L'Europe est confrontée à une pénurie de travailleurs qualifiés.  L'expérience basque pourrait être la réponse

Jean Delaunay

L’Europe est confrontée à une pénurie de travailleurs qualifiés. L’expérience basque pourrait être la réponse

Bien qu’aucune région ne soit absolument identique, il y a des leçons qui peuvent être adoptées et mises à l’échelle du modèle basque alors que les États membres de l’UE se préparent à la prochaine vague d’incertitude économique et à la demande de talents qui en résulte, écrit Ivan Jiménez.

L’Europe est confrontée à une bombe à retardement démographique, qui menace d’aggraver des pénuries de main-d’œuvre déjà critiques.

D’ici 2035, il y aura environ 50 millions de personnes en âge de travailler de moins en Europe qu’en 2010.

Pendant ce temps, la croissance du PIB mondial pour 2023 se situe au taux annuel le plus bas depuis la crise financière de 2008, à l’exception de la période de pandémie, et les prix des aliments et des services continuent d’augmenter.

Comme nous l’avons vu par le passé, le stress d’un ralentissement peut avoir des répercussions sur toute une génération et, dans certains cas, vider la main-d’œuvre à mesure que les personnes possédant les compétences recherchées migrent vers des économies plus résilientes.

La façon dont les pays abordent ces défis structurels déterminera en partie la productivité économique dans les années à venir.

Les États membres de l’UE peinent à attirer des travailleurs

Selon Eurostat, plus de 75 % des entreprises de l’UE ont déjà du mal à trouver des professionnels possédant les compétences nécessaires pour pourvoir les postes, ce qui entrave la croissance économique.

De plus, les pénuries dans des secteurs vitaux pour la transition verte et numérique risquent d’atteindre les objectifs communs de la stratégie industrielle de l’UE.

La Commission européenne a publié un rapport clé plus tôt ce mois-ci sur les causes du manque de capital humain et sur la manière de l’inverser.

Bon nombre de ces difficultés sont liées à l’incapacité des États membres à attirer et à retenir les travailleurs, son impact étant 10 fois plus important que celui des exigences en matière de compétences.

AP Photo/François Mori
Les gens se tiennent debout sur une carte géante de l’Union européenne, lors d’une cérémonie d’ouverture au Champs de Mars, à Paris, 2008

Il révèle que bon nombre de ces difficultés sont liées à l’incapacité des États membres à attirer et à retenir les travailleurs, son impact étant 10 fois plus important que celui des exigences en matière de compétences.

Pourtant, les compétences restent un élément crucial de l’équation. Le rapport souligne fortement la nécessité d’une intelligence des compétences, qui associe de manière significative des informations quantitatives et qualitatives sur les besoins et les compétences du marché du travail, permettant une anticipation des compétences.

Ces renseignements devraient éclairer une politique migratoire ciblée, une autre des principales recommandations du rapport.

L’audace du Pays Basque

Le Pays basque semi-autonome dans le nord de l’Espagne a fait face de première main à de nombreux défis posés par le changement démographique et la fuite des talents.

C’est l’une des régions les plus anciennes d’Europe, avec 22 % de sa population âgée de 65 ans et plus.

La perte de compétences à la retraite, associée à un exode de talents après la récession de 2008, nous a obligés à nous tourner vers des politiques proactives et innovantes d’attraction des talents et à proposer ce que je considère comme l’approche la plus complète pour lutter contre les pénuries critiques de compétences dans l’UE.

Notre stratégie combine des incitations fiscales et des services de relocalisation et de chasse de têtes financés par des fonds publics, qui complètent les programmes de visas du gouvernement central, pour garantir que l’attraction des talents est ciblée et peut stimuler la croissance économique et la prospérité à long terme.

AP Photo/Alvaro Barrientos
Une Tamborillera porte un drapeau basque alors qu’elle marche lors des célébrations d’El Dia Grande dans la ville basque de San Sebastian, janvier 2019

Aujourd’hui, la ville de Bilbao, principale capitale du Pays basque, est considérée comme l’un des principaux centres urbains au monde pour la capacité de rétention des talents et a été reconnue comme la dixième meilleure grande ville européenne en termes d’attraction d’investissements directs étrangers par le fDi Intelligence magazine.

Notre stratégie combine des incitations fiscales et des services de relocalisation et de chasse de têtes financés par des fonds publics, qui complètent les programmes de visas du gouvernement central, pour garantir que l’attraction des talents est ciblée et peut stimuler la croissance économique et la prospérité à long terme.

Les professionnels hautement qualifiés qui s’installent au Pays basque bénéficient d’une réduction d’impôt sur le revenu allant jusqu’à 50 % pendant 11 ans maximum. C’est l’aspect le plus audacieux de notre démarche au nom du Gouvernement de Biscaye et du Gouvernement basque.

