A student of the Maritime State University named after admiral Gennady Nevelskoy leaves a voting booth at a polling station during a presidential election.

Jean Delaunay

Les Russes votent pour une élection sans suspense

Le président Vladimir Poutine semble prêt à prolonger son mandat de six ans après avoir étouffé la dissidence

Les électeurs russes se sont rendus aux urnes vendredi pour une élection présidentielle de trois jours qui devrait presque certainement prolonger le règne du président Vladimir Poutine.

L’élection se déroule dans le contexte d’une répression impitoyable de la part de Poutine qui a paralysé les médias indépendants et d’éminents groupes de défense des droits et lui a donné le contrôle total du système politique. Cela survient également alors que la guerre menée par Moscou en Ukraine entre dans sa troisième année.

Les électeurs voteront du vendredi au dimanche dans les bureaux de vote répartis dans les 11 fuseaux horaires du vaste pays, ainsi que dans les régions illégalement annexées de l’Ukraine.

Les premiers bureaux de vote ont ouvert à 8 heures du matin, dans les régions les plus orientales de la Russie, à savoir Tchoukotka et Kamtchatka.

L’élection laisse peu de suspens puisque Poutine brigue son cinquième mandat pratiquement sans contestation. Ses opposants politiques sont soit en prison, soit en exil à l’étranger, et le plus féroce d’entre eux, Alexeï Navalny, est décédé récemment dans une colonie pénitentiaire isolée de l’Arctique.

Les trois autres candidats sur le bulletin de vote sont des hommes politiques discrets issus de partis d’opposition symboliques qui suivent la ligne du Kremlin.

Les observateurs ne s’attendent guère à ce que les élections soient libres et équitables. Au-delà du fait que les électeurs n’ont eu que peu de choix, les possibilités d’un contrôle indépendant sont très limitées.

Seuls les candidats enregistrés ou les organismes consultatifs soutenus par l’État peuvent affecter des observateurs aux bureaux de vote, ce qui diminue la probabilité de surveillance indépendante. Avec un scrutin qui s’est étalé sur trois jours dans près de 100 000 bureaux de vote du pays, toute véritable surveillance est difficile.

Les régions occupées participent au vote

L’Ukraine et l’Occident ont également condamné la Russie pour avoir organisé le vote dans les régions ukrainiennes saisies et occupées par les forces de Moscou.

Kiev a dénoncé cet exercice comme un effort illégitime de Moscou pour renforcer son contrôle sur son voisin.

Le vote anticipé a déjà commencé dans les parties occupées de quatre régions ukrainiennes proches de la ligne de front : Zaporizhzhia, Kherson, Donetsk et Luhansk.

En Crimée, annexée à l’Ukraine par Poutine en 2014, les scrutins se sont ouverts vendredi.

De nombreux Ukrainiens ont fui ces régions – ou ont été expulsés par la Russie – après le début de l’opération militaire il y a deux ans, et des informations font état de personnes forcées de voter sous la menace d’une arme.

Les élections se déroulent dans des conditions très déformées et restrictives, sans aucun observateur international en Ukraine.

Le gouvernement russe incite les Ukrainiens, avec des panneaux et des affiches, à voter « pour leur président » et à « participer à l’avenir de notre pays ».

Bien qu’il existe des bureaux de vote, la Russie a également envoyé des fonctionnaires avec des urnes chez les gens, affirmant qu’il était plus sûr pour eux de voter devant leur porte.

Dans la région de Donetsk, le maire ukrainien de Marioupol, Vadym Boychenko, a déclaré qu’il était « impossible de qualifier cela d’élections ».

De nombreux rapports font état d’autorités installées par la Russie qui forcent les gens à voter et menacent de refuser des soins médicaux ou d’autres avantages sociaux à ceux qui ne le font pas.

L’opposition de la Russie

L’opposition, quant à elle, espère utiliser le vote pour manifester son mécontentement à l’égard de la guerre et du Kremlin.

Le Kremlin a exclu du scrutin deux hommes politiques qui cherchaient à se présenter sur un programme anti-guerre et ont obtenu un soutien réel – quoique pas écrasant.

L’opposition dispersée en Russie a exhorté ceux qui sont mécontents de Poutine ou de la guerre à se rendre aux urnes dimanche midi, dernier jour du scrutin, pour protester. Cette stratégie a été approuvée par Navalny peu de temps avant sa mort.

« Nous devons profiter du jour des élections pour montrer que nous existons et que nous sommes nombreux, que nous sommes de vraies personnes vivantes et que nous sommes contre Poutine. … Que faire ensuite dépend de vous. Vous pouvez voter pour n’importe quel candidat sauf Poutine. Vous pourriez gâcher votre scrutin », a déclaré sa veuve, Ioulia Navalnaïa.

Golos, le célèbre groupe indépendant d’observateurs électoraux russes, a déclaré cette semaine dans un rapport que : « Les élections actuelles ne seront pas en mesure de refléter l’humeur réelle du peuple. La distance entre les citoyens et la prise de décision sur le sort du pays est devenue plus grand que jamais.

Laisser un commentaire

3 × cinq =