Les sentiments européens ont été mis à l'épreuve par la guerre en Ukraine.  Ne soyez pas dupe - ils sont toujours forts

Jean Delaunay

Les sentiments européens ont été mis à l’épreuve par la guerre en Ukraine. Ne soyez pas dupe – ils sont toujours forts

La guerre en Ukraine met à l’épreuve l’engagement de l’Europe en faveur de l’ouverture, de la diversité, de la liberté, de la solidarité et de la responsabilité individuelle, et ce n’est pas seulement l’image de l’Europe qui est en jeu, écrivent André Wilkens et Paweł Zerka.

Les Européens ont prouvé que leurs challengers avaient tort. Depuis l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie fin février 2022, les gouvernements et les citoyens européens ont fait preuve de solidarité avec l’Ukraine et d’unité dans leurs propres rangs.

Ce fort sentiment européen sera mis à l’épreuve dans les mois à venir. Mais ce ne sont pas seulement la désinformation russe, les préoccupations liées au coût de la vie ou à la migration qui peuvent le saper.

La réponse collective de l’UE et des États membres à la guerre de Russie influencera l’attitude des citoyens à l’intérieur de l’Europe et l’image de l’Europe à l’étranger.

Leur degré de réaffirmation ou de sape des valeurs européennes déterminera leur crédibilité et leur légitimité.

Pas de place pour le déclinisme

Le public européen est fortement attaché à l’Europe et optimiste quant à l’avenir de l’UE, selon de récents sondages d’opinion.

Les gouvernements de la plupart des États membres de l’UE sont clairement pro-européens, à la seule exception de la Hongrie (et des messages contradictoires de la Pologne et de la Bulgarie).

Au cours de l’année écoulée, les gouvernements de quatre pays — la République tchèque, le Danemark, la Slovaquie et la Slovénie — ont manifesté un attachement croissant à l’Europe.

Pendant ce temps, dans un seul (Bulgarie), le gouvernement est devenu plus sceptique quant aux avantages du projet européen.

AP Photo/Valentina Petrova
Un manifestant tient une affiche indiquant en bulgare « Le gaz peut faire tomber la tête (le président) » lors d’un rassemblement de protestation au centre-ville de Sofia, août 2022

L’European Sentiment Compass – une initiative conjointe du Conseil européen des relations étrangères (ECFR) et de la Fondation européenne de la culture (ECF) – explore la manière dont l’Europe répond aux défis que la guerre de la Russie contre l’Ukraine constitue pour les valeurs européennes.

Les résultats devraient encourager les dirigeants de l’UE et des États membres à repenser la manière dont ils parlent et pensent l’Europe.

Le « sentiment européen » mis à l’épreuve

Lorsqu’on leur demande comment l’Europe devrait les aider, les responsables ukrainiens demandent généralement des armes et des munitions.

Naturellement, seuls les équipements militaires sont considérés comme faisant une différence immédiate sur le champ de bataille.

Mais plus la guerre en Ukraine durera, plus il deviendra important de s’assurer que le soutien européen reste acceptable pour les citoyens européens et convaincant pour les Ukrainiens.

Les dirigeants de l’UE et des États membres reconnaissent largement les risques liés à la désinformation russe, à la crise croissante du coût de la vie et aux préoccupations migratoires des Européens.

AP Photo/Olivier Matthys
Des manifestants brandissent des pancartes et des drapeaux de l’UE et de l’Ukraine lors d’une manifestation de soutien à l’Ukraine en dehors d’un sommet de l’UE à Bruxelles, le 23 juin 2022

Cela nécessitera un « sentiment européen » fort, pour reprendre une expression de Robert Schuman, l’un des artisans de l’intégration européenne après 1945.

Les dirigeants de l’UE et des États membres reconnaissent largement les risques liés à la désinformation russe, à la crise croissante du coût de la vie et aux préoccupations migratoires des Européens.

Celles-ci pourraient en effet profondément affecter le sentiment européen et, avec lui, le soutien européen à l’Ukraine. Il est bon que l’UE et les dirigeants des États membres prennent des mesures pour faire face à ces menaces.

La Russie pourrait-elle saper l’unité de l’Europe ?

Cependant, on sous-estime comment la culture, les médias et les citoyens russes pourraient également saper le sentiment européen.

