In several EU countries, alcohol consumption has increased by one litre per person over a 10-year period.

Jean Delaunay

Les plus gros buveurs d’Europe : où les gens boivent-ils le plus et quels pays ont réduit leur consommation ?

La consommation d’alcool dans l’UE a diminué de 0,5 litre entre 2010 et 2020. Cependant, dans plusieurs pays, la consommation a augmenté.

« Aucun niveau de consommation d’alcool n’est sans danger pour notre santé », prévient l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cependant, la quantité d’alcool que nous buvons reste importante.

Le risque de développer un cancer augmente considérablement lorsque l’on consomme davantage d’alcool. Les autorités sanitaires appellent la population à arrêter de boire de l’alcool ou, au moins, à la réduire.

Mais prenons-nous en compte ces appels ?

Certaines personnes arrêtent de boire de l’alcool en janvier, ce qu’on appelle le « janvier sec ». Les chiffres indiquent une baisse de la consommation d’alcool en Europe, mais celle-ci ralentit depuis les années 2000.

Comment la consommation d’alcool a-t-elle évolué en Europe au cours des dernières décennies ? Quels pays ont le taux de diminution et d’augmentation de la consommation d’alcool le plus élevé ?

La consommation globale d’alcool est définie comme les ventes annuelles d’alcool pur en litres par personne âgée de 15 ans et plus. Les boissons alcoolisées sont transformées en alcool pur. Les données n’incluent pas la consommation d’alcool non enregistrée, telle que la production nationale ou illégale.

On constate une diminution progressive de la consommation d’alcool dans l’UE et dans la Région européenne de l’OMS.

Dans l’UE, la consommation globale d’alcool par personne âgée de 15 ans et plus a diminué de 2,9 litres au cours des quatre dernières décennies, passant de 12,7 litres en 1980 à 9,8 litres en 2020, ce qui correspond à une diminution de 23 pour cent.

La consommation a enregistré une baisse significative entre 1980 (12,7 litres) et 2000 (10,5 litres).

L’ampleur et le rythme de la diminution ont ralenti au cours des deux décennies suivantes. Elle a diminué de 0,5 litre entre 2010 et 2010 dans l’UE.

La consommation d’alcool dans la Région européenne de l’OMS, qui couvre 53 pays, dont la Russie et les pays voisins, est passée de 12 litres en 2000 à 9,5 litres en 2020, ce qui correspond à une diminution de 2,5 litres (21 %).

Malgré cette baisse, la Région européenne de l’OMS affiche toujours le niveau de consommation d’alcool par personne le plus élevé au monde.

Chaque année, chaque personne âgée de 15 ans et plus dans la région boit en moyenne 9,5 litres d’alcool pur. Cela équivaut à 190 litres de bière, 80 litres de vin ou 24 litres de spiritueux.

En 2020, la consommation annuelle d’alcool variait de 1,2 litre en Turquie à 12,1 litres en Lettonie parmi 36 pays européens, dont l’UE, le Royaume-Uni, l’Association européenne de libre-échange (AELE) et les pays candidats à l’UE.

En moyenne, les citoyens de l’UE ont consommé 9,8 litres d’alcool.

L’Allemagne (10,6 litres) était la plus grande consommatrice d’alcool, parmi les « quatre grands » de l’UE en termes d’économie et de population, suivie par la France (10,4 litres), l’Espagne (7,8 litres) et l’Italie (7,7 litres). C’était 9,7 litres au Royaume-Uni.

Si l’on examine les changements au niveau national entre 2010 et 2020, la consommation d’alcool a diminué dans 25 pays alors qu’elle a augmenté dans 11 pays.

Certains ont enregistré de légers changements, mais la plupart des pays ont affiché des changements remarquables au cours de cette période.

La consommation a baissé de plus d’un litre dans 14 pays

La consommation d’alcool a connu une baisse de plus d’un litre dans 14 pays, alors qu’à l’inverse, elle a connu une augmentation dans 5 pays au cours de cette période.

L’Irlande et la Lituanie ont enregistré la plus forte baisse de la consommation d’alcool au cours de cette période. Elle a baissé de 2,1 litres dans les deux pays, suivis de près par l’Espagne et la Grèce (2 litres chacun).

Les Pays-Bas, la France, Chypre et la Finlande ont également enregistré des baisses de plus de 1,5 litre. La diminution se situait également entre un litre et 1,5 litre en Serbie, en Belgique, en Croatie, au Danemark, en Suisse et en Allemagne.

Dans l’UE, la consommation d’alcool a diminué de 0,6 litre entre 2010 et 2020.

La Lettonie a connu la plus forte augmentation, avec une consommation de 2,3 litres.

La Bulgarie (1,4 litre), Malte (1,1 litre), la Roumanie et la Pologne (1 litre chacune) ont également enregistré des augmentations substantielles. La hausse a dépassé 0,5 litre en Norvège, en Italie et en Islande.

Étant donné que la consommation d’alcool varie considérablement à travers l’Europe, l’examen du pourcentage de variation constitue également un indicateur utile.

La Grèce a enregistré la plus forte baisse (24,1 pour cent), suivie par les Pays-Bas (20,9 pour cent), l’Espagne (20,4 pour cent) et la Turquie (20 pour cent).

