-ci augmenteront à un rythme différent. Les pays qui ont été suffisamment décisifs pour répondre de manière plus proactive à l’agression russe bénéficieront de la faveur de leurs propres secteurs de défense. Au sein de l’OTAN, le renforcement des capacités européennes modifiera également l’équilibre des pouvoirs. Comme le conclut Kuldkepp : « Cela constituerait également un rééquilibrage bienvenu des responsabilités, en réduisant la défense de sécurité de l’Europe face aux États-Unis – ce qui comporte ses propres risques – et en augmentant l’influence de l’Europe au sein de l’alliance. »

En fin de compte, une transition vers une économie de guerre du côté de l’Europe semble peu probable, à moins que la Russie n’étende la portée de son agression aux États membres de l’OTAN et de l’UE. Cela dit, une mobilisation des ressources de défense est nécessaire pour le continent, car le niveau de menace actuel ne devrait pas diminuer dans les années à venir.

Laisser un commentaire

deux × 4 =