The British frigate HMS Portland heads through the Suez canal, in Ismailia, Egypt Wednesday, Dec. 3, 2008.

Milos Schmidt

Les prix dans l’UE vont-ils augmenter ? Le point de vue d’un expert sur l’impact économique des tensions en mer Rouge

Les attaques des Houthis dans la mer Rouge ont perturbé les routes commerciales vitales reliant l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie. L’Observatoire de l’Europe Business s’est entretenu avec le Dr Yousef M. Alshammari, chercheur principal à l’Imperial College de Londres, pour explorer les conséquences sur l’économie européenne et mondiale.

Les Houthis, un mouvement rebelle au Yémen, attaquent des navires marchands dans la mer Rouge depuis plus de deux mois maintenant, impactant une voie navigable cruciale qui représente 12 % du trafic commercial mondial – et l’on craint que les tensions croissantes n’aient un impact sur l’évolution de l’inflation. les prix de l’énergie fluctuent.

Pour le groupe islamiste à majorité chiite, le vœu était clair : rejoindre la guerre Hamas-Israël, protéger les Palestiniens et cibler tous les navires à destination d’Israël en lançant des missiles et des drones navals.

Les pétroliers ont évité la mer Rouge et le canal de Suez (photo – photo d'archive)
Les pétroliers ont évité la mer Rouge et le canal de Suez (photo – photo d’archive)

Tout aussi évident est l’impact des attaques sur la navigation dans le canal de Suez, qui facilite le commerce entre l’Asie, l’Europe et le Moyen-Orient depuis 1869, et l’impact qui en résulte sur le commerce mondial.

En janvier, seuls 200 000 conteneurs standards circulaient quotidiennement sur le canal, contre environ 500 000 conteneurs en novembre, selon le groupe de réflexion allemand Kiel Institute.

La peur suscitée par les attaques a incité les grandes compagnies maritimes à modifier leurs itinéraires, optant pour un voyage plus long autour du Cap de Bonne-Espérance, situé sur la côte atlantique de la péninsule du Cap en Afrique du Sud.

Des itinéraires alternatifs peuvent ajouter dix jours supplémentaires en évitant Suez. Ces retards ont non seulement un impact sur la chaîne d’approvisionnement, provoquant des goulots d’étranglement dans les ports, mais l’allongement du trajet entraîne également une consommation accrue de carburant par les navires, augmentant ainsi l’impact environnemental de l’industrie et faisant monter les prix, comme le rapporte The Economist.

Selon le Freightos Baltic Index (FBX), le prix du transport d’un conteneur régulier a augmenté de 146 % au cours des 30 jours précédant le 17 janvier, avec des dépenses qui pourraient entraîner une hausse des prix à la consommation.

Pour explorer l’impact potentiel des perturbations sur l’Europe et l’économie mondiale, L’Observatoire de l’Europe Business s’est entretenu avec le Dr Yousef M. Alshammari, chercheur principal à l’Imperial College de Londres et directeur général et responsable de la recherche pétrolière chez CMarkits.

La crise de la mer Rouge : une perte potentielle d’un milliard d’euros pour l’UE

Selon le Dr M. Alshammari, la crise constitue une « menace » directe pour le commerce euro-asiatique, entraînant des coûts de plusieurs milliards de dollars.

« Les premières estimations indiquent des pertes potentielles allant jusqu’à 135 milliards d’euros dans les échanges commerciaux entre l’Espagne et l’Asie, ce qui aurait un impact direct sur l’économie de l’UE », a-t-il déclaré.

Le transport maritime est crucial pour le commerce UE-Chine, représentant 90 % de leurs échanges. En 2022, les données d’Eurostat ont montré que l’UE a importé pour 626 milliards d’euros de marchandises en provenance de Chine, et que ses exportations ont atteint 230 milliards d’euros.

Les Pays-Bas sont en tête des États membres de l’UE pour les importations de marchandises de Chine pour une valeur de 138,8 milliards d’euros, suivis par l’Allemagne avec 130 milliards d’euros et l’Italie avec 57,5 ​​milliards d’euros. La Tchéquie détenait la plus grande part de la Chine dans ses importations extra-UE, soit 47,7 %, avec des biens comprenant des équipements de télécommunications, des machines automatiques de traitement de données, des machines électriques et des composés organo-inorganiques.

