Les politiciens pro-européens ont besoin d’électeurs roms

Martin Goujon

Les politiciens pro-européens ont besoin d’électeurs roms

Lors des prochaines élections au Parlement européen, l’avenir de l’UE est en jeu. Et bien qu’il y ait quelque 400 millions d’électeurs éligibles, il n’en faudrait que quelques centaines de milliers pour changer de pouvoir au Parlement, l’extrême droite étant sur le point d’augmenter sa part de sièges.

Cependant, les candidats pro-UE peuvent encore contrer cette poussée attendue s’ils mobilisent le soutien de ceux pour qui les valeurs européennes – égalité, liberté, solidarité, droits de l’homme et État de droit – comptent vraiment. Et compte tenu de notre nombre et de notre démographie, les électeurs roms de l’UE constituent l’un de ces groupes évidents.

La population rom du bloc, qui compte 6 millions de personnes, est présente dans presque tous les pays de l’UE, comparable en taille à un pays membre de taille moyenne comme le Danemark. Les Roms représentent même environ 10 pour cent de la population dans certains pays de l’UE, notamment en Hongrie, en Bulgarie et en Espagne. En outre, il y a deux fois – voire trois fois dans certains pays – plus de Roms de moins de 15 ans que parmi la population majoritaire, ce qui signifie que la communauté a un nombre relativement élevé de primo-votants.

Ainsi, s’ils sont pris au sérieux et traités équitablement, les Roms pourraient jouer un rôle important dans l’élaboration de l’avenir de l’UE et dans le renforcement de ses fondements démocratiques. Malheureusement, les politiciens pro-européens ne peuvent pas compter sur leur vote par défaut.

À quelques exceptions honorables près, les politiciens ont tout simplement commis trop d’erreurs, s’aliénant ainsi une grande partie de cette importante circonscription.

Premièrement, de nombreux dirigeants – notamment au lendemain de la crise économique de 2008 – ont laissé les Roms dans des conditions pires que celles de nombreuses populations des pays du Sud. Les dernières données montrent, par exemple, que si les travailleurs pauvres dans l’UE représentent 8,5 pour cent de la population, parmi les Roms, ils en représentent 39 pour cent, soit presque autant qu’en Afrique subsaharienne (38 pour cent).

De plus, ce niveau de pauvreté a été exploité à des fins d’achat de voix et de coercition. Et s’il est vrai que de telles pratiques antidémocratiques ont également été utilisées pour influencer les ruraux pauvres et d’autres populations, les Roms de toute l’UE y ont été exposés de manière disproportionnée.

Enfin – et c’est le plus important – les politiciens pro-européens sont trop souvent restés silencieux lorsque l’extrême droite s’en est pris aux Roms. Les premiers succès du parti conservateur Jobbik en Hongrie et de la Ligue en Italie étaient principalement dus à la militarisation des préjugés anti-Roms. Ces exemples suggèrent également que les dirigeants pro-européens considéraient l’extrême droite davantage comme une aberration menaçant les communautés marginalisées que comme le signe avant-coureur d’une menace sérieuse pour eux-mêmes et pour le système démocratique – ils avaient tort !

Ainsi, lorsque le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a utilisé le racisme anti-Roms pour maîtriser les tribunaux il y a environ cinq ans, la chancelière allemande de l’époque, Angela Merkel, est restée silencieuse. Son gouvernement, son parti et sa famille politique européenne ont tous continué à travailler avec le gouvernement d’Orbán, et l’UE a continué à canaliser de l’argent vers son régime.

Des pratiques antidémocratiques ont également été utilisées pour influencer les ruraux pauvres. | Georgi Licovski/EPA

Ces dirigeants ont également affiché une attitude similaire dans leur politique étrangère. Par exemple, en 2018, lorsque le célèbre groupe d’extrême droite ukrainien C14 a organisé une série d’attaques violentes contre des campements roms, entraînant la mort brutale de Daniel Pap, 24 ans, des manifestations ont eu lieu devant les ambassades ukrainiennes à travers l’Europe. Et pourtant, les dirigeants pro-européens ont choisi de ne pas les soutenir.

Dans un calcul géopolitique similaire, alors que le haut représentant de l’UE, Josep Borell, condamnait le meurtre de George Floyd aux États-Unis, à peu près au même moment, le meurtre de Stanislav Tomáš – un Rom en République tchèque – n’a suscité aucune réaction significative. La Russie, de son côté, a profité de l’occasion pour se tenir aux côtés des Roms, en attirant l’attention sur l’incohérence morale et politique de l’UE.

Au fil du temps, tout cela a érodé la confiance des Roms dans la démocratie, les poussant à s’abstenir de voter ou – pire encore – les poussant dans les bras des forces anti-européennes. Et cherchant à exploiter cette situation, certains à l’extrême droite courtisent des segments mécontents de cette population. En Roumanie, par exemple, où la population rom est estimée à 1,5 million – la plus grande population rom de l’UE – le parti d’extrême droite Alliance pour l’Union des Roumains a tendu la main aux conservateurs de cette circonscription, qui ne doivent pas être pris en compte. taille sous-estimée.

Bien sûr, réparer tous ces torts à l’approche des élections de juin n’est pas réaliste, mais il y a encore des choses qui pourraient être faites pour faire une différence à court terme. Et à quoi cela ressemble-t-il en pratique ?

Habituellement, les politiciens pro-européens hésitent à tendre la main à nos communautés roms de peur de perdre les voix de la population majoritaire et de mobiliser ceux d’extrême droite. Cependant, ils doivent comprendre qu’il existe un moyen efficace de parler des Roms dans le cadre d’une campagne publique. Ils doivent montrer clairement que notre exclusion de l’éducation et de l’emploi nuit à nos économies, engendrant des pertes financières pour tout le monde. Leur message devrait être qu’il est nécessaire d’investir dans chaque citoyen de l’UE afin de remédier aux pénuries alarmantes de main-d’œuvre et au coût de la vie du bloc.

De plus, les Roms ont toujours été fidèles. Il n’est pas nécessaire de se tourner vers l’histoire pour en trouver la preuve : à l’heure actuelle – même s’ils se rappellent à quel point l’Ukraine a été injuste à leur égard – les Roms se battent pour l’Ukraine et défendent les valeurs européennes. Contrairement à la politique d’extrême droite, qui prospère en attaquant ses concitoyens, la politique des Roms est axée sur la coexistence.

Quel que soit le résultat immédiat de ces élections, les politiciens pro-européens ont une tâche majeure à accomplir. Ils doivent regagner leur crédibilité et leur confiance auprès de leurs propres électeurs – et cela inclut la classe ouvrière, les électeurs ruraux, les femmes, les Roms et tous ceux qu’ils ont ignorés, déçus et en colère.

S’inspirer des arguments de l’extrême droite sur des questions telles que la migration, espérer atteindre ces groupes est voué à l’échec. Pour que le projet européen survive, ces hommes politiques doivent construire des ponts avec davantage de citoyens – et non les brûler.

Laisser un commentaire

dix-huit + 9 =