The European Commission is assessing whether Microsoft

Jean Delaunay

Les régulateurs européens examinent de plus près le pari de 13 milliards de dollars de Microsoft sur OpenAI

La Commission européenne a annoncé mardi qu’elle vérifierait si l’investissement de Microsoft dans OpenAI tombait sous le coup des lois européennes sur les fusions.

Le géant de la Big Tech se serait engagé à investir 13 milliards de dollars (11,8 milliards d’euros) dans la start-up florissante derrière ChatGPT, le chatbot qui a révolutionné le secteur et déclenché un tollé mondial autour de l’intelligence artificielle (IA).

Mais le produit pionnier d’OpenAI a également alimenté les craintes quant au développement incontrôlé de systèmes basés sur l’IA et à l’absence de législation appropriée pour réprimer leurs effets secondaires les plus dommageables, tels que l’usurpation d’identité, les contrefaçons profondes, les violations de la vie privée, les violations du droit d’auteur et la propagation de la propagande. et la désinformation.

L’UE est sur le point d’approuver la loi sur l’IA, une première tentative mondiale de réglementer de manière globale cette technologie en évolution rapide.

L’annonce de mardi, qui n’a aucun rapport avec la loi sur l’IA, s’inscrit dans une approche de politique de concurrence visant à déterminer si le pari époustouflant de Microsoft est si important qu’il équivaut effectivement à une acquisition et donne à la multinationale le contrôle de la start-up.

En tant que principal responsable du respect des règles de concurrence, la Commission européenne est habilitée à superviser, approuver et, si nécessaire, interdire les concentrations d’entreprises qui pourraient nuire aux relations économiques au sein du marché unique.

Si l’investissement de Microsoft tombait sous le coup du règlement européen sur les fusions, le géant de la technologie devrait soumettre une notification formelle à l’exécutif, une étape qui lancerait le processus d’enquête.

Outre ce cas particulier, la Commission examinera « certains des accords » conclus ces dernières années entre de grandes entreprises technologiques et des développeurs d’IA générative, le type de technologie qui produit des réponses textuelles, visuelles et audio automatisées.

« Les mondes virtuels et l’IA générative se développent rapidement. Il est fondamental que ces nouveaux marchés restent compétitifs et que rien ne s’oppose à la croissance des entreprises et à la fourniture des produits les meilleurs et les plus innovants aux consommateurs », a déclaré Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de chargé de la politique de concurrence, a déclaré mardi.

L’investissement de Microsoft dans OpenAI a débuté en 2019 avec 1 milliard de dollars et a augmenté au fil du temps. En janvier de l’année dernière, quelques semaines seulement après l’émergence de ChatGPT qui a fait la une des journaux, la société a promis 10 milliards de dollars supplémentaires sur plusieurs années.

Microsoft a fait de l’IA l’une de ses principales priorités commerciales et a intégré cette technologie hautement adaptable dans nombre de ses services, notamment le moteur de recherche Bing.

En tant qu’organisme de recherche, OpenAI est techniquement une entité à but non lucratif. Cependant, elle gère une filiale à « bénéfices plafonnés » qui permet aux investisseurs de gagner jusqu’à 100 fois le montant qu’ils ont investi.

Laisser un commentaire

13 + 16 =