L'Espagne et le Portugal recrutent des bisons et des chevaux rares pour aider à réduire les risques d'incendies

Jean Delaunay

L’Espagne et le Portugal recrutent des bisons et des chevaux rares pour aider à réduire les risques d’incendies

Une ancienne race de chevaux et des bisons d’Europe font partie d’un projet pionnier de lutte contre les risques d’incendies en Espagne et au Portugal. Voici comment.

Des chevaux rares de Garrano et des bisons d’Europe aident à la prévention des incendies de forêt

Dans une expérience révolutionnaire dans la péninsule ibérique, le cheval de Garrano et le bison d’Europedeux races anciennes, ont uni leurs forces pour lutter contre le risque d’incendies de forêt.

Ces animaux en voie de disparition jouent un rôle crucial dans le nettoyage des broussailles et de la végétation qui servent de combustible à des incendies dévastateurs.

Comment les chevaux préhistoriques aident-ils à lutter contre les incendies de forêt ?

Les chevaux Garranoavec une population d’environ 300 habitants, erre semi-sauvage dans la chaîne de montagnes Serra da Cabreira au Portugal. Cette race, dont les origines remontent à la préhistoire, a connu une baisse significative de ses effectifs depuis le milieu du XXe siècle.

Selon Joao Paulo Ribeiro, président de l’Association des éleveurs de Garrano, leur population est passée d’environ 70 000 à seulement 350 juments dans les années 1990.

Cependant, grâce à des efforts de conservation dévoués, leur nombre est maintenant passé à plus de 1 500.

Le maire Antonio Cardoso de Vieira do Minho qualifie à juste titre les chevaux de « chevaux sapeurs », en référence au terme militaire et en soulignant leur rôle vital dans le nettoyage des terrains.

Cette approche innovante vise à prévenir les incendies de forêt en utilisant le comportement de pâturage naturel des chevaux pour consommer environ 30 kilogrammes de végétation par jour.

En ciblant les zones situées sous les poteaux télégraphiques, les chevaux contribuent à créer des pare-feu, réduisant ainsi le risque de propagation des incendies.

Un effort de collaboration entre les humains et le bison d’Europe en Espagne

Des initiatives similaires en matière de lutte contre les incendies ont été mises en œuvre dans d’autres régions.

En Espagnele directeur de la Réserve européenne de bisons, Jesús González Ruiz, souligne le rôle crucial du bison d’Europe dans le maintien de la forêt santé.

Les bisons, connus pour leurs habitudes alimentaires aveugles, consomment plus de 130 espèces végétales différentes, défrichant et rajeunissant efficacement le paysage. Leur présence permet d’éviter que le sous-bois ne devienne un incendie potentiel danger.

Cet effort de collaboration entre les humains et les animaux signifie un virage important vers des stratégies durables de prévention des incendies.

En exploitant les comportements et les capacités innés de ces races en voie de disparitionles communautés de la péninsule ibérique s’efforcent de préserver leur riche patrimoine naturel tout en se protégeant contre les effets dévastateurs des incendies de forêt.

Ils espèrent que cette forme d’« éco-pâturage » s’étendra également à d’autres régions.

Regardez la vidéo ci-dessus pour en savoir plus sur ce projet pionnier.

Laisser un commentaire

16 − 12 =