L'Europe doit adopter l'exploitation minière verte au nom de ses objectifs de transition énergétique

Jean Delaunay

L’Europe doit adopter l’exploitation minière verte au nom de ses objectifs de transition énergétique

L’Europe est riche en ses propres métaux, mais l’exploitation minière a une sale image à travers le continent. L’exploitation minière durable doit être notre avenir, écrit Jordi Bruno.

Pour passer à l’utilisation d’énergies 100 % renouvelables, le monde aura besoin d’autant de cuivre au cours des deux prochaines décennies que nous en avons prélevé sur la Terre depuis le début de la civilisation.

Si ce chiffre semble ahurissant, c’est parce que la tâche de la transition énergétique verte est une tâche ardue en soi.

Un câblage en cuivre, par exemple, sera nécessaire pour presque tous les composants de ce changement, des appareils et des voitures alimentés par des sources d’énergie verte aux plantes renouvelables et aux panneaux solaires eux-mêmes.

L’argent est nécessaire pour le câblage supraconducteur des éoliennes, et de grandes quantités de nickel et de lithium seront également nécessaires pour construire les batteries permettant de stocker l’électricité à partir de sources renouvelables.

Ajoutez à cela l’aluminium et le fer qui sont essentiels à la construction d’infrastructures énergétiques vertes.

Heureusement, ces métaux communs sont largement distribués et trouvés dans la plupart des pays, y compris la majeure partie de l’Europe.

Moins heureusement, l’Europe s’est jusqu’à présent montrée extrêmement réticente à exploiter ces matériaux.

L’Europe doit devenir indépendante des ressources

La semaine dernière, nous avons vu l’annonce d’une joint-venture anglo-française pour extraire du lithium dans le sud-ouest de l’Angleterre, dans le but de répondre à environ les deux tiers de la demande estimée de batteries au Royaume-Uni.

Cependant, l’acceptation de l’industrie minière en Europe est encore très faible.

Pour beaucoup, l’exploitation minière est considérée comme une activité du monde en développement, une activité perturbatrice et polluante et qui se fait mieux en Afrique ou en Amérique du Sud. Nous importons actuellement la plupart de nos métaux.

Si l’Europe ne devient pas un continent minier, elle deviendra dépendante de pays comme la Chine pour ses ressources, notamment en matière de lithium.

Tsvangirayi Mukwazhi/AP
Un soldat armé se tient sur le terrain de l’usine de traitement de Prospect Lithium Zimbabwe à Goromonzi, juillet 2023

Cependant, si l’Europe ne devient pas un continent minier, elle deviendra dépendante de pays comme la Chine pour ses ressources, notamment en matière de lithium.

Il est possible d’importer du lithium de pays politiquement plus amis comme l’Argentine, le Chili et le Mali. Mais dépendre des chaînes d’approvisionnement internationales pour des ressources cruciales est intenable.

Une période d’énormes changements se produit

Nous n’avons pas besoin d’importer des métaux du monde en développement, même du lithium. Il existe d’importantes ressources de lithium en République tchèque, en Serbie, en Bosnie et en Espagne.

Le nickel existe en abondance en Europe. Il existe plusieurs grandes mines de fer en Scandinavie et le cuivre est extrait de manière intensive en Espagne et au Portugal.

La mine d’argent de Vareš en Bosnie doit entrer en production cette année. Mais tous les pays européens doivent promouvoir l’extraction de ces ressources s’ils veulent avoir une chance d’atteindre le zéro net.

Oui, cela signifie l’exploitation minière, mais cela ne signifie pas nécessairement l’exploitation minière de la manière dont les Européens et les résidents d’autres continents l’ont vécue historiquement.

Darko Vojinovic/Copyright 2022 AP.  Tous les droits sont réservés.
Un manifestant écologiste tient une banderole sur laquelle on peut lire : « No Pasaran » alors qu’une autoroute est bloquée, lors d’une manifestation contre une mine de lithium à Belgrade, janvier 2022

Oui, cela signifie l’exploitation minière, mais cela ne signifie pas nécessairement l’exploitation minière de la manière dont les Européens et les résidents d’autres continents l’ont vécue historiquement ; les tas de scories et les « fosses » des mines de charbon de plus en plus obsolètes.

L’industrie minière a traversé une période d’énormes changements et s’est tournée vers ce qu’on appelle « l’exploitation minière non perturbatrice ».

L’exploitation minière non perturbatrice existe – et il est prouvé que cela peut être fait facilement

L’exploitation minière non perturbatrice désigne les mines qui fonctionnent à l’énergie renouvelable et dont la logistique de transport et l’utilisation de l’eau sont vertes.

Cela signifie restaurer la nature perturbée par l’exploitation minière d’une manière qui préserve et améliore la biodiversité locale et faire attention à tous les impacts sociaux et environnementaux d’une mine.

Plus important encore, cela signifie que les déchets qui finissaient dans les tas de scories – appelés « résidus » dans l’industrie – sont correctement traités pour récupérer toutes les quantités abondantes de minerai qu’ils contiennent.

La Suède est le pionnier européen de l’exploitation minière non perturbatrice. Sa mine de fer sans carbone à Kiruna est un fleuron minier durable pour le monde, et la mine de fer de Grängesberg, dans le centre de la Suède, est également une mine durable remarquable.

AP Photo/Malin Moberg
L’éleveur de rennes Niila Inga de la communauté Laevas Sami marche dans la neige au coucher du soleil sur la montagne Longastunturi près de Kiruna, Suède, novembre 2019

La Suède est le pionnier européen de l’exploitation minière non perturbatrice. Sa mine de fer sans carbone à Kiruna est un fleuron minier durable pour le monde, et la mine de fer de Grängesberg, dans le centre de la Suède, est également une mine durable remarquable.

Plusieurs des entreprises qui devraient exploiter le lithium au Royaume-Uni se sont déjà engagées à utiliser une gamme de techniques minières durables allant de l’exploitation d’une usine à l’hydrogène ou au lithium-ion, au transport du minerai via des convoyeurs électriques plutôt que par des camions et à l’approvisionnement en électricité de un parc éolien offshore à construire à proximité.

L’exploitation minière peut être le fondement de la transition énergétique verte de l’Europe

Toute l’Europe doit suivre l’exemple de la Suède et du Royaume-Uni et construire des mines plus vertes, en particulier celles de cuivre, de nickel et de lithium.

En plus de ces projets nationaux, l’Europe dans son ensemble devrait investir dans la recherche et l’exploration proactive des principaux gisements de métaux en Europe et monter des projets miniers verts à grande échelle.

Pour y parvenir, l’image de l’industrie minière doit changer. L’exploitation minière doit être vue pour ce qu’elle est, le fondement de la transition énergétique verte et de l’indépendance énergétique de l’Europe.

Laisser un commentaire

quatre × deux =