Le taux de déclin était également supérieur à 15 pour cent en Irlande, en Serbie, en Lituanie, en Finlande, en France et à Chypre.

La Lettonie (23,5 pour cent) a également enregistré la plus forte augmentation en pourcentage de variation.

De nombreux pays européens ont mis en œuvre une série de politiques visant à limiter la consommation d’alcool, telles que des taxes, des restrictions sur la disponibilité de l’alcool et des interdictions de publicité pour l’alcool.

Cependant, leur efficacité est entravée par une mauvaise mise en œuvre sur le terrain et des ressources limitées selon l’OCDE.

Rôle du sexe et de l’éducation dans la consommation excessive d’alcool

La consommation d’alcool diffère considérablement selon le sexe et l’éducation. Plutôt que la quantité, c’est la proportion de gros buveurs épisodiques qui est étudiée.

Il s’agit de la part des adultes âgés de 18 ans et plus qui ont déclaré avoir consommé 60 grammes ou plus d’éthanol pur en une seule fois au cours des 30 derniers jours. Cela équivaut à 6 verres ou plus.

En 2019, près d’un adulte sur cinq (19 %) a déclaré avoir consommé de l’alcool de manière épisodique et excessive au moins une fois par mois dans les pays de l’UE, une proportion qui est restée stable depuis 2014.

Dans tous les pays, les hommes étaient plus susceptibles que les femmes de déclarer une consommation excessive d’alcool de manière épisodique. En 2019, en moyenne dans les pays de l’UE, 26,6 pour cent des hommes ont déclaré avoir consommé de l’alcool de manière épisodique et excessive au moins une fois par mois, contre 11,4 pour cent des femmes.

La proportion la plus élevée de consommation excessive d’alcool épisodique chez les hommes a été signalée par la Roumanie (55,2 pour cent). Ce taux était supérieur à 35 pour cent au Danemark, au Luxembourg, en Allemagne et en Belgique.

Les femmes au Danemark, au Luxembourg, en Allemagne et en Irlande affichaient les taux de consommation excessive d’alcool épisodique les plus élevés, supérieurs à 20 pour cent.

Le ratio de gros buveurs chez les hommes et chez les femmes démontre l’écart entre les sexes. En 2019, ce chiffre était de 2,33 dans l’UE, ce qui indique que 2,33 hommes étaient de gros buveurs, contrairement aux femmes. Ce ratio était le plus faible en Irlande (1,46), en Islande (1,63) et en Allemagne (1,74).

La Turquie et Chypre étaient des pays aberrants en matière d’écart entre les sexes en matière de consommation d’alcool, où ce ratio était supérieur à 8.

La recherche universitaire suggère que les différences entre les sexes peuvent être liées à des attentes culturelles différentes et refléter les rôles traditionnels de genre. Cela peut également être associé à l’écart entre les sexes en matière d’emploi et à la baisse des revenus.

La consommation excessive d’alcool est plus faible chez les personnes moins instruites. Pourquoi?

Le niveau d’éducation compte également en cas de consommation excessive d’alcool. Les personnes ayant un niveau d’éducation inférieur n’ont pas un taux plus élevé de consommation excessive d’alcool épisodique dans les pays de l’UE, à l’exception de la Lettonie.

En moyenne, 12,5 pour cent des personnes n’ayant pas terminé le deuxième cycle de l’enseignement secondaire ont déclaré avoir consommé de l’alcool de manière épisodique, contre 20 pour cent ou plus des personnes ayant au moins fait des études secondaires (22,3 pour cent) ou supérieures (20,2 pour cent).

Ces différences reflètent significativement une plus grande capacité d’achat.

« L’alcool est plus abordable pour les personnes plus instruites et aux revenus plus élevés. Toutefois, si l’on examine les méfaits liés à l’alcool, le fardeau est plus lourd pour les personnes ayant un statut socio-économique inférieur », indique l’étude de l’OCDE intitulée « La santé et l’état de santé dans le cycle de l’UE ». -2022′ rapport trouvé.

Le taux d’écart le plus élevé entre les gros buveurs en matière d’éducation a été observé en Lettonie, en Grèce, en Estonie, en Bulgarie et en Lituanie.

Dans ces pays, le taux de consommation excessive d’alcool épisodique chez les personnes peu instruites était légèrement plus élevé que chez les personnes ayant fait des études supérieures.

Existe-t-il un niveau de consommation d’alcool sécuritaire ?

C’est une question simple avec une réponse simple : non, il n’y en a pas.

« Nous ne pouvons pas parler d’un soi-disant niveau de consommation d’alcool sans danger. Peu importe la quantité que vous buvez – le risque pour la santé du buveur commence dès la première goutte de toute boisson alcoolisée », Dr Carina Ferreira-Borges, unité par intérim. Explication du responsable de la gestion des maladies non transmissibles et conseiller régional pour l’alcool et les drogues illicites au Bureau régional de l’OMS pour l’Europe.

Cependant, la quantité d’alcool reste importante.

« La seule chose dont nous pouvons être sûrs, c’est que plus vous buvez, plus c’est nocif – ou, en d’autres termes, moins vous buvez, plus c’est sûr », a déclaré Ferreira-Borges.

Laisser un commentaire

2 + 9 =