Un cargo navigue dans la ville d'Ismaïlia, en Égypte, le 30 mars 2021.
Un cargo navigue dans la ville d’Ismaïlia, en Égypte, le 30 mars 2021.

Les trois principaux exportateurs vers la Chine étaient l’Allemagne (106,85 milliards d’euros), la France (23,7 milliards d’euros) et les Pays-Bas (18,7 milliards d’euros).

Certains secteurs devraient être plus touchés par la crise que d’autres.

« À ce stade, les produits agricoles et les produits marins devraient connaître un impact maximal en raison de la nature périssable de leurs produits et de leurs faibles profils de marge, ce qui les rend moins capables de résister à la hausse des coûts de transport », a déclaré le Dr M. Alshammari.

Prix ​​du pétrole et poussée de l’inflation : deux éléments qui vont de pair

Au cours du week-end, une attaque de drone a visé la base américaine Tower 22, à la frontière jordano-syrienne, entraînant la mort de trois soldats américains et plusieurs blessés.

Suite à l’attaque, les prix du pétrole brut ont affiché une légère hausse de 0,27% pour atteindre 78,2 dollars (72,2 euros) lundi matin, soit une hausse hebdomadaire de 4,73%. De même, les prix du pétrole brut Brent ont connu une hausse de 0,05% à 82,9 dollars (76,6 euros), avec un gain hebdomadaire de 3,70%.

La route commerciale est responsable de 12 % du pétrole maritime mondial et de 8 % du gaz naturel liquéfié (GNL).

L’instabilité géopolitique et les tensions entre l’Iran et les États-Unis ne feront que faire monter les prix du pétrole à mesure que l’incertitude au Moyen-Orient continue de croître, selon le Dr M. Alshammari, déclenchant une augmentation de l’inflation.

« Je pense qu’une hausse des prix du pétrole portera l’inflation au-dessus de 3% au premier semestre 2024 et peut-être un peu moins au deuxième semestre 2024 si la Banque centrale européenne (BCE) et la Réserve fédérale (Fed) maintiennent leurs taux fixes pour atteindre l’objectif de 2% », » a déclaré le Dr M. Alshammari.

« Ce n’est pas une bonne nouvelle, car l’Europe a déjà eu des problèmes d’importation de gaz en raison de la guerre en Ukraine et de la forte demande de gaz naturel en hiver. Cela signifie que l’efficacité énergétique doit être une priorité absolue pour les consommateurs. »

La réponse de l’UE

Plus tôt ce mois-ci, Bruxelles a annoncé son intention de lancer une mission spéciale de l’UE visant à protéger les navires commerciaux dans la mer Rouge.

Le service diplomatique de l’UE suggère de déployer « au moins trois » navires de guerre dotés de « capacités multi-missions » dans la région dès le mois prochain, dans un document consulté par L’Observatoire de l’Europe.

Parallèlement, le commissaire européen au Commerce, Valdis Dombrovskis, a averti que, malgré la maîtrise actuelle des effets de ces perturbations, il existe « un risque pour l’économie européenne » qui doit être « surveillé de près ».

Le vice-Premier ministre chinois He Lifeng se tient aux côtés du vice-président exécutif de la Commission européenne Valdis Dombrovskis avant le 10e dialogue économique et commercial de haut niveau Chine-UE.
Le vice-Premier ministre chinois He Lifeng se tient aux côtés du vice-président exécutif de la Commission européenne Valdis Dombrovskis avant le 10e dialogue économique et commercial de haut niveau Chine-UE.

« Je pense qu’en attendant, il est très important de rediriger les navires transportant diverses marchandises vers l’Europe. Cela implique des coûts de carburant, d’assurance, etc. plus élevés, mais c’est une situation à court terme », a noté le Dr M. Alshammari.

Pour le chercheur principal, la crise est une situation préoccupante dans laquelle les États-Unis prennent actuellement les devants, et le conflit à Gaza complique la situation.

« Les frappes aériennes américaines ne cesseront pas tant que le trafic maritime dans la mer Rouge ne sera pas sécurisé, ce qui pourrait conduire à une augmentation des actions militaires. Le conflit à Gaza ajoute un autre niveau de complexité à la situation », a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

onze − 1 =