A young man and woman check their smart phones as they sit on a wall in Milan, Italy.

Jean Delaunay

Les smartphones menacent-ils notre santé physique ? Voici ce que nous savons de leur impact

Un médecin du sport écrit dans son livre que les smartphones constituent un problème pour notre santé physique et recommande aux gens d’essayer de réduire leur temps d’écran.

Il y a deux ans, un médecin de Brest, en France, a lancé une campagne pour tenter d’amener les gens à abandonner leur smartphone.

Le défi a été réalisé auprès d’un groupe autosélectionné et déjà prêt à réduire le temps passé sur son téléphone.

Pourtant, Yannick Guillodo, médecin du sport au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Brest, affirme qu’environ les trois quarts des près de 500 participants interrogés n’ont pas pu réduire leur temps de téléphone d’une heure par jour.

Mais neuf personnes sur dix qui ont réussi étaient plus actives physiquement, selon leur analyse en pré-impression.

Aujourd’hui, il écrit un livre publié en français au titre provocateur qui se traduit par « Le smartphone tue », avertissant que non seulement les téléphones sont difficiles à lâcher, mais qu’ils rendent également les gens plus sédentaires.

« Je me suis d’abord intéressé à la relation entre le nombre de smartphones et la sédentarité induite. Parce que lorsque nous regardons le smartphone, nous sommes assis sur un canapé ou sur une chaise », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe Health.

« Si je passe une heure de plus sur un smartphone assis sur une chaise, je passe une heure de plus (assis). Et là-dessus, nous disposons d’études qui montrent clairement qu’un mode de vie sédentaire est un facteur de risque évident de maladies chroniques, dites maladies non transmissibles, comme le diabète, les accidents vasculaires cérébraux, les maladies cardiaques, certains cancers, etc. », a-t-il ajouté.

Des téléphones liés à un mode de vie sédentaire

Andrew Lepp, professeur à la Kent State University aux États-Unis, a également étudié le thème de l’utilisation du téléphone et de l’activité physique.

« Nous avons mené de nombreuses enquêtes évaluant le comportement sédentaire, l’activité physique et l’utilisation du téléphone portable », a-t-il déclaré dans un courrier électronique.

« Sans aucun doute, les personnes qui utilisent davantage leur téléphone portable passent également beaucoup plus de temps assis », a-t-il ajouté.

Sans aucun doute, les personnes qui utilisent davantage le téléphone portable passent également beaucoup plus de temps assis.

Andrew Lepp

Université d’État de Kent

Il a également constaté que les personnes qui utilisent davantage le téléphone ont tendance à l’utiliser pour faire de l’exercice.

« Si vous faites défiler la page, envoyez des SMS, ou même parlez avec votre téléphone pendant l’exercice, cela diminue l’intensité de l’exercice », a-t-il déclaré.

Dans une étude publiée dans la revue Digital Health en 2019, Lepp et ses co-auteurs ont écrit qu’une utilisation élevée du téléphone portable pourrait être « un prédicteur significatif » de ce qu’ils appellent une « patate active sur le canapé ».

Ce sont des personnes qui satisfont aux exigences en matière d’activité physique mais qui mènent également une vie très sédentaire.

« Les personnes actives sur le canapé constituent également un groupe à risque car, de manière générale, les effets négatifs sur la santé d’une position assise excessive sont indépendants des bienfaits de l’activité physique », a-t-il déclaré.

Y a-t-il d’autres impacts sur la santé physique liés aux smartphones ?

Paul Elliott, professeur à l’Imperial College de Londres, étudie l’impact des smartphones sur la question de savoir s’ils entraînent des problèmes de santé à long terme.

Dans une étude récente publiée ce mois-ci, lui et d’autres chercheurs ont découvert que l’utilisation d’un téléphone portable n’augmente heureusement pas le risque de développer un cancer du cerveau.

L’étude, qui a débuté en 2007, s’est basée sur 250 000 utilisateurs de téléphones portables et constitue la plus grande étude de suivi multinationale sur le sujet.

« En raison de la nature prospective de l’étude dans laquelle nous posons des questions sur l’utilisation du téléphone mobile et suivons les personnes avant qu’elles ne développent une maladie (ainsi que l’obtention de données objectives sur l’utilisation du téléphone mobile, avec le consentement des participants, auprès des opérateurs de téléphonie mobile), nous pouvons examiner à un large éventail de maladies, pas seulement aux cancers du cerveau », a déclaré Elliott.

« Il s’agit notamment d’autres cancers, de maladies cardiovasculaires, de maladies neurologiques et d’études sur la fertilité et les effets sur la reproduction. Nous avons également observé l’évolution de symptômes tels que des maux de tête », a-t-il ajouté.

Elliott était également co-auteur d’une étude publiée en 2021 portant sur l’utilisation de la technologie numérique sur l’indice de masse corporelle (IMC) chez les adolescents, qui a trouvé une association entre les deux.

Cela était « en partie dû à un sommeil insuffisant », ont indiqué les chercheurs en conclusion, suggérant que plusieurs facteurs pourraient être impliqués.

Guillodo, à Brest, s’intéresse également à ces multiples facteurs qui contribuent à notre santé grâce à l’utilisation du smartphone, notamment à la manière dont ils influencent nos habitudes alimentaires et notre sommeil.

Il pense que l’utilisation des smartphones devrait être prise en compte lorsque les décideurs politiques envisagent de prévenir l’inactivité physique.

Les solutions doivent venir de tous les aspects de la société, notamment des individus, des entreprises, des gouvernements et des grandes technologies, a-t-il déclaré.

Guillodo a recommandé de petits changements, comme éteindre les téléphones pendant le dîner et 45 minutes avant de se coucher, ainsi que les éteindre lors des réunions de travail.

Laisser un commentaire

5 × quatre =