Les victimes d'abus sexuels sur des enfants dans l'UE sont confrontées à une "loterie du code postal" de l'injustice - rapport

Jean Delaunay

Les victimes d’abus sexuels sur des enfants dans l’UE sont confrontées à une « loterie du code postal » de l’injustice – rapport

De nombreux pays européens ne rendent pas justice aux victimes d’abus sexuels sur des enfants, selon un rapport publié jeudi.

Le rapport par Brave Movement et Child Global, principaux groupes internationaux de défense de la protection des enfants contre les abus sexuels, appellent à l’abolition des délais de prescription (SOL) pour tous les types de violence et d’abus sexuels envers les enfants.

Les SOL limitent le temps dont dispose une victime pour engager des poursuites pénales après que le crime a été commis et empêchent les autorités de nombreux pays européens de dénoncer les auteurs d’abus sexuels ou de rendre justice aux survivants.

D’après l’analyse des groupes sur les cadres judiciaires pertinents, le Luxembourg, l’Estonie, la Grèce, Malte, la République tchèque, le Portugal, la Lituanie, la Finlande, la Slovaquie et la Bulgarie sont les pires contrevenants. Dans ces pays, les victimes de la totalité ou de la plupart des abus sexuels sur enfants ne peuvent pas signaler le crime après avoir atteint l’âge de 40 ans.

L’Espagne, l’Italie, la France, l’Allemagne, la Slovénie et la Lettonie se situent au deuxième niveau, où le délai de prescription expire après que la victime a atteint 40 ans, même si l’âge moyen de divulgation des abus est supérieur à 50 ans.

L’Irlande, Chypre, le Danemark et la Belgique sont les seuls pays de l’UE où les victimes peuvent signaler la totalité ou la plupart des infractions sexuelles impliquant des enfants, quel que soit le temps qui s’est écoulé depuis que l’infraction a été commise.

L’abus sexuel des enfants est une « épidémie » de santé publique en Europe, indique le rapport. Un enfant sur cinq en Europe souffre aujourd’hui d’une forme de violence sexuelle dans sa vie, l’équivalent de 16 millions d’enfants dans les 27 États membres de l’UE.

« Un droit humain fondamental »

De courts délais de prescription pénale font taire les victimes, perpétuant leur traumatisme et leur stigmatisation et contribuant à une crise de santé publique qui coûte des milliards à l’Europe.

« L’accès effectif à la justice pour les victimes de violences sexuelles sur des enfants ne devrait pas être un luxe facultatif mais un droit humain fondamental. Mais partout en Europe, les survivants se voient refuser justice en raison de prescriptions pénales et civiles arbitraires », a déclaré Miguel Hurtado, survivant, pédopsychiatre et cofondateur du mouvement Brave.

« Nous exhortons les nations européennes à saisir cette occasion historique pour approuver l’étalon-or de la protection de l’enfance : l’abolition complète de la prescription pénale et civile pour le bien des générations futures », a-t-il ajouté.

Le co-fondateur de Brave Movement, le Dr Matthew McVarish, a parlé au Conseil de l’Europe en mai de ses propres abus aux mains de son oncle et de sa capacité à demander justice à l’âge de 25 ans.

« Mon oncle a abusé sexuellement de moi et de trois de mes frères tout au long de notre enfance, et après une décennie de thérapie, je me suis enfin senti capable d’approcher la police en Ecosse. J’ai dû rompre mon silence parce que mon oncle enseignait encore et abusait d’innombrables autres garçons », a-t-il déclaré.

« Heureusement, j’ai été autorisé à porter plainte, mais si mon oncle nous avait abusés dans divers autres pays européens, il n’aurait tout simplement pas été arrêté. Un pédophile récidiviste, avec quatre victimes connues, continuerait à travailler dans les écoles, bien que les autorités soient pleinement conscientes qu’il représente une menace certaine pour les autres enfants. »

« Nous sommes les enfants qui ont été maltraités, et nous ne laisserons pas passer une autre décennie avant que les personnes qui ont le pouvoir de changer ce qui doit changer prennent les mesures qu’elles seules peuvent. Nous vous demandons, au nom de vos enfants, de changer cela maintenant .”

Le rapport propose également que la Convention de Lanzarote du Conseil de l’Europe, qui vise à protéger les enfants contre l’exploitation et les abus sexuels, soit modifiée afin d’éliminer les délais de prescription pénale pour les infractions sexuelles contre les enfants dans tous ses États membres.

Laisser un commentaire

18 − trois =