Serbian President Aleksandar Vučić speaks at his party

Jean Delaunay

Les populistes au pouvoir en Serbie revendiquent une victoire « pure et convaincante » aux élections municipales

Des escarmouches entre la police et des partisans de l’opposition ont été signalées dans certaines régions, alors que le SNS aurait mis en place des « centres d’appels » illicites pour rassembler les partisans et les inciter à voter pour eux. Un chef de la coalition de l’opposition a critiqué le vote, le qualifiant d' »abus des médias, de fausses nouvelles et de discours de haine ».

Les populistes au pouvoir en Serbie ont déclaré leur victoire lors d’élections municipales tendues dans des dizaines de villes et villages, y compris lors d’un nouveau vote dans la capitale Belgrade, alors que l’opposition a affirmé des irrégularités majeures.

Cette victoire consoliderait la vaste emprise du parti de droite au pouvoir dans un pays candidat à l’adhésion à l’Union européenne.

Le Premier ministre et chef du Parti progressiste serbe au pouvoir, Miloš Vučević, a déclaré aux journalistes que le parti avait largement remporté le conseil d’administration, remportant toutes les municipalités sauf quatre.

Le président serbe Aleksandar Vučić boit du champagne après avoir revendiqué sa victoire aux élections locales à Belgrade, le 2 juin 2024
Le président serbe Aleksandar Vučić boit du champagne après avoir revendiqué sa victoire aux élections locales à Belgrade, le 2 juin 2024

« Du nord au sud, de Subotica à Nis, d’Uzice à l’est, partout où des élections ont eu lieu, notre liste ‘Aleksandar Vučić – Serbie de demain’ est une victoire pure et convaincante. Je félicite tous les citoyens », a-t-il déclaré aux journalistes.

Le président Aleksandar Vučić, que les critiques accusent d’être de plus en plus autoritaire, a déclaré que son parti avait remporté la majorité à l’Assemblée municipale de Belgrade, remportant très probablement 63 des 110 sièges de l’assemblée législative.

« Nous devrons préserver notre pays, préserver la paix, mais aussi notre liberté. De l’autre côté, je vous demanderais de tendre la main aux opposants politiques », a-t-il déclaré.

Mais les politiciens de l’opposition affirment qu’il y a eu d’importantes irrégularités lors du scrutin.

Des escarmouches ont été signalées dans une foire de Novi Sad lorsque des membres de l’opposition ont tenté de pénétrer dans la salle remplie de militants du SNS et que la police est intervenue pour les arrêter. La chaîne de télévision régionale N1 a rapporté que des militants du parti au pouvoir ont ensuite sorti des cartons au contenu non identifié par une sortie arrière.

Des responsables de l’opposition ont également affirmé que des « centres d’appels » illicites avaient été installés dans certains endroits pour contacter leurs partisans et les inciter à se rendre aux urnes.

L’existence d’un centre de ce type a été signalée dimanche dans une salle de sport de Belgrade tandis que, dans le centre-ville, des militants de l’opposition tentaient de pénétrer dans un restaurant où, selon eux, campaient les militants du parti au pouvoir.

« Une fois de plus, nous avons eu la domination absolue d’Aleksandar Vučić et du Parti progressiste serbe dans les médias. Cette campagne a été marquée par des abus médiatiques, des fausses nouvelles, des discours de haine et, dans le contexte de la résolution de l’ONU sur le génocide de Srebrenica, les participants aux élections locales ont été qualifiés de traîtres et de mercenaires étrangers », a déclaré Radomir Lazović, l’un des dirigeants de la coalition d’opposition « Je choisis de me battre ».

Mais le parti au pouvoir, le SNS, a déclaré que les activités de ses militants étaient conformes à la loi.

Les populistes au pouvoir ont été accusés par l’opposition et des observateurs étrangers en décembre d’avoir transporté en bus des électeurs d’autres régions de Serbie et de la Bosnie voisine, affirmations qu’ils ont démenties. Des informations similaires ont été publiées dimanche par les partisans de l’opposition sur les réseaux sociaux.

Les populistes se présentent comme la seule force politique capable de diriger le pays et d’assurer sa sécurité dans une période de troubles mondiaux.

Une électrice vote pour les élections locales dans un bureau de vote à Belgrade, le 2 juin 2024.
Une électrice vote pour les élections locales dans un bureau de vote à Belgrade, le 2 juin 2024.

Vučić cherche officiellement à faire rejoindre son pays en difficulté à l’Union européenne, mais s’est progressivement éloigné des valeurs démocratiques pro-européennes tout en entretenant des liens étroits avec la Russie et la Chine. Les populistes se présentent comme la seule force politique capable de diriger le pays et d’assurer sa sécurité dans une période de troubles mondiaux.

Les groupes d’opposition pro-occidentaux ont accusé Vučić de liens avec le crime organisé, une corruption endémique et une répression de la démocratie. Mais une large alliance qui était à l’origine de grandes manifestations antigouvernementales l’année dernière s’est divisée et s’est retournée les unes contre les autres, alimentant l’apathie des 6,5 millions d’électeurs serbes.

Les résultats officiels devraient être publiés plus tard lundi.

Laisser un commentaire

trois + dix =