The SpaceX Falcon 9 carrying the EarthCARE satellite launches from Vandenburg Space Force Base in California.

Jean Delaunay

L’ESA lance le satellite EarthCARE pour étudier l’impact des nuages ​​sur le changement climatique

Le dernier et le plus grand des satellites Earth Explorer de l’agence spatiale a été lancé en orbite depuis la Californie à bord d’une fusée SpaceX Falcon 9.

La dernière mission scientifique de l’Agence spatiale européenne a été lancée avec succès dans l’espace depuis les États-Unis mardi, avec un satellite qui pourrait fournir des informations vitales sur l’un des problèmes les plus urgents liés au changement climatique.

Le satellite EarthCARE – une collaboration entre l’ESA et l’agence spatiale japonaise JAXA – étudiera l’impact de la formation des nuages ​​et de la densité des aérosols dans l’atmosphère sur la température de la Terre.

Obscurci par une faible couverture nuageuse sur la base spatiale de Vandenburg, dans le sud de la Californie, le satellite a décollé de la rampe de lancement à bord d’un lanceur SpaceX Falcon 9 à 15h20, heure locale (00h20 CET mercredi).

Le satellite s’est ensuite séparé de la fusée après 10 minutes de vol et a établi son premier contact avec la station au sol de Hartebeesthoek en Afrique du Sud moins d’une heure après son lancement.

Comprendre comment les nuages ​​contribuent à la crise climatique

Abréviation de Earth Cloud Aerosol et Radiation Explorer, EarthCARE a été conçu pour la première fois en 2004 et a été conçu et construit par Airbus et 75 sociétés sous-traitées.

Il devrait rester en orbite pendant au moins trois ans pour collecter des données pour le programme Copernicus de l’ESA.

J’ai été touché et très ému lorsque j’ai vu le lancement. C’est un grand moment pour moi.

Joseph Aschbacher

Directeur général, ESA

Dernier et plus grand des satellites Earth Explorer de l’ESA, il est équipé de quatre instruments de pointe, dont un radar de profilage des nuages ​​fourni par la JAXA.

Pour la première fois, ces différents équipements captureront simultanément différentes mesures, permettant aux scientifiques de mieux comprendre comment les nuages ​​et les aérosols – de petites particules comme la poussière ou les gouttelettes d’eau – perturbent l’équilibre radiatif de la Terre et contribuent à la crise climatique.

S’adressant à L’Observatoire de l’Europe Next en Californie, le directeur général de l’ESA, Josef Aschbacher, s’est dit « soulagé » que le lancement ait été un succès.

« (Je suis) très heureux pour toutes les personnes qui ont travaillé pendant des décennies sur ce projet, que ce soit de la communauté scientifique ou du côté de l’ingénierie, de l’industrie, de l’ESA, de mes propres collègues », a-t-il déclaré.

« Je sais combien de sang, de sueur et de larmes ont coulé dans cette mission pour en arriver là où elle en est aujourd’hui ».

Aschbacher a travaillé sur la mission EarthCARE en tant que directeur des programmes d’observation de la Terre de l’ESA pendant cinq ans.

« EarthCARE était l’un des défis que j’avais sur la table lorsque j’ai pris mes fonctions en 2016. Nous avons dû surmonter des obstacles et des problèmes techniques. Et voir tout cela fonctionner maintenant est aussi une grande satisfaction. Personnellement, j’ai été touché et très ému lorsque J’ai vu le lancement, donc c’est un grand moment pour moi », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe Next.

« Plus pertinent aujourd’hui »

Simonetta Cheli, l’actuelle responsable des programmes d’observation de la Terre à l’ESA, estime que même si le satellite a été planifié pour la première fois il y a 20 ans, il est « encore plus pertinent aujourd’hui qu’au moment de sa conception ».

« Elle (la mission EarthCARE) montre l’importance de la durabilité environnementale et que le climat dans son ensemble est quelque chose qui figure en tête de l’agenda de nos États membres (de l’ESA), à la fois en termes de soutien aux programmes, de contribution aux projets et également d’assurer la continuité. aux données dont nous disposons », a-t-elle déclaré à L’Observatoire de l’Europe Next.

« Nous avons remarqué que l’année dernière a été l’année la plus chaude jamais enregistrée. C’est également chaque mois de 2024 le mois le plus chaud jamais enregistré.

« Donc le fait de disposer d’informations détaillées, précises et innovantes, sur les nuages, les aérosols et les précipitations devient essentiel si l’on veut regarder le rayonnement du Soleil vers la Terre, l’effet qu’ont les nuages ​​en termes d’effet de refroidissement, l’effet du rayonnement renvoyé par la Terre et du refroidissement de la Terre », a-t-elle ajouté.

« Tout cela pourra aujourd’hui être surveillé encore plus en profondeur grâce aux mesures synergiques des quatre instruments à bord d’EarthCARE ».

Après son déploiement réussi mardi, EarthCARE sera contrôlé depuis le Centre européen des opérations spatiales de l’ESA à Darmstadt, en Allemagne, où il continuera d’être surveillé et ses instruments calibrés.

Les premières données de la mission devraient être disponibles dans six mois, lorsque le satellite sera entièrement mis en service.

Laisser un commentaire

3 × quatre =