SRM remains a dim possibility after the UN gathering failed to reach consensus on the issue.

Milos Schmidt

Les technologies de protection solaire sont interdites pour l’instant après que les pays de l’ONU ont exprimé de sérieuses inquiétudes

On craint que cette technologie non testée n’attise les tensions géopolitiques ou ne soit utilisée par un milliardaire voyou.

La tentative de la Suisse d’explorer la possibilité d’atténuer le soleil a été rejetée par un sommet des Nations Unies cette semaine.

La géo-ingénierie solaire n’ira pas plus loin après qu’un débat à l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement (UNEA) au Kenya n’ait pas réussi à parvenir à un consensus sur la question hier soir.

La Suisse avait suggéré de créer un groupe d’experts de l’ONU pour étudier les « risques et opportunités » de la modification du rayonnement solaire (SRM), un ensemble controversé de technologies visant à refroidir la Terre.

Mais le pays européen a retiré son projet de résolution face à la forte opposition des autres nations.

Qu’est-ce que la géo-ingénierie solaire et pourquoi est-elle si controversée ?

La géo-ingénierie solaire, également connue sous le nom de SRM, regroupe des technologies largement non testées destinées à lutter contre le réchauffement climatique.

Cela ressemble à quelque chose qui sort tout droit d’un roman de science-fiction (ou de cli-fi). Mais la grande idée est d’utiliser des avions pour injecter des aérosols dans la stratosphère, ce qui reflétera une petite quantité de lumière solaire vers l’espace.

Comme lorsque les volcans entrent en éruption et rejettent des aérosols, on espère que le SRM entraînera un refroidissement mesurable. Malgré son potentiel, les critiques sont alarmés par les impacts inconnus d’une action planétaire aussi drastique.

En publiant l’année dernière un rapport sur l’état de la recherche sur la GRS, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) s’est déclaré « profondément préoccupé par le manque de connaissances empiriques sur les risques potentiels, les impacts et les conséquences imprévues ».

Une éclipse solaire vue derrière la statue de l'ancien président brésilien Juscelino Kubitschek, Brésil, 14 octobre 2023.
Une éclipse solaire vue derrière la statue de l’ancien président brésilien Juscelino Kubitschek, Brésil, 14 octobre 2023.

Un scénario inquiétant serait celui d’un État voyou ou d’un milliardaire décidant de tenter le coup sans le soutien de la communauté internationale. Certains pensent que même envisager des recherches sur les SRM pourrait attiser les tensions géopolitiques.

D’autres soutiennent qu’investir dans la « solution » technique allégera la pression sur les gouvernements et les entreprises de combustibles fossiles pour qu’ils se décarbonent.

Mais une chose sur laquelle nous devons être « parfaitement clairs », déclare Andrea Hinwood, scientifique en chef du PNUE, est que les technologies SRM ne sont pas une solution à la crise climatique. Ils ne réduisent pas les émissions de gaz à effet de serre et ne peuvent pas non plus inverser les impacts du changement climatique, a-t-elle expliqué.

L’acidification des océans, l’élévation du niveau de la mer, les conditions météorologiques de plus en plus extrêmes, la pollution et d’autres problèmes persisteront à moins qu’ils ne soient traités à la source.

L’impact de la MRS sur l’approvisionnement alimentaire et la biodiversité suscite également des inquiétudes. Et que se passerait-il si l’injection d’aérosols stratosphériques (SAI) s’arrêtait soudainement à l’avenir, libérant ainsi les impacts du réchauffement jusqu’alors masqués ?

Faut-il parler de géo-ingénierie solaire ?

La partie la plus pertinente du débat sur la géo-ingénierie solaire pour l’instant est peut-être de savoir si nous devrions en parler.

Les critiques ont comparé cela à l’ouverture d’une « boîte de Pandore » de problèmes irréversibles, et affirment que la création d’un groupe d’experts sur le sujet pourrait saper le moratoire de facto sur la géo-ingénierie.

