Gas extraction in Slochteren, northern Netherlands, Friday, Jan. 19, 2018.

Jean Delaunay

Les Pays-Bas arrêtent officiellement les forages sur le champ gazier géant de Groningue

Une cérémonie symbolique a eu lieu vendredi pour marquer la fin des forages qui ont accru le risque sismique dans la région depuis leur début dans les années 1960.

Les Pays-Bas ont officiellement arrêté les forages sur le plus grand champ gazier d’Europe à Groningue, marquant l’occasion vendredi par une cérémonie symbolique.

L’événement a eu lieu à l’endroit même où le gisement aurait été découvert en 1959. Depuis le début des années 1960, le gisement contribue grandement à l’économie du pays et il possède encore d’énormes réserves de gaz.

Mais au fil des années, il est devenu clair que le forage a provoqué une augmentation de l’activité sismique. Le problème est devenu aigu dans les années 2010. En 2012, Groningue a été frappée par un séisme de magnitude 3,6 : le plus fort de l’histoire de la région.

En 2018, les autorités ont décidé de fermer progressivement les pompes. Le forage s’est effectivement arrêté en octobre 2023, même si plusieurs puits sont restés ouverts en cas de « conditions hivernales rigoureuses » et « en raison de la situation internationale incertaine » causée par l’invasion russe à grande échelle en Ukraine.

Depuis 1986, environ 1 600 tremblements de terre de différentes intensités ont été enregistrés, causant des dégâts considérables à des milliers d’habitations et d’autres bâtiments. Il n’est pas clair si l’arrêt des forages suffira à empêcher d’autres séismes, car des cavités vides restent sous terre.

Les grandes compagnies pétrolières Shell et ExxonMobil, qui exploitent le champ de Groningen, demandent réparation aux autorités néerlandaises pour les vastes réserves de gaz non exploitées.

Laisser un commentaire

six + dix =