À cet égard, l’UE et les dirigeants des États membres sont confrontés à divers dilemmes.

Doivent-ils restreindre la présence de la culture russe dans leur pays en signe de solidarité avec l’Ukraine ? Devraient-ils réprimer les médias russes dans l’UE27 ?

Photo AP/Markus Schreiber
Des policiers demandent à un homme portant une chemise montrant un marteau et une faucille de fermer sa veste devant la tombe du mémorial de guerre soviétique dans le parc de Treptow, le 9 mai 2023

Devraient-ils imposer une interdiction de voyager à tous les citoyens russes ? Devraient-ils considérer les Russes comme collectivement responsables de la guerre ?

Ou pourraient-ils considérer les citoyens et les acteurs culturels russes et biélorusses comme des alliés pour arrêter la guerre et transformer ces pays pour le mieux ?

L’Europe a une forte culture de résistance

La manière dont les dirigeants de l’UE et des États membres réagissent à ces dilemmes peut justifier ou réfuter leur image, tant aux yeux de leurs propres citoyens qu’aux yeux du reste du monde.

L’Europe peut se montrer digne de confiance, pacifique et forte. Ou cela peut fournir des arguments à ceux qui prétendent qu’il est hypocrite, agressif et faible.

Pour éviter ce dernier scénario, l’UE et les dirigeants des États membres doivent regagner confiance dans le libéralisme et dans leurs propres citoyens.

Premièrement, ils doivent être très prudents dans leurs relations avec la culture russe en Europe.

Au lieu de se contenter de se plaindre de la propagande russe et de recourir à des mesures qui peuvent ressembler à de la censure, l’Europe devrait être prête à s’engager dans la bataille des récits et à la gagner.

AP Photo/Dimitri Lovetsky
Des militaires russes de la Rosguardia (Garde nationale) patrouillent sur la place du Palais décorée pour le défilé militaire du jour de la Victoire qui aura lieu le 9 mai 2023 à Saint-Pétersbourg

Tant que la guerre est en cours, il ne devrait pas y avoir de place en Europe pour les artistes russes qui sont, à quelque degré que ce soit, liés à l’État russe.

Cependant, à partir de là, il y a un long chemin à parcourir pour dire que toute la culture russe devrait être mise en veilleuse – comme certains à Kiev et dans les États membres les plus bellicistes de l’UE l’ont proposé.

Deuxièmement, l’UE et ses États membres doivent démontrer qu’ils sont un lieu où un débat pluraliste peut avoir lieu.

Se concentrer trop sur l’interdiction des médias russes et la chasse aux fausses nouvelles place l’Europe sur la défensive.

Au lieu de se contenter de se plaindre de la propagande russe et de recourir à des mesures qui peuvent ressembler à de la censure, l’Europe devrait être prête à s’engager dans la bataille des récits et à la gagner.

Nous devrions éviter de penser en noir et blanc

Enfin, les dirigeants européens devraient résister à la rhétorique en noir et blanc – et plutôt considérer les gens comme des alliés.

Ils devraient reconnaître que tous les Russes ne portent pas la même responsabilité dans la guerre en Ukraine et que les citoyens biélorusses ne sont pas les mêmes que le régime de Loukachenko.

En fait, de nombreux citoyens russes et biélorusses pourraient s’avérer des alliés utiles pour mettre fin à la guerre en Ukraine.

La guerre en Ukraine met à l’épreuve l’engagement de l’Europe en faveur de l’ouverture, de la diversité, de la liberté, de la solidarité et de la responsabilité individuelle.

AP Photo/Efrem Lukatsky
Un militaire tient un drapeau biélorusse lors de la cérémonie funéraire d’Eduard Lobau, un soldat volontaire biélorusse tué en défendant Donetsk, à Kiev, février 2023

La guerre en Ukraine met à l’épreuve l’engagement de l’Europe en faveur de l’ouverture, de la diversité, de la liberté, de la solidarité et de la responsabilité individuelle.

Ce n’est pas seulement l’image de l’Europe aux yeux du monde et des Européens eux-mêmes qui est en jeu.

L’unité de l’Europe et le soutien du continent à l’Ukraine le sont aussi.

Laisser un commentaire

dix-neuf + deux =