Farmers stand in front of a plastic cow with a skeleton painted on it during a protest outside the European Parliament in Brussels, Jan. 24.

Jean Delaunay

Les protestations des agriculteurs atteignent Bruxelles alors que le mécontentement à l’égard du programme vert de l’UE grandit

Les agriculteurs ont manifesté mercredi devant le Parlement européen à Bruxelles alors que les protestations contre la législation environnementale et d’autres revendications se propageaient à travers le continent.

Même si l’événement était de moindre ampleur comparé aux manifestations similaires observées récemment en Allemagne, en France et en Roumanie, la présence d’une poignée de députés européens issus de groupes d’extrême droite a indiqué que le mécontentement des agriculteurs façonne l’agenda politique.

Les manifestants ont évoqué un mécontentement grandissant à l’égard des politiques phares du Green Deal de l’UE ainsi que des accords de libre-échange avec des pays tiers, citant les dommages causés à leurs marchés et à leurs revenus.

En France, les agriculteurs ont coupé les routes principales ces derniers jours pour protester contre les réglementations environnementales du gouvernement et la hausse des coûts de l’énergie. Des manifestations similaires ont eu lieu en Roumanie et en Allemagne, où les agriculteurs réclament une baisse des impôts et des subventions plus équitables.

« Nous voulons montrer qu’en France comme dans le reste de l’UE, ce ne sont pas les technocrates – qui n’ont aucune idée de la difficulté de produire des produits de qualité en France – qui décideront », a déclaré Patrick Legras, agriculteur et député. du syndicat agricole français Coordination Rurale, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Legras a également appelé à mettre un terme aux importations agricoles de mauvaise qualité qui menacent les moyens de subsistance des agriculteurs européens.

Jorge Buxadé, député européen espagnol du groupe de droite des Conservateurs et réformistes européens (ECR), a déclaré que c’était leur « conviction politique » d’aider les agriculteurs européens.

« Nous avons voté contre la politique agricole commune, ce qui a conduit à une réduction des aides que méritent nos agriculteurs », a-t-il expliqué, ajoutant que le Parti populaire européen (PPE), de centre-droit, capitalisait sur le mécontentement des agriculteurs par « pur intérêt » et pour gagner des points politiques.

Les manifestations ont eu lieu juste un jour avant que la Commission européenne ne lance son soi-disant « dialogue » sur l’agriculture, destiné à « dépolariser » le débat autour de la transition verte.

Les objectifs climatiques ambitieux et les politiques industrielles vertes du bloc devraient être l’un des principaux mobilisateurs de l’électorat européen lors des élections européennes du 6 au 9 juin.

Plus tôt mercredi, le commissaire européen au Commerce, Valdis Dombrovskis, a défendu le Green Deal comme une initiative « à long terme » du bloc visant à atteindre la neutralité climatique d’ici 2050, ajoutant qu’il était « clairement important » que le travail se poursuive lors de la prochaine législature après le vote de juin. .

Le chef des droits sociaux de la Commission, Nicolas Schmit – principal candidat des Socialistes et Démocrates (S&D) de centre-gauche aux élections de juin – a déclaré que le bloc avait la responsabilité de « défendre » le Green Deal et de le mettre en œuvre « d’une manière juste et juste afin que au final, tout le monde peut être gagnant. »

Les récentes manifestations, qui ont vu des tracteurs bloquer les routes dans de grandes villes européennes, dont Berlin, la capitale allemande, ont montré la portée transfrontalière du mécontentement des agriculteurs.

Laisser un commentaire

5 × quatre =