Turkey fans cheer and wave flags before a Group F match between Turkey and Portugal at the Euro 2024 soccer tournament in Dortmund, Germany, Saturday, June 22, 2024. (AP Photo

Milos Schmidt

Les perspectives s’améliorent alors que la Turquie est retirée de la « liste grise » sur le blanchiment d’argent

Dans un geste historique, la Turquie a été retirée de la « liste grise » du Groupe d’action financière (GAFI), une décision qui devrait contribuer grandement à soutenir la reprise économique du pays.

Cette décision fait suite à une récente réunion du GAFI avec les autorités turques, au cours de laquelle l’organisation a estimé que le pays prenait des mesures satisfaisantes pour réduire le blanchiment d’argent et n’était pas assez strict en matière de financement des organisations terroristes.

L’annonce du GAFI signifie un regain potentiel de confiance des investisseurs et des consommateurs en Turquie, ce qui devrait contribuer à renforcer les systèmes économique et financier du pays et fournir une issue au grave déclin économique dans lequel il se trouve depuis un certain temps.

La crise financière est principalement due à une inflation galopante, laissée sans contrôle pendant des mois en raison des politiques monétaires non conventionnelles de la Turquie soutenues par le président Recep Tayyip Erdogan, qui avait précédemment déclaré publiquement qu’il pensait que des taux d’intérêt plus élevés provoquaient l’inflation.

Lorsque cette stratégie a échoué, la Turquie a opéré un revirement radical sous la direction du gouverneur de la banque centrale de l’époque, Hafize Gaye Erkan, en augmentant considérablement les taux d’intérêt. Cette mesure a eu pour conséquence de faire souffrir les entreprises et les ménages en raison de l’augmentation du fardeau de la dette. Le marché immobilier turc a également grimpé en flèche dans le même temps, les loyers et les prêts hypothécaires devenant rapidement inabordables pour beaucoup.

Cependant, maintenant que le pays est officiellement sorti de la liste grise, on s’attend à ce que davantage d’entreprises étrangères, d’investisseurs et de banques mondiales reviennent, et que la production, les exportations et la consommation rebondissent également.

Le ministre turc de l’Intérieur, Ali Yerlikaya, a déclaré sur la plateforme de médias sociaux X, comme l’a rapporté Associated Press : « Nous poursuivrons avec détermination notre lutte contre les organisations criminelles, les trafiquants de poison (drogues), les réseaux de passeurs d’immigrants, les groupes criminels de blanchiment d’argent, et surtout, contre le financement du terrorisme et de ces traîtres. »

Que sont la liste grise et la liste noire du GAFI ?

Le GAFI, l’organisme international de surveillance du blanchiment d’argent, avait placé la Turquie sur la liste grise en 2021, suite à des inquiétudes croissantes selon lesquelles le pays jouait un rôle important dans le financement du terrorisme et le blanchiment d’argent.

Cela s’explique principalement par le manque de surveillance réglementaire du pays en termes de secteur immobilier, bancaire et autres, en ce qui concerne le financement du terrorisme et le blanchiment d’argent pour des groupes tels qu’Al-Qaïda et l’État islamique.

Connue en interne sous le nom de « Juridictions sous surveillance accrue », la liste grise contient des pays qui ont déjà identifié des lacunes dans leurs lois sur le financement du terrorisme, le financement de la prolifération et la prévention du blanchiment d’argent et qui s’efforcent de travailler avec le GAFI pour remédier à ces écueils dès que possible.

Cela signifie généralement que ces pays doivent atteindre certains objectifs dans des délais précis pour être retirés de la liste grise. En attendant, ils sont soumis à une surveillance accrue. Parmi les autres pays figurant encore sur la liste grise du GAFI figurent la Bulgarie, la Croatie, le Kenya, la Namibie et les Philippines.

Si les objectifs convenus ne sont pas atteints et que la situation se détériore davantage, les pays peuvent également être renvoyés sur la liste noire du GAFI, qui contient des pays présentant des inefficacités stratégiques alarmantes en matière de financement du terrorisme, de blanchiment d’argent et de financement de la prolifération. Dans ces cas-là, le GAFI conseille souvent à tous ses membres de renforcer leur diligence raisonnable.

Dans certains cas, lorsque cela ne suffit pas, des contre-mesures internationales peuvent également être appliquées, afin d’éviter un effet de contagion des pays figurant sur la liste noire à l’ensemble du système financier.

Laisser un commentaire

douze − 11 =