An abandoned canoe lies on the cracked ground at the Sau reservoir, which is only at 5 percent of its capacity, in Vilanova de Sau, about 100 km north of Barcelona

Milos Schmidt

L’Espagne devrait déclarer l’état d’urgence en cas de sécheresse aujourd’hui, avec de lourdes amendes pour violation des règles relatives à l’eau.

Les citoyens pourraient être condamnés à une amende s’ils lavent des voitures ou arrosent des jardins.

Après des mois d’avertissements, les autorités catalanes devraient déclarer aujourd’hui l’état d’urgence en cas de sécheresse.

Cela pourrait signifier des restrictions d’eau plus extrêmes pour six millions de personnes à Barcelone et dans les 201 municipalités environnantes du nord-est de l’Espagne.

Laver une voiture ou arroser le jardin peut entraîner des amendes pouvant aller jusqu’à 50 €. Si un citoyen de Barcelone commettait une grave « infraction liée à l’eau », il pourrait être condamné à une amende pouvant aller jusqu’à 3 000 €.

Une situation déjà mauvaise s’est aggravée

Les autorités catalanes ont déclaré l’état d’urgence en novembre de l’année dernière. Aujourd’hui, les températures élevées ont réduit les niveaux d’eau déjà bas dans les réservoirs.

« Nos réserves sont inférieures à 16%. La situation est critique à Barcelone et autour de Gérone, nous devons donc prendre des mesures plus fortes », a déclaré mercredi la responsable du gouvernement catalan, Laura Vilagrà, à la radio espagnole RNE.

Le manque de pluie dans la région depuis près de 40 mois a aggravé la situation.

Un homme passe devant un canoë abandonné au réservoir de Sau, qui n'est qu'à 5 pour cent de sa capacité, à Vilanova de Sau
Un homme passe devant un canoë abandonné au réservoir de Sau, qui n’est qu’à 5 pour cent de sa capacité, à Vilanova de Sau

Quelles sont les restrictions d’eau en Espagne ?

Le plan élaboré par les autorités est divisé en trois phases, qui varieront en fonction de l’aggravation de la sécheresse.

Dans une première phase, la consommation d’eau sera limitée à 200 litres par personne et par jour ; dans la deuxième phase, il tombera à 180 litres ; et dans la phase la plus sévère, à 160 litres.

Selon les dernières données de l’Institut national des statistiques, les Espagnols consomment en moyenne 133 litres d’eau par jour.

Les autorités prévoient également de réduire la pression de l’eau. Cependant, la ville de Barcelone ne s’attend pas à ce que cette mesure soit mise en œuvre dans les ménages avant juillet, dans le pire des cas.

Des amendes pourraient être imposées aux conseils locaux pour les obliger à surveiller de plus près la consommation d’eau.

Vue du réservoir de La Baells, qui n'est qu'à 21 pour cent de sa capacité, près de Berga, au nord de Barcelone, en Espagne.
Vue du réservoir de La Baells, qui n’est qu’à 21 pour cent de sa capacité, près de Berga, au nord de Barcelone, en Espagne.

Cette semaine encore, alors que toute la ville d’Esponella, à Gérone, essayait d’économiser chaque goutte d’eau, il est apparu qu’un de ses voisins gaspillait cinq millions de litres d’eau par an.

L’Agence catalane de l’eau a averti la commune qu’elle dépassait la consommation moyenne d’eau par habitant. La mairie a alors demandé à l’agence de lui transmettre une liste des habitants les plus consommateurs d’eau.

Selon les déclarations faites par les autorités aux médias locaux, le voisin risque désormais une amende de 3 000 €, alors que les autorités envisagent de lui couper la connexion au réseau.

La zone touchée par les mesures d’urgence contre la sécheresse s’étend du nord de la Catalogne jusqu’à la frontière française.

L’agriculture et l’industrie seront également confrontées à des réductions. La déclaration d’urgence régionale vise à réduire l’eau pour l’irrigation des cultures de 80 %, pour le bétail de 50 % et pour l’industrie de 25 %. La partie sud, la moins peuplée de la région, est alimentée par le fleuve Èbre et est en meilleur état.

« Projections dramatiques du changement climatique »

La Catalogne a connu 40 mois consécutifs de précipitations inférieures à la moyenne. Les experts affirment que le changement climatique est à l’origine de la sécheresse, et que l’ensemble de la région méditerranéenne devrait se réchauffer plus rapidement que de nombreuses autres régions du monde dans les années à venir.

« Les sécheresses sont naturelles dans le régime climatique méditerranéen. Ce qui est très dramatique, ce sont les projections du changement climatique. (…) Ce que nous observons, c’est une augmentation de l’intensité et de la fréquence des sécheresses », a déclaré Annelies Broekman, spécialiste de la gestion de l’eau à l’Université de Barcelone. institut de recherche CREAF, a déclaré à Associated Press.

Broekman a noté une différence importante entre la période de sécheresse extraordinairement intense que connaît actuellement le nord-est de l’Espagne et la dernière sécheresse grave en Catalogne en 2008, lorsque des bateaux étaient utilisés pour transporter de l’eau jusqu’à Barcelone.

Un arbre sec se dresse dans les fissures et le sol sec du réservoir d'Arnius-Boadella, qui n'est qu'à 12 pour cent de sa capacité, près de Figueras, au nord de Gérone.
Un arbre sec se dresse dans les fissures et le sol sec du réservoir d’Arnius-Boadella, qui n’est qu’à 12 pour cent de sa capacité, près de Figueras, au nord de Gérone.

« En 2008, il a parfois plu un peu dans des endroits importants, donc nous avons eu des petits moments où toute la nature pouvait, disons, faire une pause », a-t-elle déclaré. « (Cette fois), nous sommes en dessous, vraiment en dessous, du schéma normal pendant une période continue. Et c’est en fait ce qui fait le plus mal, car nous pouvons être assez résistants aux périodes de sécheresse qui ont un certain répit. »

La Catalogne est confrontée depuis plusieurs années à des restrictions d’eau constantes. Les interdictions d’arroser les pelouses, de remplir les piscines privées et de laver les voitures restent en vigueur. Les autorités locales ne peuvent pas utiliser l’eau potable pour nettoyer les rues.

La Catalogne a jusqu’à présent pu éviter des restrictions plus draconiennes, en grande partie grâce aux systèmes de dessalement et de recyclage de l’eau, qui représentent désormais 55 % de la consommation totale d’eau de la région. Les autorités espagnoles dépensent des millions d’euros pour agrandir ou construire de nouvelles usines de dessalement le long des zones côtières qui souffrent le plus de la sécheresse.

Cependant, la Catalogne et la région d’Andalousie, dans le sud de l’Espagne, se préparent à importer de l’eau par bateau si nécessaire cet été, une option coûteuse dont les responsables admettent qu’elle aurait un impact limité.

Laisser un commentaire

10 − sept =