Londonm Geneva and Frankfurt

Milos Schmidt

Les principales places financières d’Europe : quel est le meilleur endroit pour faire des affaires ?

Les États-Unis comptent cinq centres financiers dans le top 10 mondial, tandis que l’Europe n’en occupe que deux. Mais comment les villes européennes se classent-elles entre elles ?

Dans le paysage financier mondial en évolution rapide, les villes européennes sont confrontées à une concurrence féroce pour s’imposer comme des centres financiers solides – un label attrayant qui peut entraîner des investissements cruciaux de la part des propriétaires d’entreprises et une attention accrue de la part des décideurs politiques.

Dans un récent classement du Global Financial Centres Index (GFCI), sept villes européennes figurent parmi les 20 premiers centres financiers du monde.

Alors que les États-Unis dominent le haut de la liste, New York occupant la première place, Londres reste en tête en Europe.

Elle s’est légèrement rapprochée de la Big Apple par rapport aux classements précédents et se classe deuxième au niveau mondial, mais devance de peu Singapour et Hong Kong, respectivement troisième et quatrième.

Comment se portent les autres villes européennes et quels sont les facteurs qui font d’une ville un centre financier compétitif ?

Genève s’envole

Genève, en Suisse, est la seule autre ville européenne à rejoindre la capitale britannique dans le top 10.

En augmentant sa note de 29 points, Genève a devancé ses rivaux financiers au cours de l’année écoulée, selon le GFCI, passant de la 23e à la 10e place.

La ville suisse n’est qu’à cinq points de la cinquième place, occupée par San Francisco.

Les analystes citent l’environnement réglementaire de la Suisse et le faible niveau de corruption comme d’énormes avantages pour la solidité financière de ses villes.

La capitale financière de l’UE dépasse Paris

Francfort, siège de la Banque centrale européenne, a décroché la troisième place européenne devant Paris dans le dernier rapport.

Connue comme la ville de l’euro, Francfort est également le siège de la banque centrale allemande : la Bundesbank.

La place financière allemande est passée de la 17e à la 14e place mondiale dans le GFCI, tandis que Paris a glissé de la 14e à la 15e. Un seul point de notation les sépare cependant.

Francfort fait également partie des 15 villes que les participants à l’enquête espèrent voir gagner en importance.

Les villes européennes qui complètent le top 20 sont Luxembourg (16ème), Zurich (18ème) et Amsterdam (19ème).

L’Allemagne compte cinq villes dans le top 50

L’Allemagne est la nation européenne la plus forte lorsqu’il s’agit d’examiner le classement pays par pays.

Bien qu’aucune d’entre elles ne figure dans le top 10, l’Allemagne compte cinq villes dans le top 50 mondial, soit le plus grand nombre de pays européens.

Outre Francfort, Berlin est passé de la 26e à la 23e place, tandis que Munich a chuté de la 18e à la 26e.

Stuttgart remonte légèrement de la 47e à la 46e place, tandis que Hambourg recule de la 43e à la 49e.

La Suisse est le deuxième pays européen avec le plus grand nombre de villes figurant dans le top 50, Lugano se classant au 47ème rang. Le Royaume-Uni en compte deux, Edimbourg occupant la 34e place.

Les autres villes européennes figurant dans le top 50 sont Dublin en Irlande (25ème), Stockholm en Suède (40ème), Oslo en Norvège (42ème), Milan en Italie (45ème), Madrid en Espagne (48ème) et Helsinki en Finlande (50ème).

Leurs scores individuels sont regroupés étroitement, suggérant des changements possibles dans le prochain rapport GFCI.

Les dépendances de la Couronne britannique font la différence, mais il existe une division est-ouest notable

A noter également les trois dépendances de la Couronne britannique, qui occupent chacune une place dans le top 60. Jersey, Guernesey et l’île de Man sont classées respectivement 52ème, 58ème et 59ème. Ils ne font pas partie du Royaume-Uni mais sont des possessions autonomes de la Couronne britannique.

Le GFCI classe l’Europe en deux groupes : l’Europe occidentale, et l’Europe orientale et Asie centrale, montrant une nette division entre l’Est et l’Ouest.

Jusqu’à la 60ème place de la liste, toutes les meilleures places financières d’Europe se trouvent dans le groupe de l’Europe occidentale.

Astana, au Kazakhstan, est classée 60ème, occupant la première place dans le groupe Europe de l’Est et Asie centrale. Prague arrive ensuite au 79ème rang, puis Tallinn au 87ème rang.

Hormis l’Europe, les États-Unis ont obtenu de très bons résultats, avec cinq centres financiers figurant dans le top 10, ce qui reflète la vigueur de l’économie américaine. Les principaux centres chinois figuraient également dans le top 20.

Qu’est-ce qui fait une bonne plateforme financière ?

Selon le GFCI 34, la réputation et l’environnement des affaires d’une ville sont fortement corrélés à sa compétitivité financière.

Le rapport révèle que l’indice de perception de la corruption et l’indice de liberté économique dans le monde démontrent le lien : la notation d’une ville en tant que centre financier augmente parallèlement à l’augmentation de sa liberté économique et à la diminution de sa perception de la corruption.

L’image de marque d’une ville est également un facteur important qui influence la compétitivité des centres financiers.

Les analystes affirment qu’une réputation positive d’une ville, bâtie sur des facteurs tels que la sécurité, la stabilité, l’offre culturelle et la qualité de vie, peut attirer des entreprises, des professionnels et des investisseurs.

Laisser un commentaire

11 + 5 =