« L’opposition virulente à la géo-ingénierie à l’UNEA-6 envoie un message puissant soulignant un large engagement en faveur du respect des normes établies du droit international de l’environnement », déclare Mary Church, chargée de campagne principale en géo-ingénierie au Centre pour le droit international de l’environnement (CIEL).

Des militants de Greenpeace organisent une manifestation pour le climat devant la porte de Brandebourg à Berlin, en Allemagne, en mai 2021.
Des militants de Greenpeace organisent une manifestation pour le climat devant la porte de Brandebourg à Berlin, en Allemagne, en mai 2021.

« Les technologies de modification du rayonnement solaire sont dangereuses et n’ont aucun rôle à jouer dans notre avenir commun », a-t-elle réaffirmé en réponse aux informations en provenance de Nairobi.

Le PNUE semble plus impartial. Puisque la recherche sur la MRS est en cours depuis des décennies, a déclaré le Dr Hinwood, « il est naïf de penser que la recherche va s’arrêter et que les problèmes vont disparaître. Nous ne pouvons pas nous permettre de faire l’autruche. »

Qu’ont décidé les pays en matière de géo-ingénierie solaire à l’UNEA ?

La Suisse a retiré son projet de résolution sur les MRS lors de la sixième Assemblée des Nations Unies pour l’environnement après que les pays n’ont pas réussi à s’entendre sur ce projet.

Le projet prévoyait un groupe d’experts nommés par les États membres du PNUE et des représentants d’organismes scientifiques internationaux. Il aurait été soutenu par Monaco, la Géorgie et Israël.

« Nous regrettons que l’UNEA n’ait pas pu parvenir à une conclusion sur cette question importante », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Green un porte-parole de l’Office fédéral suisse de l’environnement. « Cependant, les discussions ont été instructives et utiles et nous avons réussi à entamer une conversation mondiale sur ce sujet important. »

Le porte-parole a déclaré que même s’il y avait une « reconnaissance générale » de la nécessité de davantage de recherches et d’un meilleur accès à l’information, les points de vue divergeaient sur la meilleure façon d’y parvenir. Les pays étaient également divisés sur la question de savoir si l’accent devait être exclusivement mis sur les risques et les incertitudes de la GRS ou s’étendre également aux avantages potentiels.

« Les tentatives visant à légitimer les technologies SRM se sont heurtées à une forte résistance, les États insulaires du Pacifique, la Colombie, le Mexique et l’UE soutenant le leadership du Groupe africain contre les tentatives de normalisation de ces technologies non éprouvées », déclare l’Église du CIEL.

L’organisation a également critiqué les actions des États-Unis, de l’Arabie Saoudite et du Japon, qui, selon elle, ont tenté d’accueillir les partisans de la géo-ingénierie et de saper les structures gouvernementales existantes de l’ONU.

Lorsque la Suisse avait proposé en 2019 à l’UNEA une surveillance mondiale de la géo-ingénierie, les États-Unis et l’Arabie saoudite avaient été accusés de bloquer le sujet afin de poursuivre des recherches indépendantes.

Offrant une autre perspective sur les résultats des derniers efforts de la Suisse, l’Alliance pour une délibération juste sur la géo-ingénierie solaire (DSG) a déclaré qu’il était « encourageant de constater une volonté de s’engager » de la part d’un large éventail d’États membres.

« Nous savons qu’il s’agit de conversations difficiles avec un long chemin à parcourir, et il est clair qu’il reste encore besoin d’un meilleur accès aux informations scientifiques sur la GRS, d’un engagement d’autres parties prenantes et de temps pour développer des perspectives pour les futurs processus décisionnels. « , a déclaré le fondateur et directeur exécutif du DSG, le Dr Shuchi Talati, à L’Observatoire de l’Europe Green depuis Nairobi.

« Les discussions sur la recherche et la gouvernance en matière de SRM continueront de se développer, et nous sommes heureux de voir les organisations intergouvernementales commencer à s’attaquer à cette question cruciale. »

Laisser un commentaire

quatorze − douze =