Les puissances occidentales se précipitent pour terminer les promesses de sécurité pour l'Ukraine

Martin Goujon

Les puissances occidentales se précipitent pour terminer les promesses de sécurité pour l’Ukraine

Les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne espèrent dévoiler un cadre que d’autres pourraient rejoindre lors d’un sommet de l’OTAN cette semaine.

Un petit groupe d’alliés occidentaux est engagé dans des négociations « avancées » et « frénétiques de dernière minute » pour finaliser une déclaration d’assurance de sécurité pour l’Ukraine avant le sommet de l’OTAN de cette semaine en Lituanie, selon quatre responsables familiers avec les pourparlers.

Depuis des semaines, les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne discutent de la question avec Kiev et ont également tendu la main à d’autres alliés de l’OTAN, de l’UE et du G7. L’idée est de créer un « parapluie » pour tous les pays désireux de fournir à l’Ukraine une aide militaire continue, même si les détails varient d’un pays à l’autre.

Cet effort fait partie de négociations plus larges à l’OTAN et entre plusieurs groupes de nations sur la manière dont les alliés occidentaux devraient afficher un soutien à long terme à l’Ukraine.

Kiev veut rejoindre l’OTAN dès que possible, lui donnant accès à la clause de l’article 5 tant vantée de l’alliance – une attaque contre l’un est une attaque contre tous. Mais de nombreux alliés au sein de l’alliance conviennent largement que l’Ukraine ne peut rejoindre qu’après la fin de la guerre, au plus tôt.

Ainsi, les plus grandes puissances de l’alliance ont travaillé pour voir quels engagements provisoires en matière de sécurité elles peuvent chacune donner à l’Ukraine dans l’intervalle. Ce point de vue n’est cependant pas universel, les pays du flanc oriental de l’OTAN faisant pression pour que l’Ukraine emprunte une voie plus rapide vers l’ascension, alors même que les combats font rage.

L’objectif des puissances occidentales est de dévoiler leur cadre parapluie autour du sommet annuel de l’OTAN, selon des responsables à Berlin, Paris, Londres et Bruxelles, qui ont tous parlé sous couvert d’anonymat en raison de la sensibilité des discussions. L’événement de deux jours commence mardi à Vilnius.

« Une discussion est en cours ; c’est assez avancé, en fait c’est très avancé, et nous avons bon espoir qu’il pourra être conclu d’ici la fin du sommet », a déclaré un responsable français aux journalistes lors d’un point de presse.

Un haut diplomate de l’OTAN a accepté, déclarant aux journalistes lors d’un briefing séparé qu’il y avait « des négociations frénétiques de dernière minute » en cours en ce moment « sur ce à quoi cela devrait ressembler ».

Détails de dernière minute

Le président américain Joe Biden doit rencontrer le Premier ministre britannique Rishi Sunak lundi à Londres, où leurs deux équipes se réuniront pour essayer de régler les détails de dernière minute, selon un deuxième diplomate de l’OTAN connaissant les plans. Du côté américain, le chef de la politique du Pentagone, Colin Kahl, est chargé de mener l’accord jusqu’à la ligne d’arrivée.

L’initiative peut finalement se résumer à des promesses de continuer une grande partie de l’aide que les alliés fournissent déjà : armes, équipement, formation, financement et renseignement. Mais l’intention est d’offrir un signal d’unité plus permanent pour l’Ukraine, d’autant plus qu’il est peu probable que Kiev obtienne l’engagement ferme d’adhésion à l’OTAN qu’elle souhaite lors du sommet de cette semaine.

« C’est essentiellement une garantie vis-à-vis de l’Ukraine que nous allons, pour très longtemps encore, nous équiper ses forces armées, nous les financerons, nous les conseillerons, nous les formerons pour qu’elles aient une force de dissuasion contre toute agression future », a déclaré le haut diplomate de l’OTAN.

Cependant, de nombreux détails de ce support seraient laissés pour plus tard. Le diplomate a déclaré qu’il appartiendrait à chaque pays intéressé de déterminer bilatéralement avec l’Ukraine « quel sera votre engagement. Et cela pourrait être n’importe quoi, de la défense aérienne aux chars, en passant par n’importe quoi.

La semaine dernière, le chancelier allemand Olaf Scholz a lancé un « appel à tous les pays qui veulent soutenir l’Ukraine », disant qu’ils devraient « prendre eux-mêmes des décisions qui leur permettent de continuer à maintenir ce soutien pendant un, deux, trois et, si besoin être, plus d’années, parce que nous ne savons pas combien de temps durera le conflit militaire.

Chancelier allemand Olaf Scholz | Photo de la piscine par Kai Pfaffenbach/AFP via Getty Images

Outre la déclaration d’assurance de sécurité que les puissances occidentales sont en train de finaliser, l’OTAN élabore également de nouvelles façons d’aider l’armée ukrainienne pour les années à venir.

Lors du sommet, l’OTAN s’accordera sur des plans pour aider à moderniser les défenses de l’Ukraine, a déclaré vendredi le chef de l’alliance Jens Stoltenberg aux journalistes. Le plan, a-t-il dit, impliquera « un programme d’assistance pluriannuel pour assurer une interopérabilité totale entre les forces armées ukrainiennes et l’OTAN ».

Cet effort pluriannuel se concentrera également sur les programmes de modernisation de l’armée ukrainienne et, comme l’initiative « parapluie », dépendra de la contribution de chaque pays comme bon lui semble.

Aspirations de l’OTAN

Les dirigeants de l’OTAN créeront également un nouveau forum OTAN-Ukraine, offrant aux deux parties un espace pour travailler sur des « activités conjointes pratiques », a ajouté Stoltenberg.

La conversation plus large sur l’assurance de la sécurité s’est inévitablement mêlée au débat sur les aspirations de l’Ukraine à l’OTAN, qui figureront en bonne place à l’ordre du jour lorsque les dirigeants se réuniront à Vilnius.

Dans le communiqué officiel qui sera publié lors du sommet, « nous aborderons les aspirations d’adhésion de l’Ukraine et c’est quelque chose sur lequel les alliés de l’OTAN continuent de travailler », a déclaré vendredi à la presse l’ambassadrice américaine auprès de l’OTAN, Julianne Smith.

Plus précisément, les dirigeants visent à mettre à jour la vague promesse de l’alliance de 2008 selon laquelle l’Ukraine « deviendra » un membre de l’OTAN à un moment donné. Mais on ne s’attend pas à ce qu’ils offrent à Kiev « l’invitation claire » que recherche le dirigeant ukrainien Volodymyr Zelenskyy.

Scholz l’a concédé la semaine dernière.

« Certes, nous discuterons également de la question de savoir comment continuer à traiter la perspective des pays qui se tournent vers l’OTAN et veulent y adhérer », a déclaré Scholz. Pourtant, a-t-il ajouté, « il est également clair que personne ne peut devenir membre d’une alliance de défense pendant une guerre ».

Stoltenberg a néanmoins adopté un ton optimiste vendredi.

« Je suis convaincu que nous aurons un message clair », a-t-il déclaré. « Nous devons nous rappeler que les Alliés sont déjà d’accord sur de nombreux principes importants en ce qui concerne l’Ukraine et son adhésion. »

Laisser un commentaire

14 + un =