Sweden

Jean Delaunay

Les Sâmes de Suède paient le prix de la quête européenne de matières premières

L’Europe s’efforce d’augmenter sa production nationale de métaux. Les mines situées dans le nord de la Suède joueront un rôle crucial dans la réalisation des objectifs de l’UE, mais elles se heurtent déjà à la résistance des communautés locales, ce qui laisse présager des défis potentiels qui pourraient survenir dans toute l’UE.

Le cuivre, le lithium, le cobalt et les éléments des terres rares (ÉTR) font partie des 34 métaux et minéraux classés comme critiques par l’Union européenne. L’objectif de l’UE de neutralité carbone d’ici 2050, ainsi que l’armement moderne et la numérisation croissante de la vie quotidienne, reposent sur des technologies qui nécessitent plus de métaux que jamais, ce qui fait de ces matériaux des produits très prisés. Mais alors que l’UE consomme déjà environ un quart des matières premières mondiales, elle n’en produit qu’environ 3 %.

Matières premières critiques

En décembre 2023, le Parlement européen a adopté la loi sur les matières premières critiques, qui définit des objectifs en matière de recyclage, de transformation, de commerce et, surtout, de production nationale.

D’ici 2030, l’UE souhaite extraire au moins 10 % de sa consommation annuelle de matières premières critiques. Cet objectif vise à renforcer la sécurité d’approvisionnement et à réduire la dépendance à l’égard de sources étrangères, telles que la Chine, qui fournit actuellement la quasi-totalité des besoins en ETR de l’UE.

L’Observatoire de l’Europe s’est rendu en Suède, une puissance minière, pour explorer les implications de cet objectif pour le continent.

À Gällivare, Boliden exploite la mine Aitik, la plus grande mine de cuivre d’Europe. Klas Nilsson, porte-parole de l’entreprise, reconnaît l’impact environnemental mais souligne les efforts de Boliden pour le minimiser.

« Bien sûr, nous avons un impact sur l’environnement. Mais devrions-nous bâtir toute notre transition climatique sur des métaux produits sur d’autres continents ? » déclare Nilsson, qui plaide en faveur d’une production locale plutôt que d’importations en provenance de régions où les normes de travail et environnementales sont moins strictes.

Mais certains habitants, comme Katarina, qui a dû déménager en raison de l’expansion de l’exploitation minière, expriment leur scepticisme quant aux motivations environnementales de l’industrie :

« Ils disent qu’ils exploitent leurs mines pour le bien du climat. J’appelle des conneries ! Ils ont leurs mines pour gagner de l’argent. Personne n’ouvre une mine pour sauver le climat », déclare Katarina.

Le dernier peuple indigène d’Europe

La région abrite également les Samis, le seul peuple indigène de l’UE, qui déplorent la fragmentation de leur territoire due au développement minier et industriel.

Niila Inga, une éleveuse de rennes, déclare à L’Observatoire de l’Europe : « Ils ont besoin de ce fer ou de ce cuivre, ou quoi que ce soit. Il faut donc déménager »

Quels que soient les résultats des prochaines élections européennes, les métaux resteront une priorité pour l’Europe, ce qui pourrait accroître les tensions entre le besoin de transition énergétique et d’autonomie, d’une part, et les préoccupations environnementales locales, d’autre part.

Équilibrer ces intérêts contradictoires constitue un défi pour les États membres, alors qu’ils doivent faire face à un passage incertain de la dépendance aux combustibles fossiles à la dépendance aux métaux.

Laisser un commentaire

5 × quatre =