A fall leaf and rain drops are seen through a vehicle

Milos Schmidt

Les villes européennes donnent leurs feuilles mortes à cette startup pour les transformer en sacs de courses et en papier

L’industrie papetière achète plus de 30 % de tout le bois industriel vendu dans le monde.

Utiliser des feuilles mortes plutôt que des arbres sains pour fabriquer du papier : c’est l’idée qui se cache derrière la startup ukrainienne Releaf Paper.

Alors qu’il était encore à l’école, le fondateur Valentyn Frechka a utilisé sa passion pour la biochimie pour trouver de nouvelles façons de fabriquer de la cellulose, l’ingrédient clé du papier.

Après une expérience ratée avec de l’herbe et de la paille, il découvre qu’il est possible d’extraire les fibres des feuilles.

Après avoir créé un prototype fonctionnel, il s’installe à Paris en raison de la guerre en Ukraine et fonde Releaf Paper aux côtés de son partenaire Alexandre Sobolenko.

Le papier fabriqué à partir de feuilles est-il meilleur pour l’environnement ?

En utilisant une combinaison de procédés chimiques et mécaniques, Releaf produit une tonne de cellulose à partir de 2,3 tonnes de feuilles mortes.

Il faudrait généralement 17 arbres pour produire la même quantité.

Les villes d’Europe donnent à Releaf les feuilles mortes qu’elles ont ramassées dans leurs rues, au lieu de les brûler comme le font habituellement de nombreux endroits.

« Nous travaillons uniquement avec les feuilles que nous recevons des villes car nous ne pouvons pas utiliser les feuilles de la forêt. Ce n’est pas facile de les récolter en forêt, et ce n’est pas nécessaire car il y a un écosystème.

« Dans une ville, c’est un déchet vert qu’il faut collecter. En réalité, c’est une bonne solution car nous maintenons l’équilibre : nous obtenons des fibres pour fabriquer du papier et rendons de la lignine comme semi-engrais aux villes pour fertiliser les jardins ou les arbres. C’est donc comme un modèle gagnant-gagnant », explique Frechka.

Le processus de Releaf consiste à éliminer tous les composés solides des feuilles, à les sécher puis à les transformer en granulés. Cela leur permet de stocker la matière première toute l’année et d’assurer un cycle de production continu.

Les granulés sont transformés en une fibre spéciale qui constitue la base du papier. La pâte obtenue est pressée et roulée en feuilles de papier.

Quel est l’impact environnemental de la production de papier ?

Releaf Paper estime que son procédé émet 78 % de CO2 en moins que la production traditionnelle et utilise 15 fois moins d’eau.

«Le papier à base de feuilles se dégrade dans le sol en 30 jours, alors que la période de dégradation du papier ordinaire est de 270 jours ou plus», explique Releaf Paper.

Selon le Fonds mondial pour la nature (WWF), l’industrie du papier représente 13 à 15 pour cent de la consommation totale de bois et utilise 33 à 40 pour cent de tout le bois industriel vendu dans le monde.

Le papier fabriqué à partir de feuilles est-il aussi durable que le papier normal ?

L’entreprise commercialise du papier de 70 à 300 g/m² adapté à des usages variés depuis le papier d’emballage (sacs, enveloppes e-commerce, etc.) jusqu’aux emballages en carton (boîtes en carton ondulé, cartons à œufs).

La startup produit environ trois millions de sacs de courses par mois et compte parmi ses clients L’Oréal, Samsung, LVMH, Logitech, Google et Schneider Electric.

Le jeune Ukrainien ouvrira sa première usine commerciale aux portes de Paris en juillet et espère à terme avoir des usines de production partout dans le monde.

D’une capacité de traitement de 5 000 tonnes de feuilles par an, le premier site, financé en partie par l’Union européenne, recevra les déchets verts de la Ville de Paris.

Basé à Station F à Paris, le jeune entrepreneur, qui a déjà remporté plusieurs prix depuis le début de son aventure, fait partie des trois finalistes du prix Jeune inventeur 2024 de l’Office européen des brevets (OEB). Les résultats seront annoncés le 9 juillet.

Laisser un commentaire

3 × 3 =