Les scientifiques pensent que la source des allergies infantiles les plus courantes réside dans l’intestin

Jean Delaunay

Les scientifiques pensent que la source des allergies infantiles les plus courantes réside dans l’intestin

Un microbiome intestinal déséquilibré s’est avéré associé à quatre allergies courantes chez l’enfant : l’eczéma, l’asthme, les allergies alimentaires et le rhume des foins.

Les scientifiques ont peut-être identifié la source des allergies infantiles les plus courantes, notamment l’eczéma, l’asthme, les allergies alimentaires et le rhume des foins.

Les chercheurs révèlent dans une nouvelle étude comment ils pourraient tous être liés au microbiome intestinal – la communauté de micro-organismes tels que les bactéries, les champignons et les virus, qui vivent dans le système digestif.

Publiés dans la revue Nature Communications, les résultats de l’étude pourraient conduire à des méthodes permettant de prédire si un enfant développera des allergies, et pourraient également conduire à des moyens de les empêcher de se développer, affirment les chercheurs.

Des scientifiques de l’Université de la Colombie-Britannique et du BC Children’s Hospital au Canada ont découvert que les caractéristiques du microbiome intestinal et les influences du début de la vie étaient associées au développement de ces quatre allergies courantes.

Bien que les allergies aient leurs propres symptômes, les chercheurs ont voulu voir si elles avaient une origine commune liée au microbiome intestinal des nourrissons.

Le Dr Charisse Petersen, co-auteur principal de l’article, a déclaré que même si les allergies constituent des diagnostics techniquement différents, au niveau cellulaire, elles « ont en réalité beaucoup en commun ».

Les chercheurs ont examiné les évaluations cliniques de 1 115 enfants dont les données ont été suivies depuis la naissance jusqu’à l’âge de cinq ans. Environ la moitié d’entre eux n’avaient à aucun moment présenté de signes d’allergies, mais 592 d’entre eux ont reçu un diagnostic d’un ou plusieurs troubles allergiques par un médecin.

Microbiome intestinal déséquilibré

En étudiant des échantillons de selles prélevés lors de visites cliniques à trois mois puis à un an, ils ont découvert une signature bactérienne associée aux enfants qui avaient développé l’une des allergies avant l’âge de cinq ans.

La signature bactérienne est la marque d’un microbiome intestinal déséquilibré, susceptible d’entraîner une muqueuse intestinale altérée et une réponse inflammatoire élevée dans l’intestin.

« En général, notre corps tolère les millions de bactéries vivant dans nos intestins parce qu’elles font tellement de bonnes choses pour notre santé. Nous les tolérons notamment en maintenant une forte barrière entre elles et nos cellules immunitaires et en limitant les signaux inflammatoires qui appelleraient ces cellules immunitaires à l’action », a déclaré Courtney Hoskinson, doctorante à l’UBC et première auteure de l’article.

« Nous avons constaté une rupture fréquente de ces mécanismes chez les bébés avant le développement des allergies ».

Les causes de ce déséquilibre peuvent être attribuées à un certain nombre de facteurs, notamment l’alimentation, le mode de naissance du nourrisson, l’endroit où il vit et son exposition à des médicaments comme les antibiotiques. Les antibiotiques peuvent détruire les bactéries sensibles, tandis que l’allaitement est connu pour reconstituer et fournir la nourriture nécessaire aux bactéries présentes dans l’intestin du nourrisson.

«Cette analyse robuste peut apporter de nombreuses découvertes potentielles», a déclaré le Dr Stuart Turvey, professeur au département de pédiatrie de l’UBC et co-auteur principal de l’étude.

« À partir de ces données, nous pouvons voir que des facteurs tels que l’utilisation d’antibiotiques au cours de la première année de vie sont plus susceptibles d’entraîner des troubles allergiques ultérieurs, tandis que l’allaitement pendant les six premiers mois est protecteur. C’était universel pour tous les troubles allergiques que nous avons étudiés ».

Les chercheurs espèrent utiliser ces résultats pour trouver des traitements qui corrigent un microbiome intestinal déséquilibré.

Des centaines de millions d’enfants dans le monde souffrent d’allergies, qui peuvent avoir des conséquences sanitaires et psychologiques majeures.

Outre les risques évidents pour la santé, l’association caritative Allergy UK explique que les allergies peuvent affecter le bien-être des enfants de plusieurs autres manières, notamment la peur d’une réaction allergique potentielle, les inquiétudes liées à l’utilisation d’auto-injecteurs d’adrénaline, l’aversion alimentaire et le manque de sommeil.

Laisser un commentaire

9 + trois =