L'Espagne devient "plus chaude, plus sèche et plus inflammable" en raison du changement climatique, prévient Greenpeace

Jean Delaunay

L’Espagne devient « plus chaude, plus sèche et plus inflammable » en raison du changement climatique, prévient Greenpeace

Pour chaque degré de réchauffement climatique, le climat espagnol se réchauffe de 1,5℃.

L’Espagne subit déjà de graves impacts du changement climatique, révèle un nouveau rapport de Greenpeace.

Publié aujourd’hui (5 juillet) par l’unité scientifique de l’organisation à l’Université d’Exeter, il décrit ce que la crise climatique pourrait faire au pays.

« Les projections indiquent que si l’Espagne ne réduit pas sévèrement les émissions qui causent le réchauffement climatique, le pays deviendra plus chaud, plus sec, plus aride et inflammable », déclare Maria José Caballero, responsable de l’unité de réponse rapide chez Greenpeace Espagne.

« Il connaîtra plus d’inondations et d’incendies de haute intensité et les impacts de l’élévation du niveau de la mer. Les données du rapport montrent l’urgence de réduire les émissions et de lutter contre la crise climatique en prenant des mesures ambitieuses, auxquelles tous les partis politiques doivent s’engager.

À quelle vitesse l’Espagne se réchauffe-t-elle ?

Pour chaque degré de réchauffement climatique, l’Espagne voit 1,5℃, selon le rapport. L’effet est encore plus prononcé dans les régions intérieures du pays.

L’Espagne devrait atteindre 2℃ de réchauffement au cours des 20 prochaines années, à moins que des réductions immédiates et sévères ne soient apportées aux émissions mondiales de gaz à effet de serre. Dans le pire scénario d’émissions, ce réchauffement pourrait atteindre 4℃ d’ici la fin du 21ème siècle.

Même avec des réductions d’émissions, le climat en Espagne devrait se réchauffer. Le taux de réchauffement est et continuera d’être plus rapide que la moyenne mondiale avec un impact généralisé sur la vie des gens, note Greenpeace.

La mer Méditerranée se réchauffe aussi. Les températures de surface devraient augmenter de 1,8℃ à 3,5℃ d’ici 2100.

Bien que les changements graduels des écosystèmes liés au climat puissent être moins « visibles », ils ne sont « pas moins graves que les événements catastrophiques », déclare Paul Johnston, directeur de l’unité scientifique de Greenpeace à l’université d’Exeter.

« Ils affectent tout, de l’agriculture aux ressources marines en passant par la santé humaine. »

AP Photo/Emilio Morenatti
Vue du réservoir de La Baells à Berga, à environ 112 km au nord de Barcelone.

Le changement climatique entraînera-t-il des pénuries d’eau ?

La baisse des précipitations est déjà un problème en Espagne, mais les sécheresses seront 10 fois pires que celles connues aujourd’hui, indique le rapport. Si les températures atteignent 2℃ de réchauffement, cela pourrait signifier que plus d’un tiers de la population du sud de l’Europe connaîtra une pénurie d’eau. Cela double si le réchauffement atteint 3℃.

« Les modifications des précipitations et des besoins agricoles et humains en eau entraîneront probablement des pénuries d’eau », explique Johnston.

« Les ressources en eau souterraine ne seront pas entièrement rechargées, ce qui entraînera des restrictions croissantes d’utilisation. Les débits fluviaux seront probablement plus faibles que par le passé à certaines saisons, ce qui entraînera à nouveau des pénuries.

Et, ajoute-t-il, à mesure que les niveaux d’eau dans le sol diminuent en raison de conditions plus sèches, l’agriculture deviendra de plus en plus difficile.

Même lorsque la pluie tombe, elle est susceptible d’être plus extrême. Le volume de pluie le jour le plus humide d’Espagne devrait augmenter de 10 %. Cela s’accompagne d’un risque accru d’inondations, ce que le pays a déjà connu lors des averses de juin..

Comment le changement climatique affecte-t-il les Espagnols ?

Les températures extrêmes affectent déjà les Espagnols. En 2022, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que le stress thermique a contribué à plus de 4 000 décès supplémentaires dans le pays.

