The Bank of England in London

Jean Delaunay

Les taux d’intérêt britanniques devraient rester inchangés cet été, prévient un responsable de la Banque d’Angleterre

Le marché de l’emploi britannique est actuellement trop fort pour commencer à réduire les taux d’intérêt, déclare Jonathan Haskell, membre du comité de politique monétaire de la BOE.

Dans les premiers commentaires publics d’un responsable de la Banque depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement travailliste, Jonathan Haskell, membre externe du Comité de politique monétaire de la Banque (MPC) et professeur d’économie à l’Imperial College de Londres, a appelé à la prudence malgré les attentes d’une réduction des taux d’intérêt.

Dans un discours prononcé au Centre d’excellence des statistiques économiques du King’s College, Haskell a souligné qu’il y avait des « signes encourageants considérables » liés à l’inflation, notamment le fait que l’inflation de l’indice des prix à la consommation (IPC) au Royaume-Uni est tombée au taux cible de 2 % le mois dernier.

Mais il a ajouté : « Cependant, le système de prix et de salaires au Royaume-Uni a été soumis à une série de chocs énormes au cours des dernières années.

« La répercussion de ces chocs sur l’économie et le maintien d’un marché du travail tendu et perturbé signifient que l’inflation restera au-dessus de l’objectif pendant un certain temps.

« Je préférerais maintenir les taux jusqu’à ce qu’il y ait plus de certitude que les pressions inflationnistes sous-jacentes se sont atténuées de manière durable. »

La décision de juin de maintenir le taux inchangé est « finement équilibrée »

Haskell a voté en faveur du maintien des taux d’intérêt lors de la dernière réunion de la Banque d’Angleterre en juin. Ses derniers commentaires suggèrent qu’il n’est pas susceptible d’opter pour une baisse en août, qui serait sa dernière réunion au sein du MPC.

En juin, la Banque a voté à 7 voix contre 2 pour maintenir les taux d’intérêt inchangés, même si le compte rendu de la réunion a montré que la décision était « finement équilibrée » – un signe qu’une baisse des taux en août reste d’actualité.

Cette décision ferait suite à celle de la Banque centrale européenne, qui a réduit son taux de dépôt clé de 4 % à 3,75 % en juin.

Les taux sont restés à leur plus haut niveau depuis 16 ans pendant près d’un an, même si l’inflation est retombée à son objectif de 2 % en mai.

Certains économistes appellent depuis des mois la Banque à réduire ses taux, même si ses prévisions suggèrent que la hausse des prix devrait s’accélérer au cours du second semestre de cette année.

Laisser un commentaire

quatorze + un =