Une approche sur mesure pour surmonter les vrais obstacles

Nous collaborons avec le gouvernement régional et les universités basques et menons nos propres recherches pour évaluer la demande de main-d’œuvre en temps réel.

Cette intelligence nous permet de micro-cibler notre réponse à des secteurs particuliers et d’alimenter les principaux employeurs de notre région, comme Iberdrola et Mercedes.

Nous voyageons dans les capitales européennes et au-delà pour rencontrer des professionnels qualifiés qui envisagent peut-être de déménager. Nous réalisons que nous devons aller vers eux – ils ne viendront pas nécessairement vers nous.

Markus Schreiber/AP
Les gens marchent à l’étage d’une station de métro avec un drapeau européen à Berlin, juin 2015

Il s’agit d’une approche globale, qui comprend l’organisation de réunions personnelles ou d’appels Zoom avec des individus et la discussion des avantages de la migration, y compris ce que nous pouvons offrir en termes de remboursements d’impôt sur le revenu et de forfaits de réinstallation.

D’après notre expérience, il est tout aussi important de persuader le conjoint et la famille d’un professionnel qualifié que le déménagement serait une bonne idée.

Nous avons donc mis en place une aide aux familles pour se reloger, trouver une école adaptée pour les enfants des professionnels, conseiller sur la location d’un appartement, aider à trouver un emploi aux partenaires.

Cette approche sur mesure qui s’attaque aux véritables freins à l’émigration nous a permis de relocaliser 700 travailleurs qualifiés au Pays basque au cours des cinq dernières années seulement.

Pendant ce temps, la situation dans toute l’Europe s’aggrave

Le Pays basque n’est pas le seul à prioriser les pénuries de compétences. L’Italie, par exemple, offre de généreuses réductions d’impôts pour encourager la relocalisation des travailleurs.

Pourtant, les pénuries de main-d’œuvre et la fuite des cerveaux historique du pays persistent, ce qui entrave la capacité du pays à mettre en œuvre des projets d’une valeur de plusieurs milliards d’euros dans le cadre du programme de relance post-pandémique de l’UE.

La situation devrait s’aggraver au cours des trois prochaines années, lorsqu’Eurostat estime que le nombre de personnes atteignant l’âge de la retraite dépassera le nombre de nouveaux travailleurs entrant sur le marché du travail.

Tant le besoin urgent de talents de l’Italie que les projets de numérisation de la Grèce pourraient bénéficier d’une initiative similaire à la nôtre, qui promeut et renforce les politiques du gouvernement en créant des synergies entre elles.

Czarek Sokolowski/AP
Les gens lisent des tracts associés au défilé Schuman à Varsovie, mai 2014

La dernière tentative de la Grèce pour attirer les talents est son visa Digital Nomad. Mais, ces visas ne sont pas une panacée pour la digitalisation de l’économie, que le pays a identifiée comme un objectif majeur dans les années à venir.

Bien que ces visas soient importants pour créer un écosystème d’innovation, les entreprises grecques ont encore du mal à recruter dans le pays en raison d’un manque de compétences à la fois générales et techniques, y compris en informatique, selon Manpower.

Les nomades numériques peuvent ajouter à l’écosystème mais ne profitent pas nécessairement aux besoins de l’industrie.

Bien que les incitations fiscales et les régimes de visas soient des éléments importants pour attirer des travailleurs qualifiés, ils sont souvent présentés comme des politiques autonomes.

Tant le besoin urgent de talents de l’Italie que les projets de numérisation de la Grèce pourraient bénéficier d’une initiative similaire à la nôtre, qui promeut et renforce les politiques du gouvernement en créant des synergies entre elles.

Par exemple, en Espagne et au Pays basque, l’obtention de visas pour les personnes venant d’Amérique latine hispanophone est une priorité essentielle.

Cela nous a incités à offrir un service plus large, y compris des conseils bureaucratiques, et, par conséquent, nous avons vu le taux de réussite des candidatures augmenter.

Un effort plus proactif est nécessaire

En fin de compte, les pays européens doivent être beaucoup plus interventionnistes et polyvalents dans leurs efforts.

L’une des principales recommandations du rapport de la Commission européenne pour faire face aux pénuries de main-d’œuvre est de soutenir l’adéquation efficace de l’offre et de la demande de main-d’œuvre.

Les services de chasse de têtes financés par l’État non seulement soutiennent les stratégies d’attraction des talents, mais peuvent attirer un plus grand nombre de travailleurs dans des domaines critiques et changer les perceptions profondément enracinées selon lesquelles l’Italie et la Grèce n’ont aucune opportunité pour les jeunes travailleurs qualifiés en informant sur les opportunités réelles que ces sites offrent.

Bien qu’aucune région ne soit absolument identique, certaines leçons peuvent être adoptées et mises à l’échelle à partir du modèle basque alors que les États membres de l’UE se préparent à la prochaine vague d’incertitude économique et à la demande de talents qui en résulte.

Laisser un commentaire

7 − 5 =