World leaders meeting in Davos in 2024

Milos Schmidt

Les perspectives économiques de Lagarde et Lindner à Davos : une « nouvelle normalité » en vue ?

À Davos, la présidente de la Banque centrale européenne, Lagarde, et le ministre allemand des Finances, Lindner, ont discuté des perspectives économiques mondiales, abordant des défis tels que le changement climatique et les impacts potentiels d’une présidence Trump. Ils ont mis l’accent sur le renforcement des marchés intérieurs et l’adaptation à une « nouvelle normalité ».

Le dernier jour du Forum économique mondial de Davos, un panel de stars, animé par Francine Lacqua de Bloomberg, s’est réuni pour discuter des perspectives économiques mondiales.

Le panel comptait une série de personnalités éminentes, dont Christine Lagarde de la BCE, le ministre allemand des Finances Christian Lindner, David M Rubenstein du groupe Carlyle, la directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce Ngozi Okonjo-Iweala, le ministre saoudien des Finances Mohamed El Jadan et le président de Singapour Tharman Shanmugaratnam. .

Lagarde : la consommation ralentit, les échanges commerciaux reprennent

Lagarde a souligné la normalisation observée en 2023, notant un marché du travail moins tendu et une diminution de l’excès d’épargne. En outre, Lagarde a noté que partout dans le monde, à l’exclusion de la zone euro, l’inflation suit une tendance à la baisse.

« La consommation n’est plus une force aussi puissante qu’avant », a déclaré le président de la BCE, soulignant la récente hausse des chiffres du commerce mondial.

Cependant, la chef de l’OMC, Ngozi Okonjo-Iweala, a exprimé ses inquiétudes quant à l’impact des conflits géopolitiques et du changement climatique sur les principales routes commerciales telles que la mer Rouge et les canaux de Suez et de Panama. Elle a souligné les difficultés de prévision en raison de ces incertitudes et des différentes élections mondiales.

Lindner : une « nouvelle normalité » pour l’économie mondiale

Lindner a parlé de la résilience de l’économie allemande, notamment dans la réinvention de ses infrastructures énergétiques au cours des 18 derniers mois, à la suite de la guerre en Ukraine.

Il a souligné l’émergence d’une « nouvelle normalité » pour l’économie mondiale, caractérisée par une intelligence artificielle croissante et des tensions géopolitiques.

Rubenstein sur les élections américaines et l’impact de Trump

David Rubenstein a pesé sur le paysage économique et politique américain, s’attendant à trois baisses de taux de la Réserve fédérale cette année et reconnaissant Trump comme une force politique sérieuse.

« Je n’exclus pas qu’il soit réélu », a-t-il déclaré.

Rubenstein a également prédit que les relations bilatérales entre les États-Unis et la Chine ne devraient pas s’améliorer cette année.

« Il n’y a aucun avantage politique aux Etats-Unis à dire quoi que ce soit de bénéfique ou de bon à propos de la Chine pendant une année d’élection présidentielle », a-t-il déclaré.

La réponse de l’Europe à une potentielle présidence Trump

En réponse aux remarques de David M. Rubenstein sur le potentiel d’une seconde présidence Trump, Lindner a souligné l’importance pour l’Europe de se concentrer sur sa propre compétitivité et son autonomie.

Lindner a suggéré que l’Europe devrait se préparer à toute issue sur la scène politique américaine en renforçant sa position économique et ses capacités de défense, garantissant ainsi un partenariat solide avec les États-Unis, quelle que soit son administration.

« Faire nos devoirs est la meilleure préparation… être un partenaire attrayant et à la hauteur des yeux lorsqu’il s’agit de situations économiques », a-t-il conseillé.

Lagarde de la BCE a fait écho à un sentiment similaire, déclarant que « la meilleure défense est l’attaque ».

L’approche de Lagarde suggère que la meilleure stratégie de l’Europe face à une potentielle présidence Trump, ou à tout défi politique extérieur, est de renforcer ses propres structures économiques et politiques à travers « un marché (européen) fort, profond et réel ».

Réponses au changement climatique

Le panel s’est également penché sur les approches pour lutter contre le changement climatique. Le président de Singapour, Tharman Shanmugaratnam, a appelé à la mise en œuvre de taxes mondiales sur le carbone et a suggéré que les gouvernements pourraient augmenter leurs revenus en augmentant la fiscalité.

En réaction à cela, l’Allemand Christian Lindner a déclaré : « J’espère que personne ne dira à mes partenaires de coalition et à mes collègues du cabinet que nous envisageons ici d’augmenter les impôts. » Il estime qu’une alternative viable à une taxe sur le carbone consiste à établir un marché du carbone.

Lindner a en outre souligné l’importance d’améliorer la productivité pour relever les défis de la transition vers des pratiques plus écologiques, de la lutte contre la pauvreté et de la réponse aux besoins d’une société vieillissante. Il a défendu les réformes structurelles du marché du travail et du secteur technologique.

« L’Allemagne n’est pas un homme malade. L’Allemagne est plutôt un homme fatigué », a-t-il déclaré.

Après une série de succès depuis 2012 et des crises récentes, le ministre allemand des Finances Lindner considère la phase actuelle comme un signal d’alarme vital. Il compare les réformes structurelles à une « bonne tasse de café », essentielle à la réussite économique continue de l’Allemagne.

Laisser un commentaire

3 × cinq =