Statue of Republique plaza is decorated by flags as people gather at a protest against the far-right, Wednesday, July 3, 2024 in Paris.

Jean Delaunay

Les résidents d’outre-mer en France commencent à voter au second tour des élections

Les élections législatives de dimanche en France métropolitaine seront décisives, avec des partis se battant pour voler des voix à une puissante force d’extrême droite.

Les électeurs des territoires d’outre-mer et de l’étranger ont commencé à voter samedi pour le second tour des élections législatives qui pourrait donner une victoire sans précédent à l’extrême droite nationaliste.

Le parti anti-immigration de Marine Le Pen, le Rassemblement national, est arrivé en tête du premier tour des élections dimanche dernier, suivi par une coalition de partis de centre-gauche, d’extrême-gauche et des Verts – et l’alliance centriste du président Emmanuel Macron en troisième position.

Les premiers bureaux de vote ont ouvert à Saint-Pierre-et-Miquelon samedi à midi, heure de Paris. Dans l’unique circonscription du territoire, Stéphane Lenormand, largement en tête des électeurs de droite, affrontera Frédéric Beaumont, du Parti socialiste.

Ailleurs, les habitants de Guyane, de Saint-Barthélemy, de Saint-Martin, de Guadeloupe, de Martinique, de Polynésie française et les Français établis sur le continent américain voteront dès l’après-midi. Le second tour en Nouvelle-Calédonie débutera à 22 heures, heure de Paris. Les Français établis à l’étranger ont également pu voter par Internet mercredi et jeudi.

Les élections législatives se terminent dimanche en France métropolitaine. Les premières projections sont attendues à la fermeture des bureaux de vote à 20 heures, heure de Paris, et les premiers résultats officiels sont attendus dimanche soir et lundi matin.

Macron a convoqué des élections législatives anticipées après que le Rassemblement national ait remporté le plus grand nombre de voix en France aux élections du Parlement européen le mois dernier.

Le parti, qui impute à l’immigration la plupart des problèmes de la France, a vu sa popularité grimper régulièrement au cours de la dernière décennie et espère obtenir la majorité absolue au second tour. Cela permettrait à Jordan Bardella, le chef du Rassemblement national, de devenir Premier ministre et de former un gouvernement qui serait en contradiction avec la politique de Macron sur l’Ukraine, les pouvoirs de la police et d’autres questions.

Les sondages préélectoraux suggèrent que le parti pourrait remporter le plus grand nombre de sièges à l’Assemblée nationale, mais qu’il ne parviendrait pas à obtenir la majorité absolue de 289 sièges. Cela pourrait aboutir à un parlement sans majorité absolue.

Macron a déclaré qu’il ne démissionnerait pas et qu’il resterait président jusqu’à la fin de son mandat en 2027, mais il devrait être affaibli quel que soit le résultat.

Laisser un commentaire

6 + six =