Les prix du pétrole chutent suite aux mauvaises données économiques chinoises

Milos Schmidt

Les prix du pétrole chutent suite aux mauvaises données économiques chinoises

Les prix du pétrole brut sont tombés à leur plus bas niveau depuis fin juillet, en raison de la faiblesse des données économiques chinoises et du ralentissement de la demande mondiale.

Les prix du pétrole sont tombés mercredi après-midi à leur plus bas niveau depuis près de quatre mois, impactés par des données économiques décevantes en Chine indiquant une demande plus faible. Le ralentissement des craintes d’un conflit plus large au Moyen-Orient a également contribué à cette baisse.

Les prix du pétrole brut Brent ont chuté de 0,71% à 81,03 dollars (75,89 euros) le baril, tandis que les prix du West Texas Intermediate (WTI) ont chuté de 0,74% à 76,80 dollars le baril. Il s’agit du point le plus bas du Brent et du WTI depuis juillet.

La Chine a vu ses exportations chuter de 6,4% sur un an en octobre, contre 6,2% en septembre. Ce chiffre représente une nouvelle baisse significative par rapport aux attentes d’une baisse de -3,3% et met en évidence le sixième mois consécutif de baisse des exportations.

Piero Cingari, rédacteur au média financier Benzinga, a noté que les inquiétudes concernant une baisse mondiale de la demande de pétrole brut avaient refait surface ces dernières semaines, qui, selon lui, étaient « dues aux données économiques chinoises décevantes, aux signes d’un affaiblissement du marché du travail américain le mois dernier et la possibilité imminente d’une récession en Europe ».

Du côté de l’offre, Cingari a déclaré que les inquiétudes concernant d’éventuelles perturbations au Moyen-Orient se sont atténuées, dans la mesure où le conflit entre Israël et le Hamas semble être contenu dans la bande de Gaza, réduisant ainsi les craintes d’un conflit régional plus large.

« Pour que les prix du pétrole connaissent une augmentation significative par rapport à leurs niveaux actuels, deux facteurs clés doivent entrer en jeu : des mesures de relance robustes en Chine et une résurgence des inquiétudes concernant l’offre parmi les principaux acteurs de l’OPEP », a-t-il ajouté.

La baisse de la demande mondiale compromet la réduction de la production

L’Energy Information Administration (EIA) des États-Unis a également ajusté ses prévisions de consommation de pétrole, qui reflètent désormais une baisse de 300 000 barils par jour. Il s’agit d’un revirement radical par rapport aux prévisions antérieures de l’EIA d’une augmentation de 100 000 barils par jour.

Les hausses antérieures des prix du pétrole cette semaine étaient dues au fait que l’Arabie saoudite et la Russie continuaient de s’en tenir à leurs réductions volontaires de production. La Russie devrait réduire sa production de 300 000 barils par jour jusqu’à la fin de l’année, tandis que l’Arabie Saoudite réduira sa production d’un million de barils par jour en décembre.

Cependant, le fléchissement de la demande mondiale a largement contribué à atténuer ces pics en milieu de semaine, à mesure que de nouvelles données économiques arrivent. La demande a été encore freinée par la possibilité de nouvelles hausses des taux d’intérêt d’ici la fin de l’année.

Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Andrew Bailey, s'adresse aux médias lors d'une conférence de presse concernant les taux d'intérêt, à la Banque d'Angleterre, à Londres, le 2 novembre 2023.
Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, s’adresse aux médias lors d’une conférence de presse concernant les taux d’intérêt, à la Banque d’Angleterre, à Londres, le 2 novembre 2023.

Mercredi matin, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, a déclaré que la politique monétaire resterait restrictive dans un avenir proche, afin de contribuer à ramener l’inflation à son objectif de 2 %.

S’exprimant lors de la conférence sur les systèmes financiers de la Banque centrale d’Irlande, Bailey a également souligné qu’il était « vraiment trop tôt pour parler de réduction des taux ».

Il a ajouté qu’il existait encore des risques à la hausse pour la politique monétaire en raison du conflit au Moyen-Orient.

Les investisseurs scrutent également le discours du président fédéral américain Jerome Powell, attendu plus tard mercredi, pour obtenir davantage d’indices sur la politique monétaire future. Powell a déjà signalé que la meilleure approche pour le moment pourrait être de maintenir les taux stables jusqu’à ce que de nouvelles données sur le marché du travail et l’inflation soient disponibles.

Laisser un commentaire

19 − 8 =