Les premiers échantillons d'astéroïdes de la NASA atterrissent sur Terre après 7 ans de voyage

Jean Delaunay

Les premiers échantillons d’astéroïdes de la NASA atterrissent sur Terre après 7 ans de voyage

Les données glanées par la mission spatiale aideront probablement les scientifiques dans leurs futurs efforts de déviation des astéroïdes.

Les premiers échantillons d’astéroïdes de la NASA récupérés de l’espace lointain ont été parachutés dimanche dans le désert de l’Utah, clôturant un voyage de sept ans.

Lors d’un survol de la Terre, le vaisseau spatial Osiris-Rex a largué la capsule d’échantillon à 100 000 km. La petite capsule a atterri quatre heures plus tard sur une étendue reculée de terrain militaire, alors que le vaisseau mère partait à la poursuite d’un autre astéroïde.

Les scientifiques estiment que la capsule contient au moins une tasse (ou environ 235 ml) de décombres provenant de l’astéroïde riche en carbone connu sous le nom de Bennu – mais ils ne le sauront pas avant l’ouverture du conteneur.

Une partie des décombres se serait déversée et aurait flotté lorsque le vaisseau spatial en aurait ramassé une trop grande quantité, des roches coinçant le couvercle du conteneur lors de leur collecte il y a trois ans.

Le Japon, le seul autre pays à avoir ramené des échantillons d’astéroïdes, en a collecté environ une cuillère à café lors de deux missions sur des astéroïdes en comparaison.

Une meilleure compréhension de la vie sur Terre

Les cailloux et la poussière livrés dimanche représentent la plus grosse récolte à ce jour en provenance d’au-delà de la Lune.

Pensés comme étant des éléments constitutifs préservés de l’aube du système solaire il y a 4,5 milliards d’années, les échantillons aideront les scientifiques à mieux comprendre comment la Terre et la vie qui s’y trouvent ont pu se former.

Osiris-Rex, le vaisseau mère, a décollé lors d’une mission d’un milliard de dollars (937 millions d’euros) en 2016. Il a atteint Bennu deux ans plus tard et, à l’aide d’un long aspirateur, a récupéré les décombres de la petite roche spatiale arrondie en 2020.

À son retour, le vaisseau spatial avait parcouru 6,2 milliards de kilomètres.

Les efforts de récupération de la NASA dans l’Utah comprenaient des hélicoptères ainsi qu’une salle blanche temporaire installée au champ d’essai et d’entraînement du ministère de la Défense de l’Utah.

Les échantillons seront transportés lundi matin vers un nouveau laboratoire du Johnson Space Center de la NASA à Houston.

Le bâtiment abrite déjà les centaines de kilos de roches lunaires rassemblées par les astronautes d’Apollo il y a plus d’un demi-siècle.

Le scientifique principal de la mission, Dante Lauretta de l’Université de l’Arizona, accompagnera les échantillons au Texas.

L’ouverture du conteneur à Houston dans un ou deux jours sera « le véritable moment de vérité », étant donné l’incertitude sur la quantité à l’intérieur, a-t-il déclaré avant l’atterrissage.

Les ingénieurs estiment que la cartouche contient 250 g de matériau Bennu, plus ou moins 100 grammes. Même au bas de l’échelle, cela dépassera facilement les exigences minimales de la mission, a confirmé Lauretta.

Aide à la déviation des astéroïdes

Il faudra probablement quelques semaines pour obtenir une mesure précise, dit la NASA, mais elle prévoit une présentation publique en octobre.

Actuellement en orbite autour du Soleil à 81 millions de kilomètres de la Terre, Bennu mesure environ un demi-km de diamètre, soit à peu près la taille de l’Empire State Building, mais en forme de toupie. On pense qu’il s’agit du fragment brisé d’un astéroïde beaucoup plus gros.

Au cours d’une enquête de deux ans, Osiris-Rex a découvert que Bennu était un gros tas de décombres rempli de rochers et de cratères.

La surface était si meuble que le bras à vide du vaisseau spatial s’est enfoncé d’environ 0,5 m dans l’astéroïde, aspirant plus de matière que prévu – d’où le blocage du couvercle.

Ces observations rapprochées pourraient s’avérer utiles à la fin du siècle prochain. Bennu devrait s’approcher dangereusement de la Terre en 2182 – peut-être suffisamment près pour la frapper.

Les données glanées par Osiris-Rex seront utiles à tout effort de déviation d’un astéroïde, selon Lauretta.

Osiris-Rex poursuit déjà l’astéroïde Apophis et devrait l’atteindre en 2029.

Il s’agissait du troisième retour d’échantillon de la NASA provenant d’une mission robotique dans l’espace lointain. Le vaisseau spatial Genesis a largué des morceaux de vent solaire en 2004, mais les échantillons ont été compromis lorsque le parachute s’est rompu et que la capsule s’est écrasée contre le sol.

Le vaisseau spatial Stardust a livré avec succès de la poussière de comète en 2006.

Les projets de la NASA visant à renvoyer des échantillons de Mars sont suspendus après qu’un comité d’examen indépendant a critiqué le coût et la complexité.

Le rover martien Perseverance a passé les deux dernières années à collecter des carottes pour un éventuel transport sur Terre.

Laisser un commentaire

4 × 1 =