Comme le changement climatique entraîne davantage de vagues de chaleur et de journées extrêmement chaudes et humides, le risque de décès par hyperthermie augmentera également de manière significative. Les taux de mortalité sont plus élevés pendant les vagues de chaleur qui durent plus de deux jours avec des groupes vulnérables comme les nourrissons et les personnes âgées particulièrement menacés.

Si l’Europe atteint 3 ℃ de réchauffement, le nombre de personnes à haut risque de décès par temps chaud triple par rapport à la limite de 1,5 ℃ de l’Accord de Paris.

Il n’y a pas que la santé non plus. Les températures élevées rendent impossible le travail pendant la partie la plus chaude de la journée. Le rapport note que la chaleur extrême pourrait entraîner la perte d’au moins 15 % des heures de travail dans la plupart des endroits et jusqu’à 50 % dans les régions les plus touchées par le changement climatique.

Les pertes financières en Espagne dues aux vagues de chaleur pourraient représenter 3% du produit intérieur brut du pays d’ici 2060, indique le rapport.

L’année dernière, plus de 300 000 hectares de terres en Espagne ont été brûlés par des incendies de forêt, selon le système européen d’information sur les incendies de forêt. Au fur et à mesure que le pays devient plus chaud et plus sec avec des saisons moins définies, la saison des incendies s’allongera et les incendies pourraient devenir plus dangereux et incontrôlables.

JOSE JORDAN / AFP
Des pompiers marchent dans une zone forestière brûlée par un incendie de forêt qui a commencé le 23 mars, à Fuente de la Reina, près de Castellon.

Où en Espagne voit-on les pires effets du changement climatique ?

Plus d’un tiers des habitants de la Méditerranée vivent dans des régions côtières, contre une moyenne mondiale de 10 %.

Mais les villes côtières espagnoles, telles que Barcelone, sont susceptibles d’être les plus durement touchées par le changement climatique et les risques de conditions météorologiques extrêmes.

Les zones bâties subissent ce que l’on appelle l’« effet d’îlot de chaleur urbain », où les trottoirs, les bâtiments et les autres surfaces absorbent et retiennent la chaleur. À Barcelone, des recherches montrent que la température nocturne moyenne de l’air est d’environ 2℃ plus élevée qu’à l’extérieur de la ville.

Les températures de la mer plus élevées laissent également ces villes côtières menacées par davantage de tempêtes hivernales et de vagues de chaleur estivales.

L’élévation du niveau de la mer constitue également une menace, les îles Canaries risquant de perdre 80 % de leurs plages au profit de la mer d’ici la fin du siècle.

L’Espagne peut-elle s’adapter à son climat changeant ?

Pour éviter les pires impacts du changement climatique et de la perte de biodiversité, Greenpeace affirme que l’UE doit réduire à zéro les émissions nettes de gaz à effet de serre d’ici 2040.

« Beaucoup des défis auxquels l’Espagne est confrontée sont partagés par d’autres pays européens et même des nations du monde entier, bien que les spécificités varient évidemment », a déclaré Johnston. Il espère que le rapport pourra servir de modèle pour que d’autres pays examinent leurs propres impacts spécifiques sur le changement climatique.

En Espagne, Greenpeace appelle à une réduction de 55 % des émissions et à une énergie 100 % renouvelable système d’ici 2030.

Mais, comme le pays subit déjà de graves impacts du changement climatique, l’adaptation est également essentielle pour minimiser les dommages que l’Espagne ne peut plus éviter.

Thomas COEX / AFP
Les touristes se protègent du soleil lorsqu’ils visitent le Palais Royal du centre-ville de Madrid sous des températures très élevées.

Greenpeace dit une adaptation nationale correctement financée plan contre les menaces du changement climatique est nécessaire. La consommation d’eau doit être réduite et les efforts de prévention des incendies financés. Le réseau de campagne affirme que la protection et la récupération des écosystèmes doivent également être étendues.

Johnston dit cependant que, comme pour toutes les stratégies d’adaptation, il y a une limite à leur efficacité.

« Une fois les limites de tolérance ou les points de basculement atteints, tout changement pourrait s’avérer irréversible, même avec des stratégies d’atténuation en place.

« La clé du succès est de prendre des mesures précoces et sérieuses pour enrayer le changement climatique le plus rapidement possible. »

Laisser un commentaire

1 × cinq =