Tunisians take part in a protest against the presence of sub-Saharan migrants who have found themselves stranded in Jebeniana, Tunisia, Saturday, May 18, 2024.

Jean Delaunay

Les Tunisiens protestent contre le nombre croissant de migrants bloqués en route vers l’Europe

Des centaines de Tunisiens ont défilé samedi dans les rues de Jebeniana pour protester contre la présence de migrants subsahariens bloqués dans la ville, alors que le pays intensifie ses efforts de patrouille aux frontières.

La colère anti-migrants monte dans les villes pauvres comme Jebeniana, le long de la côte tunisienne, qui sont devenues une rampe de lancement pour des milliers de personnes espérant atteindre l’Europe par bateau.

Les manifestants ont exigé que le gouvernement agisse pour aider les communautés agricoles confrontées à des milliers de migrants vivant dans des camps de fortune au milieu de leurs oliveraies.

« Vous les avez amenés ici et il est de votre responsabilité de les renvoyer dans leur pays d’origine », a déclaré Moamen Salemi, de la ville voisine d’El Amra, lors de la manifestation. « Il y a une pénurie de nourriture dans toute la ville d’El Amra, notamment du sucre, de la farine, du pain et de nombreux autres produits. »

Des Tunisiens participent à une manifestation contre la présence de migrants subsahariens bloqués dans les villes oléicoles du littoral tunisien, Jebeniana, samedi 18 mai 2024.
Des Tunisiens participent à une manifestation contre la présence de migrants subsahariens bloqués dans les villes oléicoles du littoral tunisien, Jebeniana, samedi 18 mai 2024.

La Tunisie est un point de transit clé pour les migrants en provenance de Syrie, du Bangladesh et des pays d’Afrique subsaharienne.

Les forces de police ont été renforcées dans les deux villes où vivent quelque 83 000 Tunisiens.

Les manifestants affirment avoir supporté le coût des efforts de la Tunisie pour empêcher les migrants d’atteindre l’Union européenne, moins d’un an après que le pays a négocié un pacte anti-immigration avec le bloc pour améliorer les patrouilles aux frontières maritimes et recevoir plus d’un milliard d’euros d’aide. .

Les garde-côtes tunisiens ont déclaré avoir déjoué cette année plus de 21 000 tentatives de migration par voie terrestre ou maritime. Moins de 8 000 personnes ont voyagé avec succès par bateau de la Tunisie vers l’Italie au cours des quatre premiers mois de 2024, soit trois fois moins qu’en 2023, selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR.

DOSSIER – Des migrants brandissent des pancartes sur lesquelles on peut lire « Black Lives Matter », à gauche, en français, lors d'un rassemblement à Sfax, sur la côte est de la Tunisie, le 7 juillet 2023.
DOSSIER – Des migrants brandissent des pancartes sur lesquelles on peut lire « Black Lives Matter », à gauche, en français, lors d’un rassemblement à Sfax, sur la côte est de la Tunisie, le 7 juillet 2023.

Des manifestations anti-migrants ont éclaté dans la ville de Sfax l’année dernière, quelques mois après que le président tunisien Kais Saied a appelé à des mesures pour lutter contre la violence et la criminalité, selon lui, causées par l’immigration clandestine. Mais il s’agit d’une nouveauté à Jebeniana et à El Amra, où une manifestation similaire a eu lieu au début du mois.

Des campements ont surgi et se sont étendus à la périphérie des deux villes après que les autorités locales ont commencé à les expulser de plus en plus de Sfax en 2023.

Le bureau tunisien de l’Organisation internationale pour les migrations a déclaré qu’environ 7 000 migrants vivaient près de Jebeniana et d’El Amra, même si les habitants estiment que ce nombre pourrait être beaucoup plus élevé.

Laisser un commentaire

